30 décembre 1916 [2]

30 décembre 1916

 

Voilà le pauvre Joffre remisé. Je doute que cette suprême dignité l’inonde de joie surtout dans les conditions auxquelles elle est accordée. Voici quinze jours qu’on annonce urbi et orbi qu’il est nommé conseiller technique, et les décrets ne parlent plus de conseil technique mais lui flanquent du maréchalat. C’est toujours la même chose, le même manque de décision. On fait venir Lyautey sans s’être entendu avec lui et pendant qu’il revient on organise le commandement d’accord avec le père Joffre qui se dispose à établir tout un organisme à Neuilly avec cinquante ou soixante officiers d’état-major. Lyautey arrive, sent très bien le danger de laisser s’établir un troisième organisme et jette toute cette belle combinaison par terre.

Je fais part de cette impression à Alter ego qui est venu ce matin. Il me dit : Que voulez-vous, l’état d’esprit à Chantilly était tel que le parti se croyait encore complètement le maître et qu’il interprétait tous ces changements comme une victoire sur lui. Il a suffi qu’un homme montrât une volonté nette pour faire rater le jeu habituel qui consistait à dire : Je m’en vais. Cette fois, on l’a pris au mot.

J’ai observé que, avant de laisser les choses en arriver à ce point-là, il y avait un gouvernement et que c’eût été à lui de prendre des décisions il y a longtemps déjà. – Mais, me fut-il répondu, Briand a cherché à faire comprendre l’état de la Chambre et de l’opinion au généralissime sans pouvoir y réussir, notamment dans un déjeuner…

Alter ego, ce matin, a défendu avec énergie la politique du patron. Il déplore l’état actuel de la question grecque. Il y a longtemps qu’il aurait dû s’en aviser.

Croirais-tu que Guillemin a remis le 2 juillet un ultimatum sur la promesse que des bateaux allaient arriver et qu’un refus provoquerait le débarquement. Le roi, m’a dit Fougères [1], était tellement affolé qu’il aurait même lâché sa Sophie. Mais Guillemin a brandi son unique papier et pas un bateau n’a paru. Le roi a compris à quels pantins il avait à faire. Autre histoire que m’a raconté Fougères sur l’incroyable bêtise de Dartige du Fournet. Au moment de la démobilisation, nous avions envoyé un contrôleur à Larissa. On lui montra des régiments dans lesquels il y avait juste cinq ou six officiers et une vingtaine d’hommes. Voilà, lui a-t-on dit, où en sont nos régiments. Dartige a coupé dans la supercherie. Puis le roi a rassemblé une cinquantaine de mille hommes, toute la fripouillerie du Péloponnèse et des environs de Tatoï. Ces hommes ont été affublés de quelques pièces d’habillement militaire et, à l’interrogation de Dartige, le roi répondit : Ce sont des éléments de désordre très hostiles aux Alliés. Il est nécessaire de les tenir ; j’ai trouvé pour cela ce moyen, c’est de les mobiliser. Dartige, là encore, a avalé cette grosse fumisterie.

On m’a dit tout à l’heure, mais sans que je puisse connaître exactement l’origine de l’information, que les Russes avaient reçu un millier de pièces japonaises avec leurs servants. On me donne la chose comme certaine mais je n’en suis pas plus sûr que cela.

On me signale également ce matin une des conséquences du renvoi de Joffre, conséquence qui pourrait bien être fâcheuse. Les armées anglaises ne seraient plus sous notre commandement car elles n’accepteront pas la suprématie de Nivelle. Elles seraient donc livrées à elles-mêmes. Le décret de commandement ne prévoit et ne peut rien prévoir à ce sujet-là.

Mon neveu de Brinon que tu connais est en ce moment à l’hôpital de Chantilly avec une bronchite. Alter ego l’a vu hier et tu sais combien peu Brinon est gobeur. Il a confié à son visiteur qu’il préférerait de beaucoup être attaché à une armée comme il l’a été déjà car, ajoutait-il, je suis bien fatigué de constamment voir jouer les Hernani et les Ruy Blas [2]. – Son mot en dit assez long sur les intrigues de la place.

Bourdeau nous a raconté ce matin une assez jolie anecdote que la princesse Mathilde lui a rapportée elle-même, ce qui en fait du reste tout le piquant. Elle avait fait la connaissance de Flaubert [3] et l’avait invité un été à Saint-Gratien [4]. Un jour que la chaleur était excessive et que, désireuse de rester dans ses appartements, elle ne voulait pas cependant être privée de la conversation du grand homme, elle l’envoya quérir par sa femme de chambre. Flaubert vint et trouva la princesse dans un déshabillé tout ce qu’il y a de plus léger. Il fut subitement pris d’une terreur folle, il crut que son hôtesse lui voulait trop de bien. Il objecta qu’il était pris d’un choléra subit, s’excusa et s’enfuit.

La princesse racontait cela, paraît-il, avec beaucoup de bonne humeur.

Au revoir, old chap.

Et

[1] Gustave Fougères (1863-1927). Archéologue. Directeur de l’École française d’Athènes. Pendant la guerre, il développe la Ligue franco-hellénique destinée à favoriser l’influence française en Grèce et son ralliement à l’Entente.

[2] Il s’agit d’une allusion à deux célèbres pièces du théâtre romantique de Victor Hugo (1829-1830 et 1838). Hernani est un noble banni, héros romantique maudit. Ruy Blas est l’emblème du peuple.

[3] Gustave Flaubert (1821-1880). Écrivain célèbre notamment pour Madame Bovary (1857), Salammbô (1862), l’Éducation sentimentale (1869) et Bouvard et Pécuchet (1881).

[4] La princesse Mathilde Bonaparte (1820-1904) possède depuis 1853 le château de Saint-Gratien (Seine-et-Oise), où elle accueille de nombreux écrivains et artistes du Second Empire : Prosper Mérimée, les frères Goncourt, Gustave Flaubert ou Alexandre Dumas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *