20 avril 1917

20 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Jusqu’ici tout paraît satisfaisant, et si les buts que l’on se proposait n’ont pas été atteints, les choses tournent assez bien. C’était l’avis ce matin du colonel. Il y a cependant une chose que je ne crois pas t’avoir dite hier et que le colonel ne savait pas, c’est qu’un corps était massé à l’arrière pour accentuer la poursuite escomptée dans le plan. Or ce corps serait maintenant engagé. Je me demande si ce n’est pas celui de Duchêne [1].

Le neveu, arrivé à midi, confirme la bonne journée d’hier. J’ai cru comprendre que les Anglais étaient sur le point de recommencer la vigoureuse attaque. Ce serait pour demain. Le neveu nous a apporté un document qui ne manque [pas] d’intérêt. C’est le règlement allemand des demeures hospitalières de Noyon. Tout y est, règlement, tarif, conseils hygiéniques, etc. Rien n’y est oublié. On doit ne venir là qu’individuellement et n’y rester qu’une heure. Aucune boisson ne doit y être servie, la seule consommation du sacrifice est permise. Les officiers sont taxés à trois mark plus un mark pour le couvert et un pourboire pour la victime. Les soldats payent un mark cinquante plus un pourboire, et un mark également pour le couvert.

Il est spécialement recommandé à tout homme dont la santé laisserait à désirer, de s’abstenir car il doit se dire qu’il pourrait propager la maladie et ainsi nuire à la solidité de l’armée allemande. S’il est prouvé qu’il a, étant malade, passé outre à ces ordres, il sera recherché et puni.

Les femmes ne pouvant être visitées que deux fois par semaine, et en conséquence leur salubrité ne pouvant être garantie, les consommateurs sont instamment priés de se servir le plus possible de préservatifs et de « virocrème » (sic). Que diable est ce produit qu’ils écrivent en français ?

Malvy m’a téléphoné lui-même pour me demander de la part du président du Conseil d’être ce soir très prudent sur les affaires de Grèce. Son entrevue avec Lloyd George avait été consacrée à ces questions et toutes les solutions auraient été envisagées. Ribot attacherait beaucoup de prix surtout à ce que l’on ne laisse pas croire que le changement ministériel pouvait être dû à la pression des Alliés. Le président du Conseil se tenait du reste à ma disposition pour m’expliquer toute cette politique. J’ai pensé que Gauvain causerait d’une façon plus utile avec lui que moi, et j’ai prié mon collaborateur de demander de suite une audience à Ribot.

J’ai du reste trouvé Herbette très imprudent ce matin dans L’Écho de sortir le mot de république. Il y a tant de manières de parler de cela sans prononcer ce nom qui alarme les monarques de l’Alliance. L’évolution démocratique est un terme qui se prête à tout et qu’une monarchie constitutionnelle pourrait adopter.

L’idée d’établir la république en Grèce ne sourit même pas à beaucoup de gens ici. En causant avec Haussonville [2] hier, j’ai bien vu que ce mot n’était pas sympathique aux genres d’objections qu’il me faisait.

On me dit ce matin que la Thessalie était sur le point de passer aux venizelistes. Si la chose se fait, ce sera le glas de la royauté de Constantin. Il faut bien se dire que celui-ci peut résister. Il s’est entouré de janissaires armés de mitrailleuses, et un conflit peut être sanglant.

Au revoir, old man.

Ton Et

[1] Denis-Auguste Duchêne (1862-1950). Colonel du 69e régiment d’infanterie (1912). Chef d’état-major du 20e corps d’armée (1914). Commande le 32e corps d’armée (1915). Nommé général de divison (28 septembre 1915). Commande la bataille de la Somme (1916). Commandant de la 6e armée au Chemin des Dames. Nommé officier de la Légion d’honneur après la bataille du Grand-Couronné.

[2] Othenin d’Haussonville (1843-1924). Avocat. Membre de l’Institut et, en 1916, vice-président de l’Académie des sciences morales et politiques. Il collabore à de nombreux journaux dont la Revue des Deux Mondes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *