28 janvier 1917

28 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Le ministère a subi un des plus rudes assauts qu’il ait eu à affronter. Il paraît certain que la minorité a fait un effort vigoureux. Briand n’a du reste montré au Comité secret que ce qu’il a voulu, et, comme nous le disait Alter ego, il avait en mains ce qu’il fallait pour obtenir la majorité en Comité secret. Comment en est-on arrivé là, voilà ce qui aurait gagné à être élucidé. Briand s’en tire parce que toute personne sensée a l’impression que le changement serait pire que le statu quo. Je ne crois pas que l’avenir aura beaucoup d’indulgence pour les hommes qui conduisent nos affaires à l’heure actuelle.

Encore la Rue François-Ier. Veux-tu la dernière imbécillité de cette boîte extraordinaire qui date d’hier ? Ces messieurs ont envoyé aux journaux un magnifique topo sur l’aviation. Or tu sais que les Allemands invoquent contre nous un argument qu’ils considèrent comme définitif, ce serait le bombardement par avions de Nuremberg avant la déclaration de guerre. Or la Rue François-Ier annonce avec solennité que tous les avions Blériot ont été mobilisés le 31 juillet 1914.

La Rue François-Ier a téléphoné partout pour rattraper son affaire, malheureusement déjà le papier avait été imprimé par quelques journaux.

Encore une autre admirable invention, bien parisienne celle-là. L’officine vient de faire imprimer une brochure : « Comment on doit dire la vérité aux neutres. » Que dis-tu de ce professorat ? Je suis convaincu que celui qui a trouvé cela doit se trouver un homme de génie.

Je t’avais raconté l’autre jour [1] le récit du procès Manouilof paru dans le Rousskoe slovo dans lequel se trouvait un incident relatif au Temps. Comme il est dommage que nous soyons si corrects, car un autre fait mériterait d’être mis en lumière pour édifier tous ceux qui ont foi dans les informations du grand confrère. Avant-hier soir, il a paru dans les grandes colonnes de cet organe une interview des plus pessimiste prise par un journaliste russe au prince Galitzine. Très étonné qu’un Premier ministre ait parlé comme cela, j’ai fait une enquête pour savoir qui avait livré cette conversation à la publicité sans que la censure ait sévi. La censure, qui est ignorante comme une carpe, n’y a vu que du feu.

Voici ce que j’ai appris de la façon la plus directe : Cette interview date d’avant l’arrivée de Galitzine au pouvoir. Elle a été publiée pour les besoins de la cause par le Berliner Tageblatt , et c’est dans le Berliner Tageblatt que Le Temps l’a prise. Et voilà la presse sérieuse française ! !

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 25 janvier 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *