12 avril 1917

12 avril 1917

 

Comme je t’ai regretté aujourd’hui, mon cher Pierre. Le déjeuner que tu as manqué a été d’un intérêt tout à fait exceptionnel, non pas seulement à cause de ce que nous a raconté Guérin [1] mais aussi par l’ensemble de ce qui a été échangé. Comme je te l’avais dit, nous avions comme convives Jonnart, Gauvain, Pernot, Vauréal et Jean Dupuy qui est venu à l’issue du repas, ayant déjeuné à la légation de Belgique. Nous sommes sortis de là à 3 h 3/4 au grand dam de ma besogne.

Je n’essaie pas de te raconter tout ce qui a été dit, il y en a trop, il faudrait un peu me dépiauter comme un artichaut. Mais en tout cas, de la conversation de Guérin on peut tirer que le moral des troupes allemandes est comme leur nourriture, ultra mauvais, et que cela seul explique le recul car, dit notre compatriote, les soldats ne veulent plus aller au front. Pernot a confirmé cela en disant qu’il avait la preuve que des régiments entiers avaient été amenés sur la ligne de feu grâce à une supercherie qui leur avait laissé ignorer leur destination.

Guérin n’a pu malheureusement nous donner de détails sur Berlin. Il va sans doute y aller à la fin du mois, mais il est resté dix mois à Lille quasi séquestré et en prévention de Conseil de guerre. En voici la raison. En rentrant en Allemagne à son dernier voyage, les autorités lui dirent qu’une certaine effervescence régnait dans les pays envahis parce qu’on avait été obligé de déplacer quelques familles, des chômeurs, et qu’on comptait sur lui pour calmer les esprits. Sans soupçonner la mauvaise foi, Guérin signa je ne sais quelle déclaration. Arrivé à Lille il comprit l’abominable mensonge et constata que pendant sept jours les Allemands s’étaient livrés au monstrueux attentat contre le droit des gens en arrachant les filles à leurs mères, en brisant les familles dont on éparpillait les membres. La population a vécu pendant cette semaine ou cette quinzaine dans une terreur folle. Les soldats entraient dans les maisons à 3 ou 4 h du matin et exécutaient leurs ordres avec la pire brutalité. Guérin rédigea alors deux pages soignées qu’il publiera plus tard et les envoya au gouvernement. L’affaire fut mal prise par le pouvoir et Guérin reçut l’ordre de se tenir à la disposition de la Kommandantur en prévision du Conseil de guerre. Ce dernier fut évité, mais on lui signifia qu’il devait rester chez lui et qu’il ne voyagerait plus. Cela dura dix mois jusqu’au moment où l’on eut besoin de lui tout récemment, et on le fit venir à Paris d’où il doit aller à Berlin, mais il ne s’en soucie guère et espère que sa mission pourra s’exécuter à Berne.

Pendant dix mois à Lille il n’a mangé de la viande que trois fois. Depuis longtemps on n’a plus ni lait ni beurre mais, nous dit-il, le soldat allemand est encore bien plus mal nourri et c’est la grosse cause de son mauvais moral. Contrairement à ce que certains journaux ont dit, les envahisseurs ne dérobent pas les vivres fournis par le ravitaillement américain. Une autre cause de la baisse des esprits, c’est la différence qui existe entre le traitement du soldat et des officiers. Guérin a eu l’occasion à Longwy de dîner à la table de ces derniers et il nous assure qu’ils ne se privent de rien et ont tout ce qui leur faut. Je ne crois pas que nos poilus supporteraient cela longtemps.

À Lille, il y aurait mille deux cents maisons démolies environ. Le quartier de la gare, la rue Faidherbe sont très éprouvés, mais par les Allemands et non par les Anglais comme l’imprime chaque jour La Gazette des Ardennes. Malgré le manque de nouvelles ou plutôt l’abondance de nouvelles fournies par les Allemands, nos populations supportent leur malheur avec un courage que rien ne désarme et des espoirs que rien ne peut abattre. Ils sont séparés du reste du monde depuis deux ans et demi et ne croient pas un mot de ce que leur racontent leurs oppresseurs. Tout ça c’est des « menteries », disent-ils, et ce mot s’est généralisé.

Jonnart nous a raconté tout l’historique de la proposition que lui avait faite Briand d’aller à Athènes. On l’envoyait sans mission définie, tout simplement pour remplacer Guillemin qu’on renvoyait, chose extravagante, non pas parce que l’on n’était pas content de sa diplomatie mais parce qu’il déplaisait à Constantin et que ce dernier avait demandé son rappel. Jonnart a voulu mettre les points sur les i et il a posé comme condition que les mesures qu’il prendrait ne seraient pas soumises à l’approbation, qu’il entendait, au jour voulu, donner ses ordres à la marine française et que ses ordres seraient exécutés séance tenante. Tu vois où il voulait en venir. Briand a eu l’air de lui donner raison et il lui a montré la copie des dépêches qu’il envoyait aux États-Unis et ailleurs pour signifier ces desiderata. Mais, dit Jonnart, on a bien dû répondre à ces télégrammes, or je n’ai jamais pu connaître la réponse. Je t’assure que Jonnart n’a qu’une bien médiocre estime pour l’ancien Premier.

À propos de ces missions sans ordre défini, Pernot nous racontait que l’insuccès de la mission Loucheur-Herriot à Londres ne pouvait guère réussir car c’est à 4 h du soir qu’on leur a dit par téléphone qu’ils devaient partir tous deux à 6 h sans aucune instruction, sans savoir que vaguement ce qu’ils allaient traiter. Aussi ce voyage a-t-il laissé à Londres le plus fâcheux souvenir, et Herriot passe même chez nos Alliés pour ne pas être de bonne foi.

Pernot nous dit que Guernier [2] est pitoyable là-bas. On lui a donné cette mission pour compenser le sous-secrétariat d’État qu’on lui refusait. Cela coûte un prix énorme car il ne s’est pas contenté du bâtiment qu’on lui affectait, il a loué un véritable palais appartenant aux Marlborough ou à quelque autre grand seigneur.

Jonnart a une façon d’apprécier Berthelot qui en dit long : « Quand Berthelot vous propose quelque chose, dit-il, on a l’impression que ce n’est pas parce qu’il trouve sa proposition plus ou moins utile au point de vue général, mais qu’il y a un intérêt qu’il dissimule. ». C’est assez juste, n’est-ce pas, si tu connais l’homme.

Guérin n’aime pas beaucoup non plus le personnage et ne se loue pas des procédés de gouvernement. Depuis plus de deux ans, nous dit-il, que je suis président du Ravitaillement, quand je vais à Berlin, je me trouve chaque fois aux Affaires étrangères en face du même monsieur qui a ses dossiers devant lui, connaît admirablement les questions qu’il a à traiter, et si par hazard une pièce manque, il l’a dès le lendemain. Ici, jamais je ne sais à qui m’adresser. Il faut que je coure dans cinq ou six ministères et là j’ai la plus grande peine à trouver le monsieur de qui cela dépend, et jamais personne au courant.

Jean Dupuy nous a raconté, pour une affaire de gros intérêt général, qu’il fallait régler sur l’heure son odyssée dans six ministères et sans avoir pu trouver l’homme responsable. Il avait pris un taxi à 4 h et il le quittait à 8h1/4 n’étant pas fixé, et c’est un ancien ministre, sénateur, président de x commissions. Tu penses ce que doivent poireauter les simples mortels.

En attendant, les thuriféraires de Briand disent que jamais ministre ne fut plus remarquable que lui. C’est lui qui a sauvé la vie de milliers et de milliers de soldats en renvoyant Joffre qu’il a fait exécuter par Lyautey le seul homme capable de mener à bien l’opération, qu’il a dirigé les affaires de Grèce dans la perfection avec une prudence à laquelle on rendra justice, etc., etc. Ce panégyrique fut entendu hier par quelqu’un de ma famille venant d’une personne que tu connais.

Il me semble qu’en voici rudement long ! Le pensum est d’importance.

Ton vieil

Et

[1] Louis Guérin (1852-1919). Industriel, directeur de la maison de Lille du Comptoir de l’industrie lainière. Depuis 1915, il s’occupe du ravitaillement des départements occupés. Il crée le comité d’alimentation du Nord de la France qui nourrit jusqu’en 1918 deux millions de Français dans dix départements envahis.

[2] Charles Guernier (1870-1943). Homme politique. Député gauche radicale d’Ille-et-Vilaine (1906-1924). D’avril à novembre 1917, il est haut-commissaire de la République française en Grande-Bretagne pour la centralisation des services du ravitaillement, des transports et du charbon (négociations maritimes avec le gouvernement britannique) et représentant de la France dans les comités interalliés pour l’achat de blé et sucre, l’affrètement et l’achat des navires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *