26 février 1917

26 février 1917

 

Vu aujourd’hui Chardon [1] du Conseil d’État . Tu te rappelles qu’il fut en 1900 l’adjoint de Picard [2]. C’est un garçon intelligent dont on peut ne pas partager toutes les idées mais qui a beaucoup de valeur. Il me remercie du sort que j’avais fait à un de ses livres. Je lui demande s’il continue son travail sur l’organisation de la République. Non, me répond-il, il est terminé et je fais maintenant des choses d’un intérêt plus pratique et plus immédiat. J’ai été il y a six semaines appelé auprès de Claveille. J’avais déjà beaucoup de sympathie pour lui, mais aujourd’hui que je le vois au travail j’ai acquis une profonde admiration pour l’homme d’affaires et, je puis dire, beaucoup d’amitié pour la personne.

Je demande à Chardon si on arrive à des améliorations. Il me répond qu’il lui apparaît qu’on ait maintenant touché le fond des difficultés et que l’on doive remonter. Mais il faut s’attendre à ce que nous fassions des suppressions de trains, ce sera absolument nécessaire. Involontairement, il me revenait à la mémoire ce mot que je t’ai cité d’un de nos fonctionnaires : Claveille est l’homme qui a su stabiliser les retards de l’État. Pour sûr, il améliorera les transports car il supprimera l’objet transporté. Par conséquent, plus de difficultés.

J’ai pensé qu’il ne serait pas de très bon goût de citer le propos à un homme aussi convaincu du génie de son patron. Aussi l’ai-je ravalé.

Chardon espère fermement qu’on terminera cette année, mais, dit-il, ce sera une paix diplomatique, que l’on ne se fasse pas d’illusions à ce sujet-là. Tout le mal fait chez nous l’a été par les illusions que l’on a entretenues avec soin et par la méconnaissance des forces allemandes aussi bien que des forces françaises.

Les plus grands journaux ont passé leur temps à parler de l’Allemagne à genoux, de la nécessité de supprimer cette puissance et ses soixante-dix millions d’habitants. Croiriez-vous, a-t-il ajouté, et gardez ceci pour vous, que lorsque je suis allé porter mon livre à M. Poincaré et que j’expliquais mes idées sur le congrès : « Mais, cher ami, m’a dit le président, il n’y aura pas de congrès. – Comment, pas de congrès ? – Il ne saurait être question de congrès, nous dicterons nos volontés à l’Allemagne. » Je suis sorti de l’Élysée désespéré, me disant : se peut-il qu’on garde des illusions pareilles ?

Voyant Berthelot que je ne connaissais pas, le lendemain, ce diplomate me déclara au mot de congrès : M. Chardon, sachez qu’il n’y aura pas de congrès, nous dicterons, etc., etc. Alors mon découragement fut complet.

Cependant, malgré toutes les fautes, j’augure bien de la fin, sauf cependant le cas où des troubles intérieurs viendraient à éclater. Rappelez-vous l’histoire : 89 et 90, parfait ; 91, moins bon ; 92, lamentable, les massacres de septembre. Nous sommes en ce moment exactement en février 1792. Il faut que nous parions aux événements de septembre de la même année.

Quelques instants après, nous parlions avec Wilmotte des États-Unis. Il me cita la conversation qu’il avait eue hier matin chez Hyde avec quelque gros bonnet américain : Pour lui, l’entrée en lice des États-Unis peut être de nature à augmenter la durée de la guerre. Ils feront ce qu’ont fait les Anglais à qui il a fallu deux années de préparation. Les Américains ne voudront pas se borner à donner un appui moral seulement ou de marchandises, ils voudront participer et venir sur le front chercher des lauriers. Alors, organisation de légions, de régiments, instruction de recrues, tout cela sera long et il faudra le subir.

Wilmotte ajoutait, et c’est tout à fait mon avis, que passé l’automne prochain le temps travaillerait contre nous. Lui qui, dit-il, connaît très bien les Allemands, ayant habité chez eux et professé en Allemagne, il est persuadé que l’échec fatal de la politique sous-marine peut terminer la guerre. Toute l’Allemagne s’est raccrochée à cet espoir, la déception sera immense et il faut que cette déception soit définitive.

J’ai eu aussi une conversation avec Yves Le Trocquer [3], l’ancien chef de cabinet d’Augagneur, beaucoup mieux que son patron du reste. Il ne m’a rien dit de saillant, il me paraît être plus à l’écart des affaires qu’on ne pourrait le supposer. Ce qui l’effraie, c’est le socialisme grandissant.

À toi, old man.

Et

[1] Henri Chardon (1861-1939). Conseiller d’État. Pendant la guerre, il est directeur du personnel au ministère des Travaux publics et des Transports. Entre 1894 et 1900, il collabore avec Alfred Picard comme secrétaire général de l’Exposition universelle de 1900 et est à l’origine de l’aménagement de la place des Invalides et du premier projet de construction du pont Alexandre III. Il publie des ouvrages sur l’administration et les fonctionnaires.

[2] Alfred Picard (1844-1913). Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, il devient conseiller d’État en 1881. Il est commissaire général de l’Exposition universelle de 1900, puis ministre de la Marine en 1908-1909.

[3] Yves Le Trocquer (1877-1938). Ingénieur. Homme politique. Ancien chef de cabinet d’Augagneur. Député Union républicaine des Côtes-du-Nord (1919-1930).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *