31 janvier 1917

Ma lettre n’ayant pu être mise à la poste hier, je la rouvre pour te noter que les paroles d’Alter ego doivent être dues à une sorte d’appréciation des considérations d’ensemble. (fiat du Petit Parisien ) énumérées dans son dernier article sur la famine et qui a dû être fait avec le même document. Je viens de lui téléphoner. Je te dirai ce soir ce qu’il m’a rapporté à propos des notes allemandes.

 

31 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

P. [1], qui avait déjeuné avec nous, est venu au Journal pour causer avec moi. Il s’est un peu ouvert sur sa nouvelle situation et sur les gens qui l’entourent. Son impression n’est guère réjouissante. Il a trouvé là des hommes qui ne manquent ni d’intelligence ni de bonne volonté mais qui sont tous arrivistes et ignorent totalement où se trouvent la Pologne, la Prusse, l’Autriche et tout le reste. Le chef, qui voudrait bien faire, a surtout le souci de ses électeurs, de son parti et voit les choses au travers des lunettes spéciales de l’élu d’une circonscription et de représentant d’un groupe parlementaire. P. aurait beaucoup voulu lui faire répondre quelque chose pour effacer les fâcheuses conséquences du manifeste des députés socialistes au président Wilson, mais s’il a trouvé chez son patron un auditeur attentif, il n’a pas découvert l’homme courageux capable de faire passer l’intérêt général avant la crainte de déplaire aux coreligionnaires. Et Wilson qui cherche partout quelque chose à quoi se rattraper peut saisir l’occasion offerte et faire valoir l’importance de ces nouveaux alliés membres de la Chambre française.

Partout, P. constate le lâchage, le défaut d’organisation, le manque de direction, tout ce que nous déplorons depuis si longtemps et dont hélas on commence à ressentir les funestes effets. On ne trouve personne pour défendre l’intérêt public.

Il vient de faire un travail qui, dit-il, est clair comme le jour, ce sont uniquement des chiffres et dans lequel on s’aperçoit que fatalement nous allons manquer du blé nécessaire pour le pain alors que cette quantité déficitaire est employée à faire des choux à la crème et de la pâtisserie de toute nature. Mais veut-on faire quelque chose, c’est le syndicat des pâtissiers qui s’agite, qui fait parler les journaux et démolit le projet dans l’œuf. Il en est de même pour tout, et personne pour imposer sa volonté.

Tout à fait confidentiellement, il m’a parlé d’une conférence qui se tient à Londres et qui s’est ouverte hier pour discuter certains intérêts majeurs pour la France. Je t’en expliquerai de vive voix l’objet. Et après ce qu’il m’a dit, je crains que notre point de vue soit bien mal défendu, bien que ce soit Paul Cambon qui nous représente. Il a en face de lui Imperiali, et ce dernier semble très d’accord avec le gouvernement anglais.

Ici, m’a dit P., on ne veut pas voir l’entente qui existe entre les Italiens et les Anglais. Et cette entente sera néfaste pour nous. Lorsqu’on verra le chemin parcouru il sera trop tard.

Je dois te dire que P. connaît admirablement Rome, mais qu’en ce moment Berthoulat et Alter ego le traitent un peu comme un visionnaire atteint d’une manie anti-italienne. Je te dirai cela plus au long quand je te verrai car je ne voudrais pas écrire certaines choses concernant la conférence. Si j’en ai le temps ce soir, en tout cas, tu pourras voir par quelques mots pris dans une autre conversation que notre ami P. n’a pas si tort que cela et que ses visions sont peut-être hélas prophétiques.

En vous quittant, je suis donc rentré à ma boîte où j’ai trouvé quelques-uns de mes collaborateurs consternés. Celui qui fait la liaison avec la Rue François-Ier et qui avait eu une conversation avec Alter ego, racontait que ce dernier avait tenu les propos les plus extraordinaires. Pour lui (tu penses), il n’y avait pas à hésiter, il fallait faire la paix. Quelle raison crois-tu qu’il en donnait ? L’Allemagne étant à bout de souffle accorderait des conditions extraordinaires. L’empereur [2], il le savait, serait prêt à faire les plus grandes concessions. Il les tenait en réserve et ne manquerait pas de les sortir si l’occasion était favorable.

On se demandait chez nous ce que voulait dire cette invite à la paix. Tu peux être bien sûr que cela venait d’ailleurs, de ceux qui nous parlent de paix boiteuse, qu’ils nomment paix politique, depuis plus d’un an. Vois-tu l’empereur réduit pour le moment à proposer les seules conditions minima auxquelles nous pourrions traiter ? Je ne crois pas qu’il y soit encore ! Mais que dis-tu de l’état d’esprit de ceux qui ont mission de conduire la France et qui font répandre de pareils ferments de découragement ou de veulerie ? Ils se figurent peut-être qu’en ayant terrassé l’opposition du Palais-Bourbon, ils ont en même temps écrasé la ceinture de tranchées boches qui coupent la France en deux. Enfin !

Dans la soirée, j’ai eu la visite de François de Chevigné retour d’Angleterre où il a accompagné l’amiral Chocheprat qui allait porter je ne sais quel bibelot à l’amiral anglais. Tu connais ce brave François qui est un hurluberlu supérieur et qui répète ce qu’il entend dire en se l’appropriant avec une exactitude qui n’a d’égale que la diversité des opinions qu’il avance. Il m’a raconté le voyage. Il a vu le célèbre Beatty [3], tout à fait le masque de Napoléon, les attitudes de Napoléon, un peu vulgaire mais marchant droit et énergiquement, en un mot tout à fait le grand empereur (tu ne l’as pas connu, moi non plus), mais la comparaison devait être de Chocheprat, j’ai compris cela par la suite. François m’a raconté également les différentes colles qu’il avait poussées aux Anglais qui n’avaient pu répondre. Sur une observation qu’il faisait, je ne sais quel grand marin anglais aurait répondu : Alors vous voudriez que nous imitions les Allemands ? – Et vos règles de tir, aurait riposté François, ne les avez-vous pas empruntées aux Allemands depuis le Jütland ? [4] – Attrape !

Somme toute, François revient de son inspection de la flotte très satisfait. C’est superbe, les officiers sont confiants mais espèrent que cela finira cette année sans pouvoir en répondre. Il a vu la reine Alexandra qui a maintenant les cheveux tout blonds et un râtelier qui ne lui permet pas l’usage de la parole. Cependant, les quelques mots qu’elle dit sont une gaffe ou un anachronisme (je ne me rappelle pas très bien ce que mon François m’a raconté, mais c’était quelque chose comme cela).

Croirais-tu cette chose effarante, c’est qu’on envoie ce brave garçon comme attaché naval en Amérique. Il va à New York doubler celui qui est à Washington. Voilà dans quel état d’esprit il part. Écoute bien : Jusserand est un craintif et ne fiche rien, le marin qui est près de lui n’est au courant de quoi que ce soit, on est dupé par Bernstorff et il va là-bas arranger tout cela. Il ouvrira les yeux et n’hésitera devant aucun moyen pour savoir tout. On lui laisse un crédit illimité et il annihilera complètement l’action germanique, télégraphiera les départs de bateaux, les arrivées de sous-marins. Il remuera tout le monde. Faut-il que Laure [5] se soit remuée, elle, pour en être arrivée à faire choisir son fils pour une mission semblable.

De cette conversation d’agité j’ai cependant retenu un passage qui a son intérêt précisément au point de vue où je me plaçais en commençant cette lettre. Les marins auraient discuté entre eux les envois de cuirassés et, sans y mettre aucune malice ou intention, François me disait qu’on ne pouvait arriver à les décider à cause des compensations qu’ils demandaient. On avait fini cependant par se mettre d’accord, mais il ne savait pas à quel prix. Ce doit être important, a conclu mon honorable cousin.

Pardonne-moi, mon vieux, et à toi.

Et

 

[1] Il s’agit peut-être de Plan. Cf. lettre du 1er février 1917.

[2] Guillaume II.

[3] Non identifié.

[4] La bataille du Jütland a lieu les 31 mai et 1er juin 1916. Bien que la flotte allemande soit apparue comme supérieure en qualité, les Britanniques restent maîtres du champ de bataille.

[5] Laure de Sade (1859-1936), comtesse Adhéaume de Chevigné, mère de François de Chevigné.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *