22 février 1917

22 février 1917

 

Reçu la visite ce matin du président d’une de nos plus grosses compagnies de métallurgie. Je lui ai demandé comment allaient les travaux. Assez pessimiste en général, il m’a paru être ce matin plutôt optimiste. Les travaux marchent très bien. Aucun ennui jusqu’ici de main-d’œuvre et même de matière. On a l’acier en abondance car l’État en a accumulé d’assez grosses avances. Néanmoins l’Amérique n’a rien envoyé depuis un certain temps, mais elle va reprendre ses exportations.

La fabrication des obus est intensive et celle des canons supérieure à ce que l’on avait escompté. Il en sort beaucoup plus qu’on ne l’aurait cru, mais l’usure des gros canons est extrêmement rapide. On essaie bien de les réparer mais cette usure est un facteur avec lequel il faut compter.

Malgré tout, je me demande quand les envois d’Amérique pourront normalement reprendre, car tu as su sans doute le nouveau méfait des sous-marins. Un transport (le Laos, je crois) des Messageries maritimes vient d’être torpillé. Il était porteur de deux mille Annamites. Mille quatre cents auraient été sauvés. Je ne pense pas qu’on laisse publier la nouvelle avant demain ou après.

D’autre part, le Brener a été coulé et l’on croit que le Deutschland est pris. La Marine attend des précisions pour donner une information complète. Notre service des primes pour le coulage des sous-marins aurait déjà payé quatorze primes. Voici donc la contrepartie. Espérons que cela durera et s’améliorera encore car le commerce entre la France et l’Algérie est quasi bloqué.

Tu verras le journal ce soir avec un blanc sérieux. Tout l’article de Gauvain a sauté, même le titre nous a spécifié le censeur. Ce dernier a oublié de mentionner le sommaire. Je n’ai pas à faire de zèle et je l’ai laissé. C’est purement grotesque. Tout ce que dit Gauvain mériterait d’être crié. Quels tas de fantoches! C’est écœurant.

Au moment où je partais, on m’a téléphoné que Roques était relevé de son commandement [1]. Voici un ancien ministre limogé. Cela ne réparera pas le mal qu’il a fait, mais cette solution vaut mieux que celle qui consistait à lui faire racheter ses bévues. Je ne crois pas que cette exécution ait une grosse répercussion à la Chambre malgré les basses concessions que Roques a faites au parti radical pendant son séjour rue Saint-Dominique.

Steed a dîné il y a quelques jours chez un de nos collaborateurs. Il a tenu là un propos à noter. « Vous devriez, a-t-il dit, profiter du moment présent pour négocier avec l’Angleterre des traités avantageux pour l’après-guerre. À l’heure actuelle, la France jouit en Angleterre d’un prestige énorme. On reconnaît dans mon pays le rôle prodigieux joué par votre armée jusqu’à ce jour, et certainement vous obtiendriez d’excellentes conditions commerciales. Plus tard, c’est-à-dire au moment du congrès de la paix, il peut arriver que l’armée anglaise, s’étant développée et fortifiée, ait joué une part plus décisive dans la dernière partie de la campagne et que naturellement ses sentiments, tout en restant les mêmes, l’inclineraient moins aux concessions très larges. »

Ne trouves-tu pas ces paroles curieuses dans la bouche d’un Anglais averti comme l’est Steed ? Il nous faudrait pour cela des négociateurs autres que nos pantins patentés. Sembat s’est fait rouler dans les grandes largeurs. Clémentel a accepté tout ce qu’on lui a proposé, et si tu as lu les interviews de Mme Reclamier, j’ai nommé Herriot, tu as vu que tout est parfait car il a été honoré des attentions de lord X., complimenté par lord Y. Comment la France ne serait-elle pas heureuse d’avoir son représentant aussi bien reçu dans la bonne société anglaise ? Elle peut bien racheter cela par des accords ruineux.

À toi, old man.

Et

[1] « Aux Débats, Nalèche me raconte que le général Roques aurait été limogé. C’est dans son secteur qu’a été enregistré l’échec de Maisons-de-Champagne. Nalèche a, d’autre part, vu Gérard, l’ambassadeur des États-Unis à Berlin à son passage – un bon Yankee – très russophobe. Il croit à la guerre avec les États-Unis. L’Allemagne serait, d’après lui, militairement encore très forte et pas aussi épuisée au point de vue économique qu’on le dit. L’intervention des États-Unis aurait, d’après lui, pour effet de prolonger la guerre. » François de Wendel, Journal, 23 février 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *