20 février 1917

20 février 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Je pense que tu as eu une bonne indigestion de moi. Aussi, la présente dans le but unique de t’informer qu’aucune lettre n’est perdue.

Ton vieil

Et

 

J’espère que tu ne t’es pas ennuyé.

Je suis resté à causer de nos affaires avec le Marseillais qui est rudement intelligent. Il a regretté beaucoup, m’a-t-il dit, de n’avoir pu t’entretenir de la question sucres.

Il m’a fait quelques ouvertures au sujet desquelles je te demanderai conseil.

Ton affectionné

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *