27 février 1917

27 février 1917

 

Ne crois-tu pas comme moi, mon vieux Pierre, que les manifestations bordelaises devant les marins de l’Orléans sont un peu exagérées ? Personne ne semble plus étonné de cette surexcitation que le capitaine lui-même. Enfin, nous ne savons jamais rien faire raisonnablement. Il faut en prendre son parti, et cent ans de guerre n’y changeront rien.

En tout cas, Wilson agit bien comme Gérard l’avait prévu, il se garantit de toute espèce de surprises vis-à-vis du congrès et jette patiemment ses coups de sonde dans le pays.

As-tu lu ce matin l’article de ce farceur de Tudesq [1] dans le Journal ? Après l’avoir lu, on pourrait se dire que la guerre est sur le point de finir, les mirifiques obus anglais se chargeant de purger le sol de tous les Allemands. Je crains bien qu’il n’en soit rien car Tudesq a tout simplement utilisé un renseignement que lui avait donné notre général colonel X [2]. Près de Beaumont-Henriette [3] on a trouvé trois mille cadavres alors que cinq mille obus anglais avaient été jetés. Évidemment c’est magnifique comme résultat, mais il ne faut pas généraliser, on pourrait s’exposer à de graves mécomptes.

Aussitôt après t’avoir écrit hier, j’ai eu la visite d’un prélat fort distingué que vous devriez bien connaître, c’est Mgr Batiffol. Les âmes charitables prétendent qu’il est voltairien. En tout cas, il fut vigoureusement pour Léon XIII [4], et tu te rappelles sans doute qu’étant recteur de la faculté de Toulouse il avait fait un livre qui fut condamné. La réprobation est du reste effacée car il retira l’édition et fit les corrections voulues. Il est très intelligent, très fin et de manières parfaites. Il a le mot piquant et juste, parfois le trait dur. Quand il dit une rosserie, il a un sourire d’une malice extraordinaire.

Il venait me parler de la propagande en Irlande et m’apportait une note sur le mandement d’un évêque obligé, pour condamner les Sinn Féiner, de prendre des détours extraordinaires. Il désirait tout de même que cette petite manifestation fût signalée et que le brave archevêque de                         vît que cela avait été remarqué. Comme il me faisait remarquer cette timidité avec laquelle un prélat était obligé de marcher pour condamner le crime, je lui ai fait observer que cela ne m’étonnait nullement. Lorsque tout notre public religieux par exemple est embarqué dans une campagne passionnée, que de ménagements ne faut-il pas pour essayer de lui glisser quelques paroles de bon sens. Je lui citais justement les événements auxquels il a été mêlé, l’affaire Dreyfus où l’on ne pouvait risquer un mot sans être traité de traître et de vendu. Comment donc s’étonner que les Irlandais qui ont souffert, qui ont été brimés et ruinés, trouvent que le crime, quand il s’exerce sur l’oppresseur, est un acte méritoire. Nous avons bien découvert à nous tout seuls le faux patriotique !

Savais-tu que le 106e de ligne s’était mutiné ? Mis au repos, il avait été abruti de manœuvres et de contre-manœuvres par un général jusqu’au moment où il a regimbé. Il est probable du reste qu’on l’aura récompensé.

Au revoir, old man.

Et

 

Le Conseil des ministres s’est occupé ce matin du cas Roques, il a rapporté la mesure qui avait frappé ce vaillant général. L’enquête aurait prouvé que la faute ne lui incombait pas complètement mais que c’était aux Russes qu’il fallait en attribuer la responsabilité.

Briand était apparu seulement à la réunion, retour de Calais où il s’était rendu avec Lyautey. Nivelle reçoit le commandement entier du front français, et c’est Micheler qui lui succède dans son commandement des troupes françaises [5].

Et

[1] André Tudesq (1883-1925). Journaliste, grand reporter du Journal en Chine, dans les Balkans, etc. Auteur de plusieurs livres.

[2] Le colonel X est Henry Bidou.

[3] Il s’agit de Sainte-Henriette, près d’Hénin-Beaumont, à côté de Lens (Pas-de-Calais).

[4] Léon XIII (1810-1903). Pape de 1878 à 1903.

[5] Le général Joseph Alfred Micheler est commandant des troupes françaises.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *