26 avril 1917

26 avril 1917

 

Voici, mon cher Pierre, ce qui m’a été téléphoné à l’issue du Conseil des ministres :

Le général Nivelle a été entendu hier après-midi par le Comité de guerre. Il a fait une excellente impression.

– Il a exposé les faits et mis les choses au point.

– Nos gains sont très importants. Sur les cinquante-quatre divisions ennemies engagées, douze à peine sont en situation de faire œuvre sérieuse.

– Nos pertes sont moindres que le bruit n’en avait couru. Trente mille blessés au moins le sont très légèrement et seront de retour au feu d’ici à trois semaines.

« Je ne peux pas dire, a déclaré le général Nivelle, que j’ai pris le généralissimat contraint et forcé ; je ne peux pas dire que je le quitterais sans avoir le cœur serré. Mais s’il faut que je l’abandonne, je l’abandonnerai. »

Ces déclarations, ajoute mon informateur, ont fait une impression si favorable que l’adjonction du général Pétain à Painlevé est au moins ajournée.

Note que ces renseignements m’ont été fournis par le rédacteur habituel et que celui-ci doit répéter ce que lui a raconté sans doute le ministre de l’Intérieur [1]. C’est évidemment ce que le gouvernement veut qu’on dise, ce n’est peut-être pas exactement la vérité !

Mon confrère Baschet [2], directeur de L’Illustration, que j’ai vu tout à l’heure à une assemblée que je présidais aux Victimes du devoir [3], m’a dit avoir déjeuné ce matin chez Painlevé. Le ministre de la Guerre avait invité quelques journalistes dont Berthoulat et Sapène [4] (Matin). Ces deux derniers ont commencé des théories glorieuses et nivellistes, le ministre les a considérablement refroidis en leur citant des faits. Il y aurait quatre-vingt-deux mille hommes par terre dont une grande partie, c’est vrai, blessés légèrement. Trente-deux tanks fichus, perdus, on ne les a plus revus. Le GQG avait su par ses renseignements que les Allemands avaient chopé les ordres sur un commandant depuis huit jours et n’a rien voulu changer à ses combinaisons. Tout cela a été dit au ministère de la Guerre, ce doit donc être exact. Mais Painlevé aurait déclaré qu’on mettrait le pays au courant de la vérité et qu’il désirait n’agir qu’en pleine lumière. Il n’a pas fait l’effet à ses convives d’un homme qui compte rester longtemps en place, il a eu plutôt l’air de quelqu’un dont les jours sont comptés. On sent du reste grandir le mécontentement parmi les parlementaires qui fréquentent encore le Palais-Bourbon. L’incohérence stupéfiante de Viollette nuit au ministère [5], et si là-dessus vient se greffer de l’agitation à la suite des opérations militaires de cette quinzaine, ce mécontentement pourrait bien se transformer en fureur et rechercher les responsabilités où elles sont réellement, ce qui serait fort grave. N’est-ce pas ton avis ?

Pendant que je présidais ma réunion, j’ai manqué malheureusement une réunion fort importante de notre Syndicat. En dehors de la question à l’ordre du jour qui est menaçante, celle du papier, il a dû se dire beaucoup de choses sur les événements, et mon pensum se serait allongé. Je ne suis arrivé que pour la sortie et n’ai pu échanger que quelques mots. J’aurais surtout voulu entendre ce que disaient les partisans de Nivelle, les arguments eussent été bons à entendre.

Briand a bien fait de ne plus être là, car ayant nommé le généralissime il esquive le poids des conséquences de son acte. Puisque je parle de Briand en cette occasion, rappelle-toi ce que disait Alter ego à quelqu’un de ma famille : Briand est un homme de génie auquel on rendra justice, car c’est lui qui a su faire partir Joffre et il a économisé la vie de centaines de milliers d’hommes. Je crois bien, il a supprimé Joffre I pour mettre un Joffre inférieur.

            Good bye.

Et

[1] Louis Malvy.

[2] René Baschet (1860-1949). Journaliste. Directeur de L’Illustration.

[3] Le siège de la Caisse des Victimes du devoir est 61, rue Lafayette, Paris, IXe.

[4] Jean Sapène (1867-19). Journaliste. Directeur général du Matin, il préside le consortium des grands quotidiens de Paris. Il achète et commande un ciné-roman dès 1919.

[5] Le ministère du Ravitaillement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *