27 janvier 1917

27 janvier 1917

 

As-tu lu les communiqués d’hier et de ce matin ? N’as-tu pas trouvé qu’ils ont eu quelque chose d’un peu ambigu et troublant au sujet de ce qui s’est passé sur la Meuse ? Comme j’y pensais hier, je me suis souvenu que j’avais vu le matin un garçon qui ne manque pas de talent et dont j’ai publié quelques nouvelles. C’est Heuzey [1], l’ancien gendre de Paul Beauregard ; je dis l’ancien car il est divorcé. Il me disait qu’il avait été à Verdun pendant les grandes attaques et qu’on était venu le chercher là il y a peu de temps pour le placer au GQG avec Bordeaux [2] et Madelin [3] afin de faire l’historique des opérations [4]. Je le questionnai justement sur Verdun. Il me répondit de lui-même. – Il n’y a plus rien du tout à Verdun, c’est absolument fini de part et d’autre. Quelques instants après, je lisais le communiqué de 2 h et les cinq cents mètres de tranchées prises.

En opérant un rapprochement, je me suis demandé si la belle tranquillité du QG n’avait pas été surprise.

À tout hazard, je te raconte grosso modo ce qui s’est passé au Comité secret. Garat, rapporteur de la commission qui avait, comme tu le sais, donné raison au gouvernement après son entrevue avec ce dernier, a parlé mais sans beaucoup de succès. Il a paru s’embrouiller dans son volumineux dossier et il a donné l’impression qu’on le lui avait préparé d’avance.

Un député de Saint-Sauveur, Deschamps, qui représente la circonscription natale de Dartige du Fournet, a sorti une dépêche ultra-confidentielle naturellement dans laquelle l’amiral parle des influences déplorables exercées sur le gouvernement par le prince Georges. Cela ne fut pas sans faire un certain effet. Mais Briand, de sa place, Briand lui fit un signe d’encouragement et lui dit : Vous pouvez continuer, je répondrai à tout cela plus tard.

Le président du Conseil commença son discours. Le début fut plutôt cahoteux et la Chambre se montra houleuse. Il parlait sur la question grecque en général mais petit à petit il ressaisit son auditoire et la séance se termina sur un emballement complet. Les gens de l’opposition eux-mêmes, comme Lafond, déclarèrent qu’il était vraiment extraordinaire.

Voilà, cela continue aujourd’hui mais je n’ai pas encore de détails.

Quirielle sort d’ici. Il était venu me voir pour me proposer un article sur une question qui intéresse le monde religieux : la division du diocèse de Lyon. Il me dit son étonnement de voir que Briand lui-même, au moment où il a tant de grosses questions à régler, s’est occupé de cette question et, comme député de Saint-Étienne, a désiré la trancher dans le sens de la division mais sans se douter que la solution était déjà donnée par Rome dans le sens contraire. Il croit que Briand avait espéré entrer en conversation avec le Vatican grâce à ce point litigieux.

Quirielle me dit aussi que la note qui a paru sur ce sujet et qui a été adoptée à Rome est si admirablement faite qu’il serait intéressant de savoir qui l’a rédigée. Les auteurs, s’ils sont français, pourraient à un moment donné nous être très utiles dans nos affaires religieuses de l’avenir.

À toi, old chap.

Et

[1] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit de Paul Heuzé (1878-1931). Écrivain. Journaliste. Peintre. Il épouse Henriette Beauregard dont il divorce.

[2] Henry Bordeaux (1870-1963). Avocat. Homme de lettres. Homme politique républicain (1893). Délégué à l’état-major de la 2e armée pour fournir des récits à la presse. Élu à l’Académie française en 1919.

[3] Louis Madelin (1871-1956). Historien. Homme de lettres. Membre de l’École française de Rome. Homme politique. Il sert dans l’infanterie puis au Grand Quartier général pour lequel il effectue plusieurs études sur la situation militaire.

[4] « Pauvre vérité qui paraîtra à la postérité sous les voiles décents dont l’auront habillée M. Henry Bordeaux et M. Louis Madelin – vérité pour salons académiques et sacristies distinguées -, genre Bougereau. » ,Jules Isaac, Un historien dans la Grande Guerre, lettres et carnets, 1914-1917, Armand Colin, 2004, 16 janvier 1917, p. 222.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *