21 janvier 1917 [1]

21 janvier 1917           [1]

 

Mon cher Pierre,

 

Terrible discussion ce matin à la rédaction où Alter ego est venu, rempli de formules que je me suis appliqué à démolir. Toutes ces formules étaient prononcées pour empêcher de faire grief au cabinet actuel des événements tant intérieurs qu’extérieurs.

J’ai retenu de ce qu’il nous a proclamé différentes choses, notamment qu’il causait presque chaque jour avec Tardieu : « Comme je l’ai dit à Tardieu que je vois beaucoup depuis quelques mois, vous ne pouvez pas continuer à affaiblir le ministère comme vous le faites pour faire passer la direction de la coalition dans les mains de Lloyd George. Il faut que vous le renversiez ou, ne le renversant pas, que vous ne l’attaquiez pas. » (Ici il a un peu raison, mais où il a tort c’est de causer avec un homme qui veut le pouvoir, par conséquent, c’est absolument inutile, il ne le persuadera pas).

2° – Quand on lui montre les faiblesses de Briand et du ministère, il en convient mais ajoute : « Que voulez-vous, on paye les quarante ans d’inorganisation, etc. » Toujours cette belle théorie de la non préparation d’avant-guerre. Pourquoi alors ces gens-là prétendent-ils conserver la direction des affaires de la France ? La guerre a tout à fait changé, et les Allemands ont été obligés eux-mêmes de modifier leurs plans complètement.

Alter ego nous dit que le gouvernement n’a aucun pouvoir. Je dis que le pays était prêt à suivre une autorité jusqu’au bout. Il aurait fait tous les sacrifices. N’est-ce pas ton avis ? Et c’est bien de la faute de Briand qui n’a pas su diriger les événements et utiliser cette admirable bonne volonté du pays et la modération relative des Chambres auxquelles l’indécision et le manque de caractère a donné toutes les audaces.

3° – Pour l’affaire de Grèce : « Mais il (Briand) n’aura qu’à montrer les documents depuis le 3 décembre et il aura une majorité complète. On verra qu’il a voulu déposer Constantin et que ce sont les Alliés qui n’ont pas voulu. »

Mais, ai-je répliqué, il pouvait tout le 3 juillet et il n’a rien fait, il n’a même pas envoyé un bateau pour appuyer l’ultimatum (bouche bée). Je continue comment il négocie pour demander aux Alliés de déposer Constantin, mais avant d’avoir fait l’ombre d’une démarche en ce sens il eût fallu, avec un bombardement immédiat, avoir au moins l’air de châtier l’assassinat, dût cent fois le ministre d’Italie se retirer. Cela ne regardait pas ce dernier, notre honneur était en jeu. – (Bouche bée)

Mais le quatrième point, et celui sur lequel j’attire ton attention, bien qu’une conversation de ce genre soit bien mince il faut y voir néanmoins ou plutôt voir en dessous des directives, c’est la façon dont, pour la seconde fois, il nous parle de Caillaux. Hier, il trouvait la réponse au Times un chef-d’œuvre, aujourd’hui il nous dit que ce qui est bien certain, c’est que le gouvernement quel qu’il soit ne peut se passer du parti de Caillaux !

Le grand homme a mouillé son doigt et, l’élevant, il a senti une petite brise de ce côté-là.

Ton vieil

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *