31 décembre 1916

31 décembre 1916

 

            Bonne année, mon cher vieux Pierre.

 

Rien de bien intéressant à te raconter aujourd’hui. Cependant, hier au soir à 8 h, j’ai reçu un bleu du général Pellé (tu sais) me demandant un rendez-vous pour ce matin ou demain matin à l’hôtel Continental où il se trouve jusqu’au 2 janvier, jour de son départ.

Je m’y suis rendu à 9 h et nous avons eu une conversation de trois quarts d’heure. Je ne l’ai pas trouvé trop aigri, mais très attaché à un certain nombre de choses comme le décret de décembre 1915. Théoriquement il n’a pas tort, mais pratiquement je me demande si le décret de 1915 peut jouer de façon utile. Il est très justement inquiet sur le vague dans lequel on laisse la coordination des opérations. Lyautey, dit-il, fait une chose excellente en s’efforçant à réaliser l’unité, mais cependant, les chefs alliés s’adressent à Nivelle qui ne peut pas leur répondre. On répond ici que le Comité de guerre se réunira chaque jour et prendra les déterminations. Cependant, un comité de guerre ne peut remplacer l’autorité d’un chef et si c’est Nivelle qui est à la tête des opérations, il faut qu’il en ait l’initiative et la responsabilité. De plus, il est absolument nécessaire que les choses soient séparées car le commandement ne peut être subordonné aux fluctuations parlementaires et un ministère est toujours soumis aux caprices des Chambres. Lyautey est très habile mais il est peureux et impressionnable et il n’est pas probable que l’adjonction de Besnard [1] le préserve du contact avec les hommes politiques. Malgré lui, le nouveau ministre sera obligé de tenir compte de tout ce qui l’environne et ne pourra pas échapper complètement à l’ambiance. Il y aurait donc intérêt à faire comprendre qu’il y a deux choses tout à fait différentes.

Alter ego qui doit venir demain matin vient de me téléphoner. Je lui dis ce que je voudrais faire. Il me dit que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les plans appliqués sont des plans longuement mûris, faits antérieurement aux événements et que, très au courant, il me renseignera ! ! J’en suis sûr.

Si demain j’ai à revenir sur l’entretien, tu te souviendras de qui je veux parler. Aujourd’hui je n’ai plus la tête à moi.

Ton vieil

Et

[1] René Besnard (1879-1952). Homme politique. Député radical d’Indre-et-Loire (1906-1919). Sous-secrétaire d’État et ministre à de nombreuses reprises, il est alors sous-secrétaire d’État à la Guerre (14 septembre 1915-8 février 1916 ; 28 décembre 1916-7 septembre 1917).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *