28 avril 1917

28 avril 1917

 

Il paraît, mon cher Pierre, que l’offensive continue. Les Anglais auraient insisté pour que l’on ne restât pas inactif. C’est sur votre demande, disent-ils, que nous avons entamé les opérations, nous ne pouvons les continuer si vous restez maintenant au port d’armes.

La grosse question reste toujours celle du commandement. À la suite de la scène très violente du conseil du matin et de l’attrapade Painlevé-Maginot, le ministre de la Guerre avait déclaré vouloir se retirer. On avait réussi à le faire revenir sur sa décision dans l’après-midi. La commission de l’Armée de la Chambre aurait une majorité en faveur du statu quo dans le commandement. On prétend que cette offensive est tout de même un succès, que cent soixante-quinze canons lourds, vingt mille prisonniers et les points importants enlevés constituent tout de même un résultat. C’est la thèse que j’ai entendu soutenir avec violence par le général de Roffignac [1], lequel passait du reste bien facilement par profits et pertes et les noirs et le mécontentement des coloniaux et les blessés. Par exemple, ce bouillant général ne paraît pas aimer Mangin contre lequel, je crois, aucune sanction n’a été prise en dépit des racontars du public à son endroit.

J’ai eu aujourd’hui le récit complet de la fameuse réunion où fut décidée l’offensive. Elle eut lieu dans le train présidentiel et fut marquée surtout par la sortie de Nivelle contre Micheler et l’offre de sa démission. Il serait trop long de te raconter ce qui avait amené cette violente scène. En deux mots, je te dirai que Micheler était venu dire à Painlevé ses griefs contre le commandement et ses motifs de redouter l’offensive sans faire part de sa démarche au généralissime et en se faisant accompagner auprès du ministre par ce grotesque Henri Fabre qui s’est immortalisé dans une séance de la Chambre [2]. Nivelle n’admettant pas ses manques à la discipline et Micheler reprochant à Nivelle de passer par-dessus sa tête pour donner ses ordres à Mangin, la discussion s’envenima au point que le généralissime offrit sa démission. Ce sont de bien bonnes conditions pour commencer des opérations de l’ampleur de celles qui se déroulent.

Quant à l’offensive proprement dite, Micheler s’y montra naturellement violemment hostile. Pétain fut très modéré dans son opposition, Castelnau déclara qu’il n’était pas assez au courant, revenant de l’étranger et n’ayant été depuis son retour que dans l’Est, pour se prononcer, mais qu’en tout état de cause si l’on n’avait pas 90 % de chances de succès à son avis il valait mieux s’abstenir. Poincaré ne donna aucun avis personnel mais déclara qu’il se rangerait à la décision du général Nivelle.

Mon ami d’Yanville[3], dont le gendre est à Morainvilliers, a reçu de lui une lettre hier datant de cinq jours. Il ne se doute pas qu’on est arrêté à Craonne et il est dans l’enthousiasme de ce qu’il voit et de ce qu’ont fait nos troupes. Je te parlais également de mon jeune lieutenant à Ostel [4]. Le moral est donc encore très haut sur les autres champs de batailles.

Pour en revenir à Painlevé, j’étais invité à dîner par lui au ministère ce soir. François de Wendel me dit que lui aussi doit dîner avec lui aujourd’hui chez une tierce personne et que l’invitation a été faite et acceptée en sa présence. Évidemment il y a confusion. C’est du reste assez la coutume de Painlevé [5].

En arrivant pour déjeuner, on me dit qu’un monsieur est venu me demander de la part du ministre de la Guerre. C’est ça, me dis-je, il s’est aperçu de son erreur et envoie quelqu’un l’excuser.

Le monsieur revient et, de la part du ministre, me prie de remettre son invitation à mercredi. – Il y a eu double emploi, dis-je à l’attaché de cabinet. – Non, non, me répond ce dernier, M. Painlevé ne dînera pas dehors. Pour vous, confidentiellement, ajoute-t-il, il a rendez-vous ce soir inopinément avec les généraux que vous savez (?) à 6 h 1/2 et il est probable que la conversation se prolongera fort tard. Je suis chargé de prévenir et de faire excuser…

Adolphe Aderer [6] vient de passer. Il a vu Ribot très préoccupé par toutes ses histoires et par les inepties de Viollette. Je redoute que nous n’arrivions pas à passer la soudure. Alors ?

Quant à Viollette, il est de plus en plus extraordinaire. Les gens qui ont l’honneur d’être reçus par lui vous disent que son attitude est du plus haut comique. Il ne parle qu’inspiré et semble dans un rêve. La tête dans ses mains, ses yeux ne se portent pas sur son interlocuteur mais sont perdus dans l’espace et il parle, parle, comme s’il obéissait à des voix. Avec cela, étonne-toi si le sucre manque, si tout s’arrête faute de charbon et si la famine nous menace. Notre ministre du Ravitaillement est dans la lune.

J’ai vu également un garçon distingué et intéressant. C’est Boyer [7], directeur des Études orientales. Il me fait de grands compliments sur les Débats, leur indépendance, et nous félicite hautement d’un mot qui m’avait désolé. Nous avions imprimé : À la suite de l’attentat heureux… Ce mot pour parler de l’assassinat d’un ministre russe m’avait effondré. J’en suis félicité ! Tout va bien. Je hoche la tête et semble pénétré de mon indépendance.

Boyer qui connaît admirablement les Russes n’augure pas trop mal de l’avenir pour nous. Il pense que tout s’arrangera. Relisez, me dit-il, Le Voyage en Russie du marquis de [8], vous y trouverez les choses les plus curieuses sur le caractère russe.

Il me demande si je sais quelque chose d’Isvolski. Je lui réponds que tout ce que j’en connais c’est qu’il est assez bien avec Milioukov et que jusqu’ici on l’a laissé tranquille et que cette amitié le sauvera sans doute. Isvolski a dit à Boyer que la révolution était pour lui un effondrement dans sa situation et dans sa fortune, car possesseur d’un peu de terre il est exposé à en être dépossédé. Je ne doute pas qu’Isvolski ne fasse tout le nécessaire pour se maintenir avec le gouvernement provisoire.

J’ai encore eu une preuve tantôt des finasseries du Saint-Siège qui laisse croire aux uns et aux autres qu’il proteste contre les barbaries allemandes, autorise les dépêches dans les journaux et finalement n’envoie aucune protestation. Je te raconterai cela un autre jour, avec la visite de M. Deslandres [9] de Dijon, lequel revient de Rome.

Ton affectionné

Et

[1] Gédéon de Roffignac (1852-1934). Militaire. Général.

[2] Cf. lettre du 22 juin 1916.

[3] Henry Coustant d’Yanville.

[4] Cf. lettre du 27 avril 1917.

[5] Le dîner a finalement lieu le 2 mai 1917. Cf. lettre du 3 mai 1917.

[6] Adolphe Aderer (1855-1923). Homme de lettres. Rédacteur au Temps.

[7] Paul Boyer (1864-1938). Professeur agrégé, il se consacre pendant plus de vingt ans à l’Institut des études slaves. Collaborateur du Temps.

[8] Astophe, marquis de Custine (1790-1857). Il écrit Voyage en Russie après son séjour de 1839. Les premières éditions, publiées chez Amyot en quatre volumes, sont intitulées La Russie en 1839.

[9] Maurice Deslandres (1862-1932). Professeur à la faculté de droit de Dijon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *