27 avril 1917

27 avril 1917

 

Je vais te donner aujourd’hui encore le coup de téléphone de la sortie du Conseil de ce matin :

– La question du haut commandement reste à l’étude.

– Le Conseil, à la quasi-unanimité, s’est opposé aux mesures proposées par Painlevé qui, de son côté, s’obstine à les faire accepter par le Conseil. Il a dû y avoir une scène assez vive car Maginot, qui marche dans l’affaire contre Painlevé, est sorti très animé, la figure décomposée.

Comme je te le disais hier, ces informations sont ce que l’on veut qu’elles soient. Il n’y a rien d’étonnant à ce que Maginot se soit excité car, chose incompréhensible, il fut parmi les partisans de l’offensive au Conseil qui s’est réuni et auquel j’ai fait allusion dans une lettre précédente. Il y avait du même côté Poincaré, Malvy et Maginot. Mon informateur prend surtout ses tuyaux à l’Intérieur.

D’autre part, il me fut rapporté que la commission de l’Armée s’était réunie au Sénat hier et que Painlevé était venu s’expliquer devant elle. Il lui aurait promis de lui apporter avant jeudi le changement de généralissime.

En attendant, les courants de l’opinion semblent se déclencher peu à peu. Les histoires les plus fantastiques circulent, voici maintenant que dans le populaire un général a trahi et livré dix mille hommes. On a tellement dit que la trahison était monnaie habituelle en Russie qu’on se dit qu’il en est de même ici. D’autre part, tout ce qui tient aux ministères déclare qu’il y a une manœuvre boche et qu’on devrait appréhender ceux qui parlent et faire remonter les responsabilités après interrogatoire. Je crois qu’on remonterait très haut.

J’ai reçu une invitation à dîner de Painlevé pour demain soir. Je verrai ce qu’il dira. Rue François-Ier on prétend que Painlevé est tout à fait tombé dans le troisième dessous, qu’il se prend la tête à deux mains, s’arrache les cheveux (cela doit être curieux, il porte perruque !) et se demande comment sortir de cet imbroglio.

En revanche, une lettre très consolante nous est parvenue ce matin d’un de mes jeunes gens qui est officier et a pris Ostel « la cigarette au bec ». Préparation d’artillerie très bien faite, arrêt cependant de quatre heures à cause de mitrailleuses dissimulées, écrasement de ces mitrailleuses et fuite ou prise des Allemands. Lettre très chaude et vibrante d’un garçon qui a été blessé déjà une fois et qui a beaucoup de bon sens. Comme depuis quelques jours ce n’est pas ce langage-là qu’on entend, j’ai voulu t’en faire part. Il paraît bien maintenant que tout ce que nous avons recueilli de si fâcheux devait se rapporter à Craonne. Ailleurs cela aurait été un peu meilleur. Le général Gramat [1], causant avec un de mes amis, lui a confirmé à peu près tout ce que nous savons.

Un des neveux d’André Michel, officier, est revenu hier de Nancy et prétend que l’on s’attend à quelque chose par là, mais Michel ne sait pas si c’est une offensive de notre part ou une attaque des Allemands.

Confidentiel

Je crois bien avoir omis de te parler d’un propos tenu lundi. Un ami à moi m’avait dit que la décision était prise de marcher dans les Balkans. Cette mise en train aurait sans doute lieu demain si elle n’a pas été commencée aujourd’hui. Espérons que les choses tourneront bien, car je crois t’avoir dit déjà quelle était la situation là-bas. Cinq cent mille rationnaires et pas beaucoup plus de trois mille cinq cents à quatre mille hommes par division, ce qui ne fait pas des effectifs bien compacts.

Ce que je trouve de plus inquiétant aujourd’hui, ce sont les déclarations de l’amirauté anglaise. Si elles sont vraies, les Allemands sont dans une certaine mesure maîtres de la Manche. Maintenant il faut nous dire que les Anglais ne dorent jamais beaucoup les pilules.

Ton vieil affectionné

Et

 

Je rouvre ma lettre. On vient de me téléphoner que la pierre d’achoppement dans l’affaire du généralissime, c’est l’impression que produirait cette mesure sur les Allemands qui y verraient l’aveu de l’insuccès puisqu’elle se produirait en plein pendant l’opération.

À la Chambre, beaucoup d’agitation contre le ministère. Compère-Morel [2] dépose une demande d’interpellation sur la politique du ravitaillement.

Un petit garçon vient d’arriver de Craonne. Il raconte que Craonne et le plateau étaient pris mais qu’ils ont été obligés de se sauver, ils étaient décimés par nos propres 75.

[1] Antoine Gramat (1866-1924). Général de brigade (1915). Il commande la 12e division d’infanterie (24 juillet 1915-23 mai 1916). Il participe à la 1ère bataille de la Woëvre et à la 2e bataille de Champagne.

[2] Adéodat Compère-Morel (1872-1941). Député socialiste du Gard (1909-1936). Il intervient souvent pendant la guerre sur le ravitaillement des populations et les questions agricoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *