24 avril 1917

24 avril 1917

 

Mon cher Pierre. J’ai continué mon mouvement d’hier, et ce matin je suis allé à 8 h 3/4 à la Guerre espérant y trouver Painlevé avant son départ pour le Conseil qui a lieu généralement à 10 h. Mais Painlevé était déjà parti pour le Quai d’Orsay où il devait conférer avec Ribot avant la séance. Je me dirige donc sur le Quai d’Orsay où Ribot était en effet aux prises avec Painlevé et Lacaze. Grâce à Arnauné, le président du Conseil a bien voulu sortir cinq minutes. Je lui ai dit simplement ceci : Je ne connais nullement nos chefs militaires, je n’ai aucunement la prétention de juger des opérations pour lesquelles je n’ai aucune compétence, néanmoins je crois de mon devoir de vous faire part de ce que j’ai entendu non pas par de simples récits du public, mais par des hommes mêlés aux événements. Si ces appréciations trouvent créance dans le public, nous pouvons nous trouver dans une situation difficile. Je lui ai alors exposé ce que tu sais comme moi.

Je sais, a répondu Ribot, qu’il y a une campagne qui se fait en ce moment et à laquelle Painlevé n’est pas étranger. Il est certain que l’offensive n’a pas donné les résultats qu’on avait escomptés, mais ce que l’on vous a raconté n’est pas non plus exact. Quelques phrases à la suite de cela et Ribot est rentré confabuler.

Je lui avais dit auparavant : Ou les faits sont ce qu’on me les a représentés ou ils sont inexacts. Dans les deux cas il faut une sanction. Modifier le commandement dans le premier, couper les ailes à ces canards dans le second.

En sortant, je causais avec Arnauné. Ce dernier a ajouté ceci aux paroles de son respectable chef : Il y a une manœuvre certaine là-dessous, manœuvre dont vous comprenez le but. On avait commencé par enfler énormément les résultats prévus de l’offensive de façon à faire retomber l’opinion d’autant plus bas qu’elle aurait été montée plus haut.

Après cette entrevue, je n’ai pas cru devoir aller jusqu’à la rue Saint-Honoré où j’aurais trouvé à peu près les mêmes opinions. D’autre part, les deux ministres de la Guerre et de la Marine se trouvant dans le cabinet de Ribot, il a dû leur parler de ma visite.

L’informateur qui m’avait parlé de la séance du comité d’hier matin m’a dit aujourd’hui que la discussion sur la situation de Nivelle n’était pas exacte.

Voilà où en sont les choses. Il n’y a qu’à attendre.

Un censeur me dit qu’on est assez ennuyé en haut lieu de toutes les fournées de jeunes officiers d’artillerie fabriqués en trois mois par Fontainebleau, la plupart n’ayant jamais vu le front. Les tirs s’en ressentiraient de cruelle façon. Le fait est que j’ai ici un jeune homme de dix-neuf ans, très intelligent c’est vrai, mais, entré au 81e en janvier, le voici aspirant, il sera officier dans trois mois.

J’ai reçu ce matin la visite de Charles-Roux, ses soixante-quinze ou soixante-seize ans ne lui pèsent guère, il est toujours superbe. En m’apportant un très beau livre fabriqué par lui et sa collaboratrice Mme de Flandreysy [1], il me demande si je ne m’intéresserais pas à un projet de congrès d’agriculture coloniale au sujet duquel il m’enverrait deux lettres. L’idée est intéressante.

Il me raconte quelques jolies histoires sur la Provence, quelques récriminations à propos de la marine marchande, et me dit sans ambages que son sous-secrétaire d’État, le nommé Louis Nail [2], est le dernier des pierrots ne connaissant rien à rien et ignorant tout naturellement des questions maritimes. À propos de sous-secrétaire d’État ou de ministre, le sieur Viollette, désireux de s’entourer de toutes les lumières spéciales du Ravitaillement [3], fit mander le prince des Bouillons, j’ai nommé Alexandre Duval [4]. Ce dernier serait arrivé chez le ministre, transporté d’être ainsi consulté. Mais Viollette, occupé, le pria de passer chez son chef ou sous-chef de cabinet, lequel recueillerait les avis précieux du prince. Ce dernier reconnut dans le fonctionnaire qui le recevait je ne sais quel employé congédié pour stupidité d’une affaire quelconque parfaitement connue de Duval.

– Comment, c’est toi qui es ici.

– Eh oui, Monsieur Duval. À votre disposition pour vous écouter.

– Eh bien, mon garçon, tu peux dire à ton patron que je m’en vais, je n’ai rien à dire à un employé comme toi, tu n’y comprendrais rien.

Et Duval, coiffé de son chapeau célèbre, se retira majestueusement.

Oh, Administration ! Voici une jolie histoire. L’État voulut commander des locomotives à la Suisse, et Dieu sait si le besoin en est impérieux. Notre voisine accepta de construire les quarante-huit locomotives dont on avait besoin mais fit observer que l’Allemagne ne manquerait pas d’en demander le même nombre, qu’avant de livrer elle était obligée d’avoir l’autorisation d’en vendre à l’Allemagne. Le gouvernement accepta. L’Allemagne prit livraison de ses quarante-huit locomotives dans les cinq jours. Les nôtres sont prêtes à la frontière depuis quarante-cinq jours. Elles ne peuvent entrer parce que le préfet du département frontière ne veut pas donner de sauf-conduits au personnel disant que c’est trop grave et s’en remettant aux Affaires étrangères, lesquelles répondent par Jules Cambon que les sauf-conduits sont délivrés par l’Intérieur et le préfet. L’affaire en est là et les locomotives sifflent en vain à l’ouverture du disque.

Ton vieil

Et

[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Jeanne de Flandrezy (1874-1959). Pseudonyme de Jeanne Mellier. Femme de lettres. Proche de Frédéric Mistral, elle écrit notamment sur la Camargue. Collaboratrice de Jules Charles-Roux.

[2] Louis Nail (1864-1920). Homme politique. Bâtonnier de Lorient. Député radical socialiste du Morbihan (1910-1920). Sous-secrétaire d’État à la Marine marchande (14 décembre 1916-4 juillet 1917). Garde des Sceaux, ministre de la Justice (16 novembre 1917-20 janvier 1920).

[3] Maurice Viollette est alors ministre du Ravitaillement et des Transports maritimes (20 mars-4 juillet 1917).

[4] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *