17 avril 1917

17 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

On m’a téléphoné tout à l’heure que Loucheur aurait reçu des nouvelles directes de Micheler et que ce dernier lui aurait annoncé la prise de Craonne cette fois définitive, et que la partie de l’offensive qui était restée accrochée se serait dégagée. D’autre part, un coup de surprise aurait réussi à Auberive, coup excellent me dit la personne qui m’a téléphoné. J’avais appris d’autre part par un des gros bonnets de l’Armement que le coup d’Auberive c’était 2 km de profondeur sur 4 de largeur, ce qui n’est pas extrêmement considérable comme tu le vois, à moins que ces positions n’aient été extrêmement fortes.

On nous a enlevé dans Bidou quelques lignes qui parlaient de positions auxquelles les journaux du matin faisaient allusion. Que veut dire cette coupure ? Serait-ce que nous n’avons pas conservé les points, ou a-t-on trouvé que nos précisions étaient trop nettes ?…

On me dit que la Maison de la Presse, cette magnifique institution, serait tout près d’avoir vécu. Depuis longtemps, comme tu as pu le constater, l’opinion n’était guère favorable à cet assemblage de notoires incompétences ou de petites ambitions s’exerçant dans les sens les plus divers. Mme Ribot[1] lui aurait porté le dernier coup. Elle s’accommode mal, paraît-il, de l’hospitalité qu’elle donne au Blocus au-dessus de sa tête, et voudrait voir s’en aller au diable notre Denys et son personnel. La maison de la Rue François-Ier serait tout indiquée pour recevoir le ministère du Blocus. À la présidence du Conseil seraient rattachés un ou deux des services assurés par l’institution Berthelot, et tous les autres seraient liquidés, supprimés, volatilisés. C’est toute une physionomie de la Guerre qui disparaîtra. Que deviendra le futur salon de Mme Berthelot qui devait réunir dans un éclectisme de si bon aloi toutes les remuantes personnalités depuis le Gotha jusqu’à Colette Willy en passant par de plus bourgeoises ambitions. Ce serait vraiment un désastre, peut-être les influences s’exerceront-elles pour empêcher ce cataclysme. Deviendrait-on sérieux, par hazard ?

Je t’ai dit que j’avais assez longuement causé avec un homme qui a une grosse situation chez Thomas. Ce dernier est parti samedi pour la Russie. Il croit qu’il pourra agir avec fruit auprès du nouveau gouvernement et aussi auprès du comité de Tauride. Mon homme m’a fait grand éloge de son patron. Cependant il a eu un mot qui dépeint assez bien ce qu’est ce ministre : « Quand Thomas a travaillé dix-sept ou dix-huit heures par jour, il croit que tout le ministère a travaillé comme lui. »

Il estime que si l’entourage du ministre n’a pas été toujours très approprié à la besogne ni très compétent, il y a apporté beaucoup de bonne volonté et de désir de bien faire, qu’il faut lui en savoir gré. De plus, ce qu’on ne croit généralement pas, c’est qu’il est très désintéressé malgré les abus qui ont eu lieu et dont ce personnel n’est pas responsable.

L’affaire de Roanne ?… Eh bien, l’affaire de Roanne a mal marché car H. [2], qui est remarquablement intelligent, ne sait pas ce que c’est qu’une question d’argent. Et quand on parle de cinquante ou soixante millions qu’un arsenal de ce genre peut coûter, on ne se rend pas compte que c’est peut-être une économie. Dans un budget comme le nôtre, si, en fabriquant des obus, vous économisez un franc par obus, mais vos soixante millions ne sont plus rien. C’était le cas d’H.

Amitiés.

Et

[1] Mme Alexandre Ribot (1849-19). Américaine. Née Mary Burch.

[2] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *