15 avril 1917

15 avril 1917

 

Mon cher Pierre,

 

C’est décidément Thomas qui tient la corde pour Pétrograd [1]. Il vient de télégraphier à Commyre [2] à Londres pour lui demander de l’accompagner dans sa mission le cas échéant.

Un de mes jeunes collaborateurs, le fils d’Henri Chantavoine [3], a dîné dans l’intimité chez Bourgeois. Ce dernier a raconté son dernier voyage avec le président de la République au front des armées. Comme Bourgeois échangeait ses pensées avec son hôte, tous deux sont tombés d’accord sur ce jugement, c’est que notre armée avait pris l’allure d’une armée victorieuse. Malgré le peu de confiance que m’inspirent les deux personnages, il faut tout de même tenir compte de cette opinion qui semble sincère et qui est consolante.

Aujourd’hui c’est dimanche, mon vieux Pierre, le robinet est un peu fermé.

Ton vieil

Et

 

Lazare Weiller vient de m’envoyer deux articles. Ce que cet homme-là fait pour entrer en relation avec nous, c’est inimaginable. Il voudrait même faire quelque chose pour nous comme capital. Et, le croirais-tu, ces articles sont sur la représentation auprès du pape. Tu trouveras dans mes lettres d’antan le constat que la seule ambition de Joseph Reinach serait d’être ambassadeur au Saint-Siège. Ah ! les Juifs.

Je donnerai les articles de Weiller, ce sera un excellent argument.

[1] Pour remplacer Maurice Paléologue comme ambassadeur de France.

[2] Non identifié.

[3] Jean Chantavoine (1877-1952). Philosophe et historien de la musique. Il est critique musical à la Revue hebdomadaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *