25 janvier 1917

25 janvier 1917

 

Tu as bien compris, je pense, mon cher Pierre, que la personne qui m’avait donné ces renseignements si pessimistes sur la Russie était Lazare Weiller. C’est lui également qui a parlé de ce radio dans lequel il était question de l’assassinat de l’empereur [1]. Hier, le bruit de la mort de Constantin avait couru toute la journée. S’est-on trompé de souverain, ou la fausse nouvelle s’est-elle tout simplement transformée ? L’avenir nous le dira, mais si l’empereur de Russie avait disparu personne n’en serait étonné. Quel gâchis funeste. L’armée russe est en très bon état, dit-on, et pleine d’entrain. On verrait peut-être se reproduire ce qui s’est passé chez nous au moment de la Révolution. La situation russe présente avec cette époque chez nous la plus grande analogie.

Une femme qui est la Callot [2] sœurs de Pétrograd et qui habille toute la cour, est à Paris en ce moment. Elle a raconté à l’un de mes collaborateurs que la cour avait pris le deuil pour six semaines à la mort de Raspoutine. Après cela, comment s’étonner de quelque chose ?

Tu liras dans le Journal demain ou après-demain le procès Manouilof [3]. Il y a dans le compte rendu un incident que nous passerons sous silence, bien que ce soit dommage. Cette affreuse fripouille de Manouilof s’était fait [fort] de faire passer un article dans Le Temps moyennant vingt-cinq mille francs grâce à ses relations avec Roels. Celui-ci, comme je te l’ai déjà dit [4], est le directeur des services étrangers chez notre confrère. C’est un Juif hollandais qui distribua ici aux journaux l’argent du docteur Leyds [5], puis, après quelques malheureuses tentatives, perdit l’énorme galette qu’il avait ramassée à ce métier et fut envoyé à Berlin comme correspondant du Temps. Là, il monta l’affaire de la N’Goko-Sangha [6] que Tardieu prit en mains. Revenu à Paris, il fut l’artisan de la transformation du Temps où il devint de plus en plus puissant. On ne rencontre que lui dans les antichambres des ministres. Je t’assure qu’il se connaît dans la manière de faire cracher les gens !

Je reçois un mot du pasteur Édouard Soulier [7] qui est envoyé en mission dans les pays scandinaves avec Rocheblave. Il me demande quelques recommandations pour les gens que je puis connaître. Ces deux-là partent comme protestants, ce qui n’est pas une mauvaise idée, mais que diable veut-on que ces hommes bien intentionnés fassent dans des pays où ils ne connaissent personne, dont ils ne savent pas la langue, qui sont sûrs de faire des gaffes, de dire à ceux-là mêmes auxquels il ne faudrait pas des choses compromettantes. Tout cela est enfantin. Quel argent et quelles forces perdus !

Et tout va comme cela.

À toi.

Et

[1] Le tsar Nicolas II et sa famille sont massacrés à Iekaterinbourg le 17 juillet 1918.

[2] Les sœurs Callot est une entreprise créée par quatre sœurs en 1895 et située 9-10, rue Matignon, Paris, VIIIe.

[3] Manouilof. Russe. Il débute en 1895 dans la police secrète et est chargé de surveiller les émigrés russes à Paris. Secrétaire privé de Stürmer après la chute de celui-ci, il est accusé de se livrer à de douteuses opérations financières.

[4] Cf. lettre du 14 mai 1916.

[5] Willem Johannes Leyds (1859-1940). Allemand. Avocat. Homme politique. Diplomate.

[6] La Compagnie de la N’Goko-Sangha est la société concessionnaire de la voie de communication la plus rapide au Congo entre Oyem et Libreville pour le ravitaillement. En novembre 1909, après une campagne menée à propos d’une indemnité allouée à la N’Goko Sangha, Briand remet la démission de son cabinet au président Fallières. Le 9 janvier 1912, a lieu au Sénat une vive altercation entre Pichon et Caillaux. Celui-ci est accusé de transactions politiques et financières en dehors des négociations officielles.

[7] Édouard Soulier (1870-1938). Pasteur à l’église luthérienne de la Rédemption à Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *