28 décembre 1916

28 décembre 1916

 

Depuis quelques jours déjà le bruit courait que Le Gaulois avait été torpillé. La Marine avait formellement démenti mais aujourd’hui c’est un fait accompli, le bateau est par le fond [1]. Nous n’avons aucun détail et on ne dit rien de l’équipage, c’est mauvais signe. La censure nous défend d’annoncer le désastre.

À propos du maréchalat, il paraît que personne ne voulait annoncer l’agréable nouvelle au titulaire [2]. Briand s’était mis au lit, Ribot et Thomas accompagnés de Berthelot étaient à Londres, c’est Lyautey qui fut chargé de la mission, paraît-il. Il y employa, toujours d’après les on-dit, au moins une demi-journée. À propos de Lyautey, ne remarques-tu pas que depuis le Premier Empire personne n’a eu autant de pouvoir dans les mains ? Il tient tout et l’on s’est effacé devant lui. Briand et le gouvernement ont canné devant ses volontés. Il vient d’imposer son autorité sur les généraux en chef et, d’autre part, sur un coup de téléphone, il peut mettre toutes les régions en action. S’il veut employer cette puissance à bien faire, il peut avoir une action décisive sur le pays. Il serait impardonnable s’il n’en usait pas dans le sens de l’action la plus énergique.

Il est certain, et c’est ce que je me dis avec appréhension, que si je fais ce raisonnement, beaucoup d’autres doivent déjà l’avoir fait et que déjà peut-être on travaille à saper cette situation extraordinaire. À lui à ne pas se laisser faire et à ne pas se laisser empoisonner par l’atmosphère de Paris.

Hallays [3] qui arrive d’Alsace et qui est venu me voir ce matin, m’a dit que l’ordre du jour Mangin avait suscité un enthousiasme extraordinaire car, ajoutait-il, personne ici n’aurait été capable d’écrire ces cinq lignes.

Tu sais qu’Hallays est à deux pas de la frontière suisse. Il ne comprend pas l’émotion causée par les craintes d’invasion par la violation de la Suisse. C’est un article du Journal de Genève repris, assez mal à propos du reste, par Le Temps qui a ainsi alarmé tout le monde. Je dis à Hallays mon opinion qui est le désir des Allemands, en nous obligeant à prendre certaines précautions, de paralyser des mouvements ailleurs. Pour ma part, je ne crois pas beaucoup à ce nouvel attentat contre une neutralité, de même que je ne comprends pas très bien quel avantage aurait l’ennemi à étendre encore son front.

Hallays me dit que le 20 janvier on sera fixé. C’est à cette date-là que doit avoir lieu la relève des troupes de frontière et les journaux suisses ont annoncé que cette relève serait faite par des troupes romandes. Donc, si l’opération se fait dans les conditions normales, il n’y aura plus rien à craindre. D’autre part, le généralissime, quoiqu’ayant épousé une Bismarck et ayant des tendances germanophiles, a tout de même le souci de son pays. Les personnages dangereux seraient trois ou quatre officiers de son état-major. Quant au gouvernement fédéral, me dit Hallays, cela ne compte pas, ce sont des bureaucrates tout à fait incapables d’y comprendre et d’y voir quelque chose.

On m’a affirmé hier que Targe allait venir au ministère de la Guerre définitivement. Ce sera le témoin indispensable, pour ne pas se servir d’un autre nom. Il est certainement très intelligent mais ses scrupules ne pèsent pas très lourd. J’ai recueilli sur lui l’opinion d’un grand chef qui prétend très haut que c’est un malhonnête homme au sens commun du mot. On me dit d’autre part que sa venue n’est pas encore décidée.

On parle ce soir d’une interpellation Accambray sur le maréchalat.

Au revoir, dear old man.

Et

 

[1] Le cuirassé français Le Gaulois est torpillé le 27 décembre 1916 par un sous-marin en mer Égée.

[2] Joseph Joffre est nommé par décret maréchal de France le 26 décembre 1916.

[3] André Hallays (1859-1930). Avocat, homme de lettres, critique littéraire et critique d’art. Collaborateur du Journal des Débats depuis 1884. Il s’engage volontairement en 1914 et travaille au service des renseignements à Belfort.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *