14 avril 1917

14 avril 1917 [1]

 

Est-ce commencé, n’est-ce pas commencé ? C’est la grande question que tout le monde pose. Chacun apporte sa conviction qu’il tire de conversations avec les concierges de ministres ou de généraux, et dans cet amas de contradictions il est très difficile de tirer quelque chose de précis. Je savais par Pernot il y a quelques jours qu’on avait retardé, mais jusqu’à quand ?

En tout cas, ce matin, l’informateur politique nous arrivait à la sortie du conseil en nous disant qu’il y avait ici des tiraillements assez forts entre les différents ministres, les uns se prononçant pour l’action, les autres, dont Ribot et Painlevé très inquiets pour la perte d’hommes, inclinaient vers l’inaction. En entendant mon homme me raconter ces prétendues divergences, je me suis demandé si ce n’était pas un mot d’ordre donné aux journalistes afin de faire taire tous les bavardages.

Vers 5 h, ayant eu à téléphoner à un des habitants de la Rue François-Ier qui n’est pas Alter ego, ce brave garçon m’a dit : Nous avons de bonnes nouvelles, les Anglais continuent à bien travailler. Et chez nous, ai-je demandé. Le ton est devenu subitement mystérieux. Là aussi, me dit-il, on en donnera sous peu.

D’autre part, j’ai vu tout à l’heure un ami de Brugère. Il avait vu le général hier au soir et ne l’avait jamais trouvé aussi nerveux. Il lui en fit l’observation. Le général répondit : Que voulez-vous, il y a des moments où vraiment on ne se domine plus. Mes trois fils et mon gendre sont en Champagne… et en ce moment ma nervosité peut se comprendre.

J’ai reçu hier une longue lettre de Russie que j’avais apportée au dîner. Mon correspondant est bien sombre et ne voit pas l’avenir en rose. Milewski avait été tristement prophétique. Depuis que les soldats nomment leurs officiers et qu’il n’y a plus de peine de mort, les défections dans l’armée sont nombreuses. Les soldats rentrent tranquillement dans leur village. Mon correspondant a un ami officier de cosaques qui lui écrit que la moitié de son régiment a disparu. Dans cette lettre il s’élève contre la lâcheté générale. Lâche le czar qui, ayant douze millions d’hommes derrière lui, ne songe qu’à abdiquer, lâche le grand-duc Michel qui cède devant trois délégués, lâches les ministres et la cour. Un seul homme a bien mérité, Bobrinsky [2]. J’ai envoyé cette lettre datée du 25 mars à Gauvain, je te la montrerai quand elle me sera rendue.

Toujours à propos de la Russie, le retour de Paléologue a été agité en conseil, on cherche par qui le remplacer. Tu as su sans doute qu’on avait parlé de Barthou, en ce moment on pense à Albert Thomas.

Quelqu’un me disait tantôt qu’on serait d’accord avec les Japonais pour menacer la nouvelle Russie au cas de tentative de paix séparée, d’une déclaration de guerre chinoise et japonaise, mais ?? – Je n’y crois guère. Notre meilleur atout c’est encore les États-Unis et un blocus sérieux qui affamerait plus encore la Russie que l’Allemagne.

J’ai eu quelques renseignements ce soir-même par un receveur des postes interné en Turquie, sur Constantinople. Il a quitté cette ville il y a dix jours. Naturellement il ne voit pas le côté politique, c’est le côté matériel seul dont il peut parler. À ce point de vue-là, il y a dans le pays une misère très grande, mais les gens riches arrivent encore à se procurer bien des choses. Dans les rues on voit des officiers et des soldats allemands ou autrichiens en uniforme et avec leurs casques, mais presque pas de soldats turcs. Et on nous parle de la paix séparée !

Les Turcs ne feront la paix ou ne chercheront à la faire que quand ils verront l’Allemagne glisser sur la pente. Alors, Talaat qui est déjà tout-puissant, jettera Enver à l’eau ainsi que Djemal et cherchera à rentrer en grâce. C’est là qu’il faudra se montrer intraitable. Ce n’est hélas pas notre intérêt à nous mais c’est l’intérêt général.

Picot est parti par l’Égypte avec la Palestine comme but, c’est lui qui doit être là-bas le haut-commissaire français. Il emmène tout un cabinet, médecins, interprètes, secrétaires. Il s’en va par Brindisi d’où, sans doute, un croiseur le portera à Alexandrie. C’est le futur grand homme ! ! Il devait partir lorsque les Anglais seraient sur le point d’être maîtres de la situation. Il attendait depuis un certain temps. Son départ n’est-il pas indicatif de la prochaine arrivée des Alliés à Jérusalem, ou n’a-t-il pu modérer son impatience.

As-tu su l’histoire assez mystérieuse qui est arrivée à Nicolas Potocki et qu’on raconte couramment à Rambouillet. Le noble Polonais avait un secrétaire, son compatriote, près de lui depuis dix-sept ans. Ce secrétaire avait été mêlé à des séries de négociations à propos de la Pologne qui s’étaient tenues en Suisse. Or, ce secrétaire vient de disparaître en emportant trente mille francs. On a perdu complètement sa trace. Il fut vu avec un homme et une femme aux Vaux-de-Cernay pour la dernière fois. Potocki ne peut pas croire que ce soit ce vol de trente mille francs le seul motif de sa fuite. Les bonnes gens se demandent si ce secrétaire n’était pas tout simplement un espion boche placé de tout temps auprès du Crédit polonais pour surveiller les agissements dont sa grande fortune pouvait lui permettre d’être le centre. Nicolas ne voudrait pas porter plainte car cet homme a été mêlé à l’intimité de sa vie et cela pourrait avoir des inconvénients…

Au revoir, mon vieux Pierre.

Et

[1] À cette date, François de Wendel indique : « Présenté Nalèche à l’Union avec Xavier de La Rochefoucauld. Il a été reçu en même temps qu’Hardjes (Banque Morgan). » François de Wendel, Journal, 14 avril 1917.

[2] Alexeï Alexandrovitch Bobrinsky (1852-1927). Russe. Historien. Archéologue. Homme politique. Chef du parti de droite à la Douma (1915). Directeur adjoint au ministère de l’Intérieur (mars-juillet 1916). Ministre de l’Agriculture (juillet-novembre 1916). Il siège au Conseil pour l’unification de la Russie (1918-1919).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *