16 avril 1917

16 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne fais mon pensum qu’après ton coup de téléphone, je n’ai pas eu trois minutes à moi de la journée. Voici ce que je n’ai pu te dire tout à l’heure.

Tu te souviens que je t’ai parlé il y a deux ou trois jours [1] d’un Conseil des ministres qui aurait été un peu orageux et dans lequel la question de l’offensive aurait divisé les opinions. Mon informateur a demandé à Saincère si c’était vrai. Saincère a répondu que l’on avait beaucoup exagéré mais qu’en effet il y avait un peu de vrai. Il ajoutait que les militaires étaient toujours les mêmes. Nivelle avait demandé à tous les généraux s’ils étaient prêts. Réponse affirmative, et l’un d’entre eux ne l’était pas, Humbert. La chose présentée comme cela n’est pas exacte et on sent le dilettante. L’explication m’a été donnée aujourd’hui par un témoin oculaire. Sur la foi d’un prisonnier polonais, on a cru que Saint-Quentin avait suivi le mouvement de repli allemand et se trouvait à peine gardée avec des abris très faibles, un chemin de fer inachevé. Franchet d’Espérey, avec sa légèreté habituelle, a jugé que le moment était opportun. On a lancé deux divisions qui ont été abîmées en se heurtant à des positions très fortes. Coût cinq mille hommes.

C’étaient les Français qui devaient prendre Saint-Quentin et on s’était arrangé pour que les Anglais y entrassent en même temps pour leur en laisser l’honneur. Ce sont eux qui sans doute vont y entrer seuls en bons premiers.

Dans le secteur Soissons-Reims, les Allemands ont une position formidable avec sept ou huit divisions en réserve. Mais ce matin, d’après le témoin oculaire, on avait l’impression qu’une partie d’entre elles glissait du côté anglais, et ce serait bien heureux.

À l’est de Reims, c’est demain seulement que l’on se met en mouvement. On va faire un formidable effort, mais s’il échoue on ne pourra pas le recommencer de sitôt.

Le neveu était venu, envoyé par son état-major, pour tâcher d’obtenir une organisation en faveur des pauvres malheureux habitants des régions envahies. Il paraît que la misère est épouvantable. Ils n’ont plus rien, ni chaussures, ni habits, ni linge. À Compiègne, dix-neuf sont morts de froid. Les militaires s’en fichent comme d’une guigne, et ces pauvres diables commencent à se demander pourquoi on les a délivrés d’un joug qui leur pesait mais sous lequel tout de même ils avaient pu manger si peu que ce soit. Les Allemands les ont expédiés avec un simple paquet de hardes. Rentrés chez eux, ils ne trouvent plus rien alors ? . Le neveu aurait voulu organiser une espèce de centre dans lequel le public aurait envoyé tous les objets matériels et leur état-major se serait chargé de prendre tout cela et de le répartir.

Nous sommes allés trouver Jean Dupuy, mais malheureusement notre Syndicat ne peut rien. Qui pourrons-nous trouver pour entreposer ainsi ce qui arriverait ? Le neveu est allé à L’Écho de Paris. Ce dernier marchera peut-être pour faire de la réclame.

Mais n’est-ce pas douloureux de voir la France laisser tant de malheureux dans cette détresse après trois ans de souffrance.

Ton vieil

Et

 

Tu as connu le bruit de la mort de Guynemer [2] tué par un jaloux. D’après la dernière version il ne serait pas mort, mais à Saint-Jean-de-Dieu avec plusieurs balles dans l’épaule et l’on aurait qualifié cette affection de bronchite. Peut-être n’y a-t-il rien de vrai. On l’avait déjà fait mourir une fois sous le poignard d’une espionne.

 

[1] Cf. lettre du 14 avril 1917.

[2] Georges Guynemer n’est pas mort. Il mourra en vol le 11 septembre 1917. Cf. lettre du 8 octobre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *