30 décembre 1916 [1]

30 décembre 1916                                               Confidentiel

 

Lanzac de Laborie [1], venu me voir ce matin, m’a expliqué qu’il a comme locataire le fameux Leblois [2] de l’affaire Dreyfus dont le frère est le général de division Leblois [3] actuellement à Salonique. Hier, son locataire l’a attendu dans l’escalier et lui a dit : Vous avez des relations aux Débats. Je vous serais très obligé de bien vouloir porter à M. de Nalèche ce document que vous lui ferez lire mais sans le laisser. Et en effet il lui remit un papier que Lanzac m’a fait lire.

C’est une sorte d’exposé de la situation de notre armée à Salonique. Il y est établi que l’armée d’Orient a immobilisé neuf ou dix divisions bulgares à trente mille hommes auxquelles elle a fait face ainsi qu’à dix-sept ou dix-huit bataillons allemands qui sont devant elle à l’heure actuelle. Mais l’équilibre obtenu jusqu’à ce jour ne peut se maintenir que si les Bulgares ne sont pas renforcés. En cas contraire, la situation deviendrait très critique.

Le GQG aurait laissé manquer notre armée d’Orient des choses essentielles ou ne lui aurait envoyé que du mauvais matériel. Par exemple on vient de recevoir quarante canons automobiles rebâtis en France. Il en est de même pour les avions et les mitrailleuses.

Les renforts ont toujours été envoyés avec parcimonie et ne sont pas arrivés à équivaloir les évacuations par maladies qui représentent cinq à six mille hommes par mois. Il manque plus du quart dans le total des effectifs et plus du tiers dans celui de l’infanterie.

Ce document insiste sur la supériorité des Bulgares en artillerie. Monastir est bombardée avec des obus de 210 alors que nous n’avons que des 155. Les canons longs bulgares de 130 portent à treize kilomètres tandis que la portée maxima de nos 120 et de nos 155 est de dix kilomètres.

J’ai rendu le papier après avoir noté ce que je viens de te dire. Je crains qu’il n’y ait beaucoup de vrai dans ces affirmations et que la situation ne soit très sérieuse. Il me revient que les Anglais s’obstinent à ne rien vouloir faire de leur côté.

J’ai eu également la visite d’un militaire qui a assisté à tout le débarquage de Chantilly. Il ne me paraît pas avoir gardé de Joffre une très bonne impression quant à la manière dont le grand chef a abandonné ses fonctions. Tu as toujours jugé ces hommes-là comme de bien petits caractères, je crois que tu es encore plus dans le vrai que tu ne le crois.

Ce que l’on condamne le plus, c’est la façon dont le généralissime exhale sa mauvaise humeur en démolissant les uns et les autres. Il a dit aux membres du gouvernement : Je ne comprends pas que vous m’ayez renvoyé car je suis le seul général républicain. Vous venez d’introduire César dans la place, vous en verrez les conséquences. Il a emporté dans ses poches toutes les correspondances des uns et des autres et les montre de façon à jeter la zizanie. Si certaines appréciations confiées à lui, chef, sont plus ou moins désobligeantes.

Vu un jeune diplomate retour d’Athènes où tous s’étaient attendu à ce qu’on pulvérise le palais tout au moins et Guillemin avait fait ses paquets et renvoyé son personnel lorsqu’à leur grande stupéfaction il a fallu négocier. Dartige du Fournet n’était pas chez Marfa (car elle s’appelle Marfa) mais au Zappeion. Il y eut quatre-vingts tués et six officiers.

Dartige se croyait l’homme le plus populaire de la Grèce parce qu’au Pirée il était porté en triomphe. Comme on avait marqué au crayon rouge les postes venizelistes, l’amiral avait fait imprimer dans les journaux locaux qu’il n’y avait rien à craindre, qu’il avait [fait] ce qu’il fallait pour maintenir l’ordre. C’est le lendemain qu’il fut pincé. Voilà la réponse…

Obligé de m’arrêter. À demain.

Et

[1] Léon Lanzac de Laborie (1862-1935). Avocat. Historien. Spécialiste de Napoléon. Collaborateur du Correspondant et du Journal des Débats.

[2] Louis Leblois (1854-1928). Frère du général Paul Leblois. Avocat. Dépositaire des confidences du colonel Picquart, il se lance dans la bataille pour la révision du procès d’Alfred Dreyfus.

[3] Paul Leblois (1857-1930). Militaire. Général de division et inspecteur colonial (1914), il fait toute sa carrière dans les troupes coloniales. Il sert dans l’armée d’Orient à Salonique (1915-1917).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *