29 décembre 1916

29 décembre 1916

Merci pour l’envoi.

Mon cher Pierre,

 

J’ai vu quelqu’un du ministère de la Marine qui me dit que c’est Le Charlemagne frère du Gaulois qui a été torpillé dans l’Égée.

Déjeuner ce matin chez Francis de Croisset place des États-Unis. Vraiment curieux de voir ce garçon au milieu de ces splendeurs artistiques. J’étais invité avec plusieurs personnalités de la Presse et deux des hommes de Lyautey. Je devais rencontrer là le commandant Bénédoit, malheureusement il est souffrant, et le chef du cabinet de Sorbier [1] est venu seul avec l’officier d’ordonnance.

Ces messieurs ne sont arrivés qu’à 2 h, le conseil de ce matin n’a fini qu’à 1 h 20. J’ai su, mais pas par ces militaires, qu’il y avait eu une forte attrapade entre Lyautey et Thomas à cause des officiers d’artillerie que le ministre des Munitions ne veut pas lâcher et que le ministre de la Guerre veut avoir sous sa coupe.

Somme toute, il n’y eut rien de très intéressant au cours du repas. Je me suis borné à admirer Croisset dans ses évolutions. Parti plus ou moins simple soldat au début de la campagne, le voilà sous-lieutenant qui invite la maison du ministre qu’il fait rencontrer avec la Presse. C’est bien curieux. Il veut jouer un rôle, lequel ? Avec Jean Dupuy et Berthoulat, il y avait Léon Bailby [2] qui semble être tout à fait le familier de la maison. On dit beaucoup que Bailby… a une certaine communauté de goûts. Je n’en sais rien, il y a tant de mauvaises langues !

Dans ma conversation avec M. de Sorbier, je lui ai parlé de Salonique. Le général en est extrêmement préoccupé et cela se comprend car notre position est des plus dangereuse et critique. Je lui dis que le matin même j’ai eu une courte conversation avec Triantaphyllidès. Ce dernier m’a fait part de ses inquiétudes. La possibilité pour les Allemands d’arriver à Athènes, alors c’est la paralysie complète et de notre flotte et de celle des Anglais, c’est le barrage de l’Égypte et la Méditerranée impossible à tout commerce. Voilà ce qu’il faudrait démontrer aux Anglais, d’autant qu’on prétend le tunnel du Taurus achevé. Tu en vois les conséquences.

Comme je racontais ces choses-là à Sorbier et que nous parlions de la façon dont nous étions muselés depuis des mois, il m’a dit : J’ai été profondément étonné de voir combien peu on était renseigné à Paris et combien nous étions mieux au courant de ce qui se passait au Maroc qu’en France. – Je crois bien, ils avaient le canal espagnol tandis que nous, nous avions le défilé de la censure où s’étranglaient lettres et télégrammes.

Lyautey, sur les insistances du président de la République, devait se présenter ce soir à la Chambre, mais je n’ai pas eu de détails encore sur cette première prise de contact.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Pierre de Sorbier de Pougnadoresse (1879-1932). Général. Secrétaire général du Protectorat français au Maroc auprès d’Hubert Lyautey. Chef du cabinet civil d’Hubert Lyautey, ministre de la Guerre.

[2] Léon Bailby (1867-1954). Avocat. Journaliste, proche des milieux de l’Action française. Directeur de l’Intransigeant (1906).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *