23 avril 1917

23 avril 1917

 

Mon vieux Pierre,

 

Bien que ta visite m’ait exempté de pensum, je crois qu’il vaut mieux noter les événements d’aujourd’hui pour en préciser la date.

Donc, visite du capitaine H.B. [1]. Il dit qu’il vient me mettre au courant de ce qui se passe afin que je puisse agir dans la mesure du possible pour amener un changement dans la tête. Si ce changement n’est pas opéré dans le plus bref délai, nous nous exposons à ne plus avoir d’armée. L’offensive, malgré ses brillants communiqués, a été désastreuse. Soixante-quinze mille hommes hors de combat et aucun des buts atteint. Le minimum de terrain gagné. Le moral des troupes tout à fait tombé. Un gendarme qu’il a trouvé sur sa route conduisant un soldat lui a dit qu’il en était à son sept centième déserteur. H.B.. a vu les états-majors d’à peu près chaque armée engagée, partout il a constaté les mêmes symptômes et le même découragement. En faisant tuer ainsi notre monde, nous nous exposons dans quelques années à devenir une proie facile pour les Allemands. Au GQG, rien n’a été changé depuis Joffre toujours aussi fermé, toujours aussi dans les nuages. Les réformes que l’on devait introduire n’ont abouti qu’à remercier Pellé qui pouvait, lui, avoir ses défauts mais avait au moins quelques vues sur l’extérieur. Quant à Nivelle… Il a donné sa mesure. Il est urgent de lui donner un successeur. Le seul qui soit capable de prendre en main la situation c’est Pétain. H.B. me demande à faire usage de tout ce que je puis avoir d’autorité pour y arriver.

Je te téléphone et tu viens me voir.

Entre-temps, on me téléphone que le Comité de guerre s’est occupé ce matin de Nivelle et que l’on nommera Pétain au Conseil des ministres.

Nous téléphonons néanmoins à Thierry, lequel me dit qu’en effet il est sorti du Comité avec une impression très pénible et qu’il est attristé que je sois au courant, car ceci prouve que les choses commencent à filtrer dans le public. Je lui réponds que j’ai appris ces choses-là directement. Thierry me conseille de voir le président du Conseil et le président de la République. Ce dernier conserve encore des illusions et espère qu’on s’en tirera par des explications. Il est convenu que j’irai demain voir ces hautes personnalités.

À toi, old chap.

Et

 

[1] Capitaine H.B. non identifié. Cf. lettre du 19 avril 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *