28 février 1917

28 février 1917 [1]

 

Mon vieux Pierre,

 

            Entendu pour mardi soir.

 

Rien de particulièrement intéressant à signaler au long de cette journée. Cependant, un commandant qui est arabisant et connaît très bien l’Orient nous a dit que les Anglais seraient à Bagdad d’ici à une quinzaine de jours. Il y a environ cent cinquante kilomètres, je crois, il ne faudrait pas pour cela qu’ils aient à livrer beaucoup de combats en route.

As-tu entendu dire qu’on se battait sur notre front ? On dit beaucoup qu’il y aurait une action commencée depuis 48 h, mais on ne dit pas exactement où.

Je ne sais si je t’ai parlé hier de l’envoi que l’on m’a fait de New York d’un récit très curieux publié par un journal américain. L’auteur en serait un typographe hollandais qui, pour suivre les cours de l’université de Berlin, aurait contracté un engagement avec l’imprimerie du Vouvaerts et serait resté quatorze mois en Allemagne de 1915 à 1916. Il raconte ce qu’il a vu et entendu. Tout est tellement poussé au noir que je ne le donnerai pas. Je crains que ce ne soit guère authentique. Pour lui, c’est la faim qui a poussé l’Allemagne aux offres de paix et c’est la famine qui amènera l’écroulement. Ce récit est très vivant, très pittoresque et se passe dans une classe dont on n’a jamais beaucoup dépeint la situation actuelle. Néanmoins, malgré toutes les réserves que je pourrais faire, il me paraît dangereux de publier quoi que ce soit montrant l’Allemagne à deux doigts de l’abîme. C’est un mauvais service à rendre à notre public et on ne l’a déjà que trop leurré. Le récit est intercalé de quelques lettres de protestation écrites par des Américains d’origine allemande qui réfutent les assertions du Hollandais mais surtout dans les petits détails, notamment en ce qui concerne la grossièreté des policiers ou des agents de toute sorte.

Une lettre de notre correspondant de Londres nous montre le travail accompli en Angleterre par les chamberlainistes et les protectionnistes. C’est diablement dangereux. Il faut espérer que leur campagne ne sera pas complètement victorieuse. Il faut espérer qu’on trouvera à Londres des éléments de résistance aux menées protectionnistes. On trouvera peut-être dans la Cité des maisons de banque ayant intérêt à maintenir Londres comme place mondiale des changes.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Nalèche n’évoque pas ce dîner où Pierre Lebaudy devait être présent : « Au dîner de la rédaction des Débats ce soir, Nalèche m’apprend la réintégration de Roques dans son commandement. » François de Wendel, Journal, 27 février 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *