19 avril 1917

19 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je viens de causer une heure avec quelqu’un qui est très au courant de ce qui s’est passé au cours de notre offensive. Mangin, toujours pressé, s’est porté beaucoup plus loin qu’il n’en avait reçu l’ordre, aussi vient-il de recevoir un vigoureux abattage. Il paraît néanmoins qu’il a admirablement racheté son imprudence du Chemin des Dames, mais cela n’empêche pas qu’il y eut une hécatombe de Noirs. Le fait que je te signalais du départ de l’offensive vingt-quatre heures plus tôt qu’on ne l’avait prévu est exact, par conséquent le pilonnage fut moins complet qu’il n’aurait fallu. C’est là qu’est la faute de Mangin qui avait déclaré qu’il irait à Laon d’une seule traite et qui, pour réaliser cette forfanterie, a dépassé les ordres prescrits et s’est trouvé accroché dans des fils de fer.

Un coup de téléphone du GQ dont on vient de me rendre compte, dit que tout va bien. Amen. Les buts ne sont pas atteints car on devait prendre de suite Morainvilliers qui serait, au dire de Bidou, la position la plus importante de Champagne, et Morainvillers n’est pas encore occupé ; en revanche, Comillet représente une position très forte et sa prise doit être enregistrée comme un gros succès. De toute façon, c’est dur, très dur.

En Russie, d’après ce que vient de me dire un homme dont je t’ai parlé déjà et qui est dans un grand nombre d’affaires, H.B. [1], impression toujours très mauvaise. On expulse les administrateurs des affaires qui cependant avaient été montées avec des capitaux exclusivement français. Le procédé est simple. On convoque pour les assemblées avec des délais illusoires qui ne permettent pas aux pouvoirs de parvenir. L’assemblée a lieu, les Français ne sont pas représentés, et d’un seul coup tous les administrateurs sont remerciés.

Notre ministre à Stockholm [2] aurait télégraphié hier au Quai d’Orsay qu’il était apparu que des indications avaient été données aux Kienthaliens réunis en Suède par des radicaux-socialistes français. Le Quai aurait répondu en priant de préciser les noms. Naturellement, tout le monde pense à Castelnau (?) Je suis plus sceptique à ce sujet. Je serais bien étonné s’il avait donné des instructions directes. Ses propos actuels ne paraissent pas l’indiquer, mais quand on lit les filets du Bonnet rouge on peut se dire qu’il se ménage ce monde-là pour l’avenir. Il est parfaitement capable de laisser les Kienthaliens marcher de façon à ne pas perdre le contact et à retrouver des troupes utiles à un moment donné.

On dit beaucoup que Russes et Allemands, au nord côté Riga, jouissent à l’heure actuelle d’une sorte de trève. On se serait engagé de part et d’autre à ne pas faire d’attaque, et des rapports très courtois se seraient établis entre les soldats des deux fronts, et ces anciens ennemis joueraient ensemble aux cartes.

Je reçois seulement maintenant une lettre antérieure à celle dont je te parlais. Elle est datée du 8 mars et rend compte au crayon, au jour le jour, des événements de la rue à Pétrograd.

La mère de Nicolas Raffalovitch directeur de la Banque russo-asiatique, qui vit seule à Pétrograd, reçut la visite de soldats commandés par un caporal. Ils entrèrent brutalement et perquisitionnèrent pour voir s’il n’y avait pas d’armes cachées chez cette vieille femme. Ils ont probablement trouvé un chlysopompe [3] mais, ne découvrant pas d’engins, ils se sont fait remettre toute la galette qu’ils ont empochée. À la suite de cette perquisition, la pauvre femme, tremblante, veut téléphoner ses émotions à l’une de ses amies qui lui répond en larmes que les soldats viennent de faire la même chose chez elle et ont assassiné son mari dont le cadavre gît près d’elle. Une autre anecdote : Le baron Freedericks est arrêté et enfermé dans je ne sais quel château. Il crie, tempête, réclame le gouverneur pour lui dire quelque chose d’absolument urgent. On croit à des révélations, on appelle le gouverneur qui se rend en personne chez le baron. Il réclame un pédicure, ayant un cor qui le fait horriblement souffrir.

On perquisitionne chez ledit Freederiks et on met la main sur le journal de sa vie. Sais-tu ce qu’on y lit, et c’est terriblement compromettant.

– 12 h – Reçu par l’empereur. Causé une heure. Sorti très content.

– 2 h – Visite du procureur du saint-synode. Causé pendant 2 h d’une foule de questions.

– 4 h – Me sens mal au ventre. Crains quelque chose de grave. Je vais à la selle. etc., etc.

Je pense que, en présence de pareilles révélations, Freedericks sera fusillé.

Lenoir, le député, revient de Reims. Il nous raconte que cinquante-six obus sont tombés sur la cathédrale lundi. Treize ont porté et l’ont atteinte dans ses œuvres vives. Elle a plus souffert en cette seule journée que depuis le commencement de la guerre. Des verrières sont brisées et l’édifice est maintenant très compromis [4]. On pourrait y faire revenir Dalimier, il ne dirait plus que c’est une « déception ».

Ton vieil

Et

[1] Non identifié. Nalèche l’appelle capitaine dans sa lettre du 23 avril 1917.

[2] Il s’agit d’Eugène Thiébaut (1856-1938). Diplomate. Ministre plénipotentiaire à Stockholm de 1910 à 1918.

[3] Il s’agit d’un fusil.

[4] Cf. lettre du 9 avril 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *