26 janvier 1917

26 janvier 1917

 

Je crois bien, mon cher Pierre, que ce n’est pas comme lorsque tu étais aux armées et que je n’ai pas à te donner des renseignements sur le Comité secret. Tu dois être aussi bien informé que moi si ce n’est mieux. Tu as donc su qu’hier Abrami avait parlé cinq heures d’horloge et sans grand intérêt. Il a sorti une foule de choses, beaucoup trop pour que la Chambre se passionnât. Il a notamment produit les documents qu’il avait emportés avec lui de son ancienne fonction à l’état-major de Sarrail. Ceci même lui a valu une observation de Briand faite de ce ton lointain et indifférent qui lui réussit parfois : « Mais, M. Abrami, les documents que vous nous montrez là ne me gênent nullement, mais vous, ne vous gênent-ils pas un peu ? Abrami resta assez quinaud devant ce reproche d’avoir gardé dans ses poches copie des pièces confidentielles venues de son ancienne situation.

Le député n’eut qu’un moment où il fixa la Chambre, ce fut lorsqu’il reprocha à Briand d’avoir toujours été à la suite des autres, sans jamais avoir pris une initiative.

Le Comité secret est encore en train. On dit qu’il continuera probablement demain encore.

J’ai vu Vesnitch ce matin, il sortait de l’ambassade de Russie. Je l’ai interrogé sur les bruits qui circulaient. Il est bien certain que le mouvement révolutionnaire, mais il ne croit pas à la gravité que l’on s’est plu à nous représenter. Quant au radio laissant entendre que le czar avait été assassiné, il en connaît l’existence mais ne croit pas à la vérité de la nouvelle. Isvolski en tout cas ne lui en a rien dit, et ses rapports avec lui font qu’il lui aurait certainement parlé si quelque chose de cette nature avait eu lieu. Isvolski du reste vient d’être souffrant et s’apprête à partir pour se reposer pendant quelques jours.

Ces mauvais bruits s’étaient propagés ou plutôt sont en train de se propager car, hier au soir à 9h, Vauvineux m’a téléphoné pour me demander si je savais quelque chose. Il venait de recevoir une lettre de Tsarskoïe Selo où on lui dépeignait la situation comme très grave, laissant entendre qu’une révolution de palais était à craindre. Sa lettre était datée du 14 janvier. J’en avais eu une à la même heure (probablement par la même voie), mais datée du 7 janvier.

Mon correspondant m’écrit : Coup de théâtre. C’est le prince Galitzine [1] qui succède à Trepov. La situation est de plus en plus sérieuse. J’ai l’impression que l’empereur est sans un seul conseiller. L’impératrice décide. M. Dobrousky [2] fait du spiritisme et c’est une table tournante qui nomme les ministres. Le prince Galitzine est du reste un homme fort respectable mais trop à droite pour pouvoir gouverner ; cependant francophile. Comme homme d’État il n’a aucun passé. Son règne sera court si M. Protopopov reste au pouvoir. Ce dernier est la cause de la situation impossible dans laquelle nous nous trouvons. Si encore celui-ci avait du génie. Mais il est nul et prétentieux. Il est tellement détesté et méprisé que sa fin pourrait être tragique… C’est navrant !

As-tu lu dans le compte rendu du Sénat la discussion Malvy-Genouvrier [3] à propos d’une Autrichienne, Melle Kovacs, retirée d’un camp de concentration et autorisée à séjourner en France. Malvy a solennellement affirmé que jamais il n’avait demandé de permis de séjour. Or j’ai lu ce matin la copie de deux lettres adressées à Gallieni, gouverneur de Paris, par Laurent, préfet de police.

Dans la première, datée du 15 octobre 1915, le préfet répond à la question du gouverneur qui l’interroge sur la sortie du camp de Melle Kovacs et sur son permis de séjour, qu’il a cru devoir donner le permis sur la demande expresse de M. le ministre de l’Intérieur.

Dans la seconde, datée 4 novembre 1915, le préfet répond au gouverneur pour lui dire qu’il lui est impossible de retirer le permis de séjour donné à Melle Kovacs attendu que, sur l’ordre formel de M. le ministre de l’Intérieur il a dû transformer le permis de séjour provisoire en permis de séjour définitif.

C’est notre cher président qui est le grand défenseur de Malvy. Je doute que ces deux lettres puissent rester secrètes.

À l’heure où je t’écris, c’est Garat [4] qui est à la tribune. Il y a eu un discours assez venimeux d’Abel Ferry qui aurait porté par instants. Un discours de Charles Benoist. Peut-être Leygues prendra-t-il la parole après Garat. Puis Briand parlera.

[pas de signature]

[1] Nicolas Dimitrievitch Galitzine (1850-1925). Dernier président du Conseil d’État de la Russie impériale, poste ou Nicolas II le nomme en février 1917.Le prince Galitzine succède à Trepov comme Premier ministre du gouvernement provisoire de Russie du 23 mars au 21 juillet 1917.

[2] Non identifié.

[3] Non identifié.

[4] Joseph Garat (1872-1944). Avocat à Bayonne. Homme politique. Député radical des Basses-Pyrénées (1914-1919).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *