30 janvier 1917

30 janvier 1917

 

Rien de bien intéressant à te signaler aujourd’hui, mon cher Pierre, une journée de dispersion et d’allées et venues. Le sieur Bidou est rentré cette nuit du front anglais. Je ne l’ai vu qu’une minute ce matin et n’ai pu encore recueillir ses observations. Il ne m’a cependant pas paru mécontent de ce qu’il avait vu. Il croit que le moment du gros coup de torchon approche. Et après ce sera la fin ? ai-je demandé. – C’est ce que l’on pense généralement, me répondit-il. D’autre part, on m’a dit de la Chambre aujourd’hui que les opérations préparées par nous étaient reculées, qu’avant de s’engager on voulait avoir une préparation plus complète encore.

J’ai appris également tantôt que Nivelle était parti pour l’Italie où il allait passer 48 heures avec Cadorna.

Il y a eu aujourd’hui un radio allemand qui annonce de nouveaux exploits de sous-marins assez douloureux. Voici grosso modo ce qu’il dit, pour le cas où tu n’en aurais pas eu connaissance.

Un sous-marin allemand a coulé le 19 janvier dans la Méditerranée orientale un vapeur entièrement chargé d’environ cinq mille tonnes ; le 15 janvier il avait coulé un bateau-citerne anglais, le Garfield, de trois mille huit cents tonnes allant de Malte à Port-Saïd et portant un chargement de charbon et de pétrole ; le capitaine du Garfield est prisonnier. Le même sous-marin a torpillé le 25 janvier, à environ deux mille cinq cents miles à l’est de Malte, un transport ennemi faisant route vers l’Est et convoyé par un torpilleur français. Le navire qui portait un grand nombre de soldats a été coulé en dix minutes.

Ce radio n’est pas officiel, on espère. Maigre espoir qu’il n’a été lancé que pour la propagande.

Tu te rappelles que mon neveu Brinon nous avait dit que Monastir avait été évacué [1] et qu’ici on avait démenti avec énergie. Ribot lui-même avait répondu en disant que si Monastir était évacué ce serait la fin de la campagne là-bas (ce qui est du reste exagéré). Il y avait tout de même du vrai car j’ai su aujourd’hui, par une lettre du général Leblois qui est ici mais qui écrivait à un de ses parents, que le quartier général avait été obligé de quitter Monastir à cause du bombardement et de venir s’établir à Florina. Tu sais que c’est Leblois qui avait pris et qui occupait Monastir.

La campagne antiministérielle continue à force dans les couloirs. On veut interpeller sur tout. Le sieur Anglès [2] veut interpeller sur l’affaire Guillemin, un autre parlementaire sur la question des effectifs, enfin tout doit être passé au crible du Palais-Bourbon.

J’ai reçu la visite tantôt d’un type très curieux dont j’ai eu à te parler quelquefois [3]. Je n’entreprendrai pas de te redire sa conversation car c’est le plus extraordinaire fouillis d’idées, de renseignements, d’anecdotes qui se puisse imaginer. C’est Jean Finot directeur de La Revue. Il voulait me parler d’un article que nous avions fait sur la ligue contre la calomnie et il estime cet article très courageux, car aucun journal n’avait osé en parler craignant de se compromettre avec Caillaux, bien que l’idée de la ligue datât d’avant l’incident du Times. Il paraît que lorsqu’il avait lancé l’idée, Daudet [4] s’est cru personnellement visé, tellement il se sent un professionnel de l’injure. Il le fit dire à Finot qui, immédiatement, alla parler à Madame Nationale [5], comme on l’appelle paraît-il, et maintenant la Mère de l’Armée française, car il est écrit que pas un Daudet ne doit être sous les drapeaux, ni Léon, ni son fils [6] (classe 16), ni le célèbre Lucien. Finot avait été autrefois très lié avec

[manque la suite]

[1] Cf. lettres des 26 septembre 1916, 15 décembre 1916, 17 décembre 1916.

[2] Raoul Anglès (1887-1967). Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste des Basses-Alpes (1914-1924).

[3] Cf. lettres des 25 novembre 1915, 26 septembre 1916, 14 décembre 1916, 17 décembre 1916, 30 décembre 1916.

[4] Léon Daudet (1847-1942). Fils aîné d’Alphonse Daudet (1840-1897). Il épouse Jeanne Hugo, petite-fille de Victor Hugo. Homme politique. Royaliste, animateur de l’Action française. Député indépendant de la Seine (1914-1924).

[5] Madame Nationale est le surnom de Mme Alphonse Daudet, très nationaliste, mère de Léon Daudet.

[6] Charles Daudet (1892-1960). Fils de Léon Daudet (1867-1942) et de Jeanne Hugo (1869-1941). Bibliothécaire à l’Arsenal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *