25 février 1917

25 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne croyais hier dire aussi vrai pour notre commerce avec l’Angleterre. Il faut bien que l’émotion soit très grande car j’ai reçu la visite ce matin de plusieurs négociants français absolument indignés de l’attitude de nos Alliés et surtout de l’incapacité ou de la servilité dont font preuve ceux qui nous gouvernent. Tu connais les Anglais aussi bien que moi, et tu sais qu’il ne faut pas avec eux user de procédés de flatterie. Il faut qu’ils sentent en face d’eux des hommes d’affaires énergiques et résolus, disposés à tout rompre si l’on ne cède pas sur une question de première importance. Au lieu de cela, nous avons des Herriot qui se font donner des lettres de recommandation pour des lords plus ou moins influents. Comprends-tu qu’un ministre de la République ait besoin d’une recommandation !

Donc, mes négociants se voient fermer le commerce avec l’Angleterre aussitôt après qu’on le leur interdit avec la Russie (lettre du 1er janvier). Ils se demandent si vraiment la France est plus vassale de l’Angleterre que ne l’est l’Autriche en face de l’Allemagne. Nous avons fait ce soir un filet qui, somme toute, susurre ce petit reproche sans grand espoir d’être entendu. Je crois qu’à un moment donné, il faudra emboucher la grande trompette car il est bien certain qu’avec ces nouvelles prescriptions la livre atteindra trente francs ?

Comme lorsqu’une question est dans l’air, tout vient s’y rapporter. Un de nos jeunes amis, officier interprète dans l’armée anglaise, me disait tout à l’heure que la situation actuelle est très désagréable pour ceux qui sont dans la même situation que lui. Autrefois tout allait bien, mais maintenant que les Anglais sont trois ou quatre millions on ne peut plus rien en tirer. De plus, on n’est soutenu par personne et envoyé faire f… par nos chefs qui ne veulent pas d’histoire.

On me signale une attitude épatante du jeune Neuflize [1] qui a su montrer de la résistance et obtenir gain de cause. Il a du reste eu financièrement le succès que sa conduite méritait.

À toi.

Et

[1] Jacques de Neuflize (1883-1953). Banquier. Un des dirigeant de la Banque Neuflize. Régent de la Banque de France. Il effectue entre 1916 et 1919 une mission officielle aux Etats-Unis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *