23 janvier 1917

23 janvier 1917

 

Mon cher Pierre,

 

Un mot de Tardieu. Un de mes collaborateurs lui disait hier : « Vous faites une campagne bien violente, sans merci, au cabinet. Croyez-vous que vous ayez en cela tout à fait raison ? » – Tardieu a répondu : « Mais nous sommes au bord de l’abîme. Voici trois nuits que je n’ai pu dormir à cette pensée. »

Il se peut que nous soyons au bord de l’abîme. Il y a bien des moments où on se le demande, mais je ne vois pas Tardieu et son entourage se transformer en sauveteurs. Les Abrami, les Bokanowski, même la grande taille de Maginot ne m’inspirent pas beaucoup plus de confiance que les gens en exercice. N’est-ce pas ton sentiment ?

Quoi qu’il en soit, on reparle beaucoup d’offensive. Il paraît qu’on discute le point de savoir si on dira : M.M. les Allemands tirez les premiers, ou si nous commencerons. On ajoute que certains secteurs ne seraient pas prêts pour une attaque. Néanmoins, il ne faut pas tirer de la confusion des nouvelles la conséquence que tout soit confus dans la direction, et cependant… Les affaires Castelnau, et c’est ce qui m’étonne un peu, ne semblent pas indiquer chez Lyautey une volonté très nette. Le vieux général aurait, paraît-il, écrit une lettre qu’ils ont mise dans leur poche et qu’ils se garderont de montrer. Il leur met, dit-on, le nez dans leurs petites ordures.

Tu te rappelles ce que tu me disais sur l’état d’esprit des généraux ne songeant qu’à se jouer de vilains tours. Cet état a, me dit L. [1], augmenté dans des proportions considérables depuis la nomination de Nivelle. Beaucoup d’entre eux auraient déclaré : Obéir à celui-là, jamais, nous ne pouvons reconnaître son autorité. Si c’est vrai, tout va bien et nous allons à la victoire directement.

Le vieux Joffre est installé aux Invalides avec deux officiers d’ordonnance. Il tâche de se tenir au courant et demande communication des rapports. On hésite généralement à les lui remettre, on prend des instructions avant et il enrage. Drôle de situation pour un maréchal de France.

On me dit que depuis l’arrivée de Lyautey, les attachés militaires reçoivent des ordres, ce qui ne s’était pas vu depuis le commencement de la guerre. On lit leurs papiers et on y répond, c’est considérable.

Quant à l’Aviation, rien n’était encore réglé ce matin. Le colonel Renard [2] est venu aux renseignements mais je n’ai pu lui dire que le peu que j’en savais c’est-à-dire que Barès était aussi puissant auprès de Nivelle qu’auprès de Joffre, mais que Lyautey voulait la direction de l’Aviation au ministère et qu’on la donnerait à un général. Le GQG doit se défendre. Renard m’a raconté qu’il avait en cas de mobilisation une lettre de service lui donnant le commandement de Chalais-Meudon [3]. Il est arrivé de Suisse dès le samedi, et comme Chalais avait été divisé en deux parties il est venu demander au ministère à laquelle il devait être préposé. On le fait attendre et on lui dit : ni à l’une ni à l’autre. C’était le fameux Bernard qui considérait tout ce qui était aviation ou aéronautique comme du fricotage. On a repris à Renard sa lettre de service mais il a exigé un reçu et on l’a placé aux fortifications de Paris où il est encore à l’heure qu’il est.

Au revoir, mon vieux, soigne bien ta grippe et regrets pour ce soir [4].

Et

[1] Non identifié. Il s’agit probablement d’un collaborateur du Journal des Débats.

[2] Paul Renard (1854-1933). Militaire. Colonel. L’un des inventeurs, avec son frère Charles (1847-1905), lieutenant-colonel du génie, des ballons dirigeables.

[3] Chalais-Meudon (Seine-et-Oise) est le siège de l’Établissement d’aérostation militaire créé et dirigé par le colonel Charles Renard en 1877. Charles Renard et Arthur Krebs construisent le dirigeable La France (1884). Aux commandes de ce dirigeable, Arthur Krebs accomplit pour la première fois au monde un parcours aérien en circuit fermé d’environ 7 km entre Chalais-Meudon et Villacoublay le 8 novembre 1884.

[4] Il s’agit du dîner de rédaction du Journal des Débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *