24 février 1917

24 février 1917

 

Confidentiel.

 

Gros tirage entre la rue de Rivoli [1] et la rue des Petits-Champs [2]. Le père Ribot, qui a déjà donné deux milliards et demi d’or aux Anglais, demande à Pallain [3] encore un milliard en or. Pallain résiste et menace de donner sa démission, laquelle aurait un effet désastreux car il faudrait expliquer pourquoi.

Tu as dû lire du reste le discours d’Aimond [4] au Sénat. Tu as donc vu les reproches que l’on fait au gouvernement français qui n’a pas su se faire servir comme les Alliés. Il a dû en effet y avoir à Londres des combats violents, car Bark [5] a menacé de tout envoyer promener si on ne lui donnait pas d’argent. Que voulez-vous que nous fassions sans argent, disait-il, il n’y a qu’à lâcher. Nous ne pouvons faire de munitions et nous sommes en face d’un parti puissant férocement partisan de la paix. Sans argent, comment voulez-vous que nous résistions ?

Bark a obtenu quatorze milliards sans garantie.

Après Bark, ce fut le tour de l’Italie qui menaça elle aussi d’abandonner la lutte. Sans charbon, que pouvons-nous faire ? Si nous n’obtenons pas de charbon il est inutile de continuer la résistance. Et l’Italie obtint son charbon. Nous, nous ne venons qu’après tout cela, encore sommes-nous obligés de donner des garanties et de payer en or.

En entendant tout cela, je me demandais si nos finances n’étaient pas passablement avariées.

As-tu su également que le général Nivelle, excédé par les embarras continuels qu’il trouve sur son chemin, les prétentions des membres ou des sous-membres du gouvernement, avait écrit une lettre très catégorique au président de la République mettant ce dernier en face de la situation et des responsabilités. Je ne sais pas encore ce qu’a fait Poincaré, mais si on lui demande de l’énergie je doute fort qu’il en mette.

Entre-temps, les adversaires du ministère ne désarment pas. Klotz [6] est à couteaux tirés avec le cabinet et voudrait bien remplacer le père Ribot. As-tu connu cette anecdote qui date d’une quinzaine environ au lendemain de la nomination du « sot en hauteur » comme président de la commission de l’Armée. Klotz, prévoyant que le ministère allait être renversé et qu’il serait sans doute remplacé par les jeunes, chercha à faire à ceux-ci quelques avances. Il chargea un de ses mameluks d’aller trouver Maginot et de lui demander si les jeunes ne pourraient pas laisser un ou deux portefeuilles à des vétérans.

Le mameluk, connaissant les goûts gastronomiques de Maginot qui est ou a la prétention d’être un fin gourmet grand connaisseur en vins, invita le président de la commission de l’Armée. Contrairement à ce qu’on attendait de lui, il resta très froid et sévère. Cependant, à la fin du repas, lorsqu’on jugea que la bonne chère avait dû adoucir ses sentiments, l’amphitryon dit : Combien les jeunes veulent-ils de portefeuilles dans la prochaine combinaison ? – Il nous les faut tous, répondit Maginot, répétant un mot fameux. – Comment, tous ? – Oui, tous. Nous en avons assez des bêtises faites par les vétérans et, à supposer que nous en fassions nous-mêmes, elles seront toujours moindres que les précédentes.

Le mameluk revint piteusement rapporter cette réponse à son maître qui est navré depuis ce jour-là. Il vient de nous faire demander le texte de nos articles échoppés.

D’Estournelles, retour du voyage parlementaire en Italie, vient d’appeler au téléphone mon collaborateur [7] du Sénat. Voici ce qui m’est rapporté sur la prière du… de la Concorde. Il me demande si je consentirais à publier une lettre d’impressions d’Italie datée de Venise et écrite par lui. Ayant vu le roi à Udine, ayant été en contact avec tous les hommes d’importance de la péninsule, il est convaincu que l’Italie fait un effort gigantesque et digne d’admiration, que sa décision est formelle d’aller jusqu’au bout, que rien ne l’arrêtera, etc., etc. Je n’ai pas vu la lettre mais je suis bien convaincu qu’on pourra lire entre les lignes que c’est l’Italie qui supporte tout le poids de la guerre. Encore un à mettre dans le même sac que Bénazet.

Je viens de lire une lettre de Russie. Apprends que l’âme de Raspoutine revient errer autour de la famille impériale et que c’est dans les yeux de Protopopov que l’impératrice l’a discernée.

Sa Majesté causant avec le ministre lui dit : Il me semble que votre regard a quelque chose de mystique que je ne lui connaissais pas. D’un air pénétré, Protopopov répondit que Raspoutine le visitait chaque nuit et lui donnait ses conseils pour le bien de la Russie. Je t’avais dit déjà que Protopopov était atteint de psychose circulaire [8], cela lui donne une incroyable facilité à l’évanouissement. Et l’autre jour, il s’est évanoui devant l’empereur. Allons, ça va bien.

Toujours est-il que nous ne recevons pas de dépêches et que depuis trois semaines les journaux ne nous parviennent plus. Cela devient inquiétant.

À toi.

Et

[1] Le ministère des Finances, 93, rue de Rivoli, Paris, Ier.

[2] La Banque de France, 48, rue Croix-des-Petits-Champs, Paris, Ier.

[3] Georges Pallain (1847-1923). Avocat. Membre du Conseil d’État. Gouverneur de la Banque de France (1897-1920).

[4] Émile Aimond (1850-1917). Homme politique. Rapporteur général de la commission des Finances. En 1914, il est en désacord avec Caillaux sur la politique financière.

[5] Non identifié.

[6] Louis-Lucien Klotz (1868-1930). Avocat. Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste (1898-1925) puis sénateur gauche démocratique de la Somme (1925-1928). Il est ministre des Finances (1911-1913 ; 1917-1920), et lance la formule : « le Boche paiera ».

[7] Il s’agit de René Boureau.

[8] Cf. lettre du 24 janvier 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *