21 et 22 avril 1917

21 et 22 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois que tu as eu toute la moelle du pensum d’hier et de celui d’aujourd’hui [1].

Interview de Gauvain et de Ribot dont notre collaborateur est sorti satisfait. Le président du Conseil [ne] lui aurait pas seulement donné des paroles mais montré des actes. La conférence de Saint-Jean-de-Maurienne eût donc été décisive à ce point de vue-là.

Visite au ministère de la Guerre. Conversation avec le ministre mais pas sur la question brûlante. En revanche, vu plusieurs des fonctionnaires. L’impression de l’entourage paraît être bonne. Si l’on n’a pas atteint les buts mirifiques que l’on s’était proposés, on n’en aurait pas moins fait de bonne besogne. On serait en train de regrouper les forces pour attaquer de nouveau.

Croisé André Lefèvre [2], député, qui sortait de chez le ministre. Il me donne la même note, cependant avec un air un peu mystérieux comme s’il aurait eu envie de me dire quelque chose sans oser parler à cause des personnes présentes.

Je vais voir mon vieux copain que tu connais. Il doit écrire à son patron pour l’engager à rester tranquille et à laisser opérer les indigènes eux-mêmes, me semble vaguement inquiet de ce que pensera le patron. Il croit que le cabinet actuel est décidé à faire les plus grandes concessions à l’Italie.

Trouvé également dans l’antichambre le Tchèque Stefanik retour de Russie. Je n’ai pu que lui serrer la main, mais il a causé avec François de Wendel. Il lui a dit notamment que les choses s’amélioraient beaucoup en Russie et qu’il revenait avec le plus ferme espoir d’avenir. Tu sais que Stefanik était allé en Russie pour tâcher d’organiser une armée tchèque. Il part pour les États-Unis ces jours-ci avec le même objet. Là il y a à faire.

Parmi les sujets professionnels traités avec le ministre, il y avait une petite question concernant la publication des noms des généraux commandant les armées. On avait demandé aux journaux la suppression de ces noms. Quelques quotidiens avaient passé outre. C’est le secret de polichinelle, disaient mes confrères. C’est absurde, incompréhensible une mesure pareille ! Les plus excités étaient les conservateurs car chacun tient à faire mousser son général.

Painlevé a répondu qu’avant de venir au ministère, il ne comprenait pas non plus la raison de ce silence mais il a interrogé Nivelle. Ce dernier a répondu que c’était une des choses auxquelles il tenait le plus, que l’on ne donne pas des renseignements de cette nature. Lui-même cherche à se les procurer sur les ennemis car, suivant que l’on sait que telle troupe est commandée par tel homme, c’est neuf fois sur dix la connaissance de la stratégie employée. J’avoue que j’avais glissé timidement avant d’entrer cet argument, mais mes confrères irrités m’avaient toisé avec mépris. Il me semble cependant que Painlevé et Nivelle, en la circonstance, ont raison.

Je t’ai dit le mot de Nivelle qui m’a été rapporté hier au soir par le général d’Amboix de Larbont [3]. En huit jours j’ai tué cent mille Allemands, pris cent canons, et la guerre sera finie dans quatre mois. Amen !

Et

[1] C’est probablement pour cette raison que Nalèche n’évoque pas ce dîner chez François de Wendel : « Dîner intéressant ce soir à la maison en l’honneur de Guérin qui s’est révélé agréable causeur (Nalèche, Marin, Humbert, Richard de Courson, Jean Mercier, Mmes de Caix et de Neverlée, etc.). » François de Wendel, Journal, 21 avril 1917.

[2] André Lefèvre (1869-1929). Ingénieur des Mines. Journaliste. Homme politique. Député républicain socialiste (1910-1924) des Bouches-du-Rhône. Sous-secrétaire d’État aux Finances adjoint de Klotz (3 novembre 1910-3 février 1911).

[3] Alfred d’Amboix de Larbont (1841-1926). Général de division.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *