18 avril 1917 ?

[18 avril 1917 ?]

 

[manque p.1 r°/v°.]

 

beaucoup la société.

L’entourage serait nul aussi. Chambrun qui est là et qui est intelligent cependant, est beaucoup plus occupé à organiser les réceptions qu’à s’occuper des affaires. D’autre part, tu connais le gros défaut de Chambrun, il est à son aise en Russie. Doulcet [1], mon ancien camarade qui est un garçon intelligent lui aussi honnête et consciencieux, ne répète que ce qu’on lui dit ou ce qu’on lui prescrit de dire. Exemple : Mon collaborateur arrivait d’Arkhangel où il avait vu l’embouteillage dû aux glaces et par où rien ne pouvait passer. Il en a du reste fait un récit bien pittoresque dans le journal qui l’envoyait. Doulcet lui a affirmé que le service était normal ! ! et n’a jamais voulu en démordre.

Somme toute, les impressions de Lacaze sur la Russie sont violentes et il me citait le cas d’un général plus ou moins gouverneur en Finlande dont le nom bien russe est : Baumgarten qui, faisant une conférence, a dit en propres termes : La Marne est un incident que les Français ont démesurément grossi, c’est un petit fait de guerre sans importance, encore est-il dû aux succès de l’armée russe. Et si nous n’étions pas là, les Français et les Anglais seraient déplorablement battus. La victoire ne sera due qu’aux seules armes russes.

Ce serait donc la Russie qui empêcherait les Roumains de se mettre en route par sa politique fuyante et zigzaguante. C’est ce que Philipesco va tâcher de débrouiller à Pétersbourg.

En résumé, je crois que Lacaze a une impression beaucoup trop mauvaise des Russes et beaucoup trop bonne des Roumains. Je connais assez bien ces derniers et il ne faut toujours croire qu’à moitié leurs promesses et leurs affirmations.

Lacaze a été, je crois, dégoûté par cette corruption générale dont je t’ai déjà parlé, et pour lui aussi le chambardement est certain dans l’avenir.

Quant à ce qu’il dit de notre diplomatie, je crains pour nous qu’il ne soit très près de la vérité. Il me citait un petit fait qui s’est passé à Londres et qu’il tenait de l’officier de liaison avec qui il avait fait une partie du voyage.

À 8 h du soir, une dépêche chiffrée arrive portant mention réponse urgente. Tous ces messieurs dînaient en ville. Aucun d’eux n’est revenu faire le travail. À minuit, un attaché passe à l’ambassade et commence à déchiffrer. Au bout de quelques instants il en a assez et remet au lendemain la fin de la besogne et la réponse. J’ai passé assez de temps dans cette administration pour savoir l’esprit qui y règne et malheureusement je constate que c’est très vraisemblablement ainsi que les choses se sont passées.

Ton affectionné

Et

 

Au Sénat on est très optimiste sur la bataille engagée. On prétend que le général Pétain aurait dit qu’un repli sur la rive gauche de la Meuse lui aurait stratégiquement paru préférable, mais que puisqu’il fallait défendre Verdun, les Allemands n’y entreraient pas.

À la Chambre on est plus nerveux. On épilogue sur le communiqué et le village de Douaumont. Un de nos amis député ajoute que c’est d’une bien petite importance, les Allemands étaient à deux cents mètres du village. Ce sont des fluctuations de batailles bien naturelles.

On parle aussi d’une altercation dont le bruit court depuis quelques jours. On l’explique ainsi. Pétain aurait fait part à Castelnau d’un ordre de Joffre. Cet ordre est écrit, a demandé Castelnau – Le voilà. – Eh bien, je le déchire et je prends les choses sous ma responsabilité, vous allez marcher en avant. ? ? ?

[1] Jean Doulcet (1865-1928). Diplomate. Il est premier secrétaire puis ministre plénipotentiaire à Saint-Pétersbourg en 1912.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *