21 janvier 1917 [2]

21 janvier 1917           [2]

 

Samedi, à la commission des Affaires extérieures du Sénat, il s’est passé un incident à noter. Chautemps [1] a pris la parole pour blâmer les procédés dont a usé le Comité d’action nationale ainsi que les membres de la commission de l’Armée du Sénat. La majorité de la commission a applaudi Chautemps, et ce blâme visait Clemenceau, Pichon et quelques autres.

Mon homme du Sénat [2] a eu après cela une conversation avec Briand. Ce dernier lui a dit que tous ces parlementaires le mettaient dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit, qu’il en avait par-dessus la tête, etc.

– Mais, M. le Président, qu’y a-t-il donc de vrai dans le bruit qui courait que votre intention était d’abandonner le pouvoir et que M. Ribot prendrait votre succession ?

– Il n’y a pas un mot de vrai. J’ai fait une politique et je tiens à en récolter les fruits.

Tout à l’heure nous avons eu une réunion syndicale. J’y ai trouvé des gens qui m’ont édifié sur la politique dont il attend tant de fruits. Je ne connais pas de palinodies comparables à celles qui ont eu lieu à propos du départ de Castelnau. Le récit qui m’en a été fait est quelque chose de fantastique. Remarque que cela me fut conté par des gens radicalement opposés comme opinion, éducation et société à Castelnau. Il est parti pour la Russie avec dans sa poche une nomination de major général mais purement platonique. On verra à son retour ce que l’on fera. Depuis le 5 janvier, Castelnau a occupé trois postes différents.

Il faudra vraiment que Nivelle ait du génie, parce que si ce n’est pas le cas et qu’il y ait un insuccès, tout le bibelot pourrait bien être emporté, président de la République, du Conseil et autres gouvernants. Il paraît du reste que l’Élysée a été dans toutes ses affaires assez piteux.

En revanche, Alter ego est venu de nouveau ce matin nous porter la défense du patron. De nouveau la discussion fut assez vive.

Voilà. Nous nous rendons tous bien compte de l’insuffisance, et aucun de nous, néanmoins, ne voudrait prendre la responsabilité du renversement quand on voit quels seraient les profiteurs.

Pardon, mon vieux, d’être si peu intéressant.

À demain.

Et

[1] Émile Chautemps (1850-1918). Homme politique. Ancien ministre. Ancien député radical socialiste (1889-1905). Sénateur radical socialiste de la Haute-Savoie (1905-1918).

[2] Il s’agit de René Boureau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *