13 avril 1917

13 avril 1917

 

Je reviens sur notre réunion d’hier car je ne crois pas t’avoir parlé de certaines conditions de séjour de Guérin à Berlin. Dans la capitale de l’Allemagne il est flanqué constamment d’un officier qui ne le quitte jamais et qu’il appelle son officier d’ordonnance. C’est un comte W…(?)…ki. Je ne serai pas fichu d’orthographier le nom. Il est par hazard assez bien élevé et comprend, paraît-il, un certain nombre de sentiments. Un jour où Guérin dînait avec lui et quelques officiers dans une tournée, il lui a proposé de boire à la paix. Mais, dit notre compatriote, boire à la paix ce n’est pas commode, car ma paix à moi est juste l’opposée de la vôtre. – Buvons à la paix tout simplement, répliqua l’officier en présence de ses camarades.

Guérin qui, à Lille, s’est beaucoup occupé d’art, est arrivé à établir qu’à Berlin il aimait à aller flâner dans les musées, et lorsqu’il a une visite à faire à un ambassadeur neutre quelconque sans que cela soit connu, il déclare à son officier d’ordonnance qu’il va aller se retremper quelques instants devant les chefs-d’œuvre. Le militaire le laisse faire, alors il s’échappe et fait sa visite. Autrement il est suivi jusque dans les salons de l’ambassadeur. Seul l’ambassadeur d’Espagne a fait comprendre au capitaine qu’il était de trop, mais, au moment de partir, l’ambassadeur n’a pas la main sur le bouton de la porte que le capitaine comte est là.

Il semble qu’en Allemagne comme en France l’administration civile ne s’entende guère avec l’administration militaire. Plusieurs fois Guérin nous a montré que le fait d’avoir certaines autorisations des pouvoirs civils amenait au contraire un redoublement de sévérité de la part des fonctionnaires du GQG qui prenaient le contrepied.

Les Anglais ont été, paraît-il, assez jaloux et mortifiés de la grosse importance donnée par l’opinion française à l’intervention américaine. Des correspondants de journaux anglais (c’est l’un d’eux qui nous l’a raconté) ont même fait une démarche pour demander par quelle raison les journaux ou certains journaux avaient mis l’Amérique en manchettes sur trois ou quatre colonnes tandis que la manchette des succès anglais ne figurait que sur deux colonnes. On a répondu, c’est la censure. Ils ont cherché alors à faire rapporter cette mesure. Il a fallu leur expliquer que l’interdiction était générale et qu’elle datait du début de la guerre. Où l’orgueil britannique va-t-il se nicher ?

Tu es au courant, n’est-ce pas, de la mission Joffre-Viviani, je t’en ai parlé je crois. Ni l’un ni l’autre ne savent l’anglais. À quoi diable serviront-ils ? J’ai entendu ce matin assez vivement critiquer l’envoi de Joffre à cause de l’effet que cette arrivée peut produire sur l’Américain qui se dira : Ou Joffre est un homme de premier plan comme génie militaire, alors pourquoi ne le garde-t-on pas – ou c’est une vieille baderne et nous ne voyons pas alors pourquoi on nous l’envoie. Il y a du vrai dans le raisonnement ci-dessus, néanmoins je crois que Joffre jouit d’un certain prestige et que sa venue pourra faire un certain effet, mais Viviani !

Milewski est venu me voir. Il me dit que le gouvernement russe vient de faire une forte gaffe en prescrivant les obsèques civiles des victimes de la Révolution. Par là il paraît vouloir jeter à l’eau le saint-synode et bannir l’orthodoxie. Maladresse insigne. Il va créer dans tout l’empire un parti très fort qui préférera revenir à l’ancien état de choses. Ce parti sera celui des popes qui n’ont que de petits traitements et ne nourrissent leurs femmes et leurs enfants qu’avec le casuel. Ex : Son curé a deux cent cinquante roubles de traitement fixe et se fait deux mille roubles avec le casuel. – Ceci juste au moment où l’on parle de faire voter les femmes. Toutes celles-ci, complètement illettrées, demanderont conseil à leurs popes et ne feront que ce qui leur sera indiqué par ces chefs religieux qui étaient très démocrates.

Je viens d’avoir mon premier frottement avec Degouy. Il m’a porté un article laissant entendre qu’il faudrait bousculer le Danemark et les Scandinaves. C’est de « l’élixir de folie », dirait Gauvain. Du reste, la théorie de Degouy a été longuement exposée par lui dans des articles de La Revue des Deux Mondes. Il a des idées mais elles ne sont pas toutes bonnes. Je ne vois pas très bien ce que nous ferions si l’Allemagne, en réponse, déclarait la guerre au Danemark.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *