23 décembre 1916

23 décembre 1916

 

Au moment où je t’écrivais hier et où je te disais que Clemenceau ne parlerait peut-être pas au Comité secret, il s’est passé un incident au Sénat qui fut très dramatique dans sa brièveté. Jeanneney avait embêté tout le monde avec une foule de broutilles, Monis s’était occupé de Salonique avec le rapport Abrami qui avait déjà servi à la Chambre, bref, à 6h1/2 on demandait la clôture et Briand appuya cette proposition en disant que le gouvernement, quel qu’il fût à ce moment-là, serait obligé de se rendre à Londres pour régler les importantes questions actuelles et qu’il y avait intérêt à en finir au plus tôt. Clemenceau alors se réveilla et dit : Mais moi je veux parler et je ne suis pas disposé à me taire. Briand, regardant droit dans les yeux de Clemenceau, lui répondit : Eh bien, oui M. Clemenceau, demain vous parlerez, je vous répondrai et nous verrons qui de nous deux aura raison.

L’énergie avec laquelle le président du Conseil prononça sa phrase laissa toute l’assemblée abasourdie. Clemenceau lui-même parut désarçonné pour un instant.

L’affaire a dû avoir son épilogue tantôt, je n’ai pas encore le résultat.

Je ne te dis rien de la note américaine. Je l’ai lue avec beaucoup de soin hier au soir. Elle est très macaronique. Je ne crois pas qu’elle change beaucoup la situation. Le père Piou que j’ai vu un instant, m’a manifesté les inquiétudes de la commission des Affaires extérieures, redoutant l’abattage par les Allemands de leurs conditions. C’est moins à craindre peut-être qu’on ne le suppose. Peuvent-ils évacuer ou promettre d’évacuer les pays envahis, j’en doute fort. Alors… J’entendais tout à l’heure émettre cette opinion par un homme de grand sang-froid, diplomate de son état. D’après lui, après étude de cette note, il se demande si le piège n’est pas pour les Allemands car cette note, me dit-il, est à la fois puérile et subtile. Wilson sait très bien que ce sont les Allemands qui ont déchaîné la guerre, s’il n’en parle pas, c’est pour bien maintenir sa neutralité à l’égard des Allemands, mais il parle aussi des petites nations qui ont le droit de vivre et de se développer librement. En obligeant les Allemands à définir leurs buts, il les met en très mauvaise posture. Le raisonnement est assez spécieux.

J’ai reçu des nouvelles de Rome. On me dit que Caillaux s’y trouve à l’hôtel de Russie avec le passeport Raynouard. On dit qu’il n’est pas allé à l’ambassade et qu’il se vante « d’avoir la peau de Barrère ». On prétend dans la ville qu’il travaille avec des neutralistes, dont un récent hôte parisien, et qu’il se rencontre avec un Suisse, agent plus ou moins attitré des puissances centrales. On assure également qu’il est allé deux fois au Vatican sans pouvoir préciser s’il a vu le pape lui-même. Enfin on dit qu’un ministre, préoccupé de ses agissements, a émis l’opinion qu’il faudrait le faire partir mais que sa qualité a paru rendre difficile l’exécution de ce projet.

Coïncidence curieuse : Dans le moment où je recevais ce mot de Rome, le diplomate cité plus haut se trouvait avec moi et me racontait qu’à son hôtel il était assez amusé quotidiennement par un client de cet hôtel, sorte de publiciste dont il ne connaissait pas le nom mais qui téléphonait toute la journée, eng… les demoiselles quand les communications n’arrivaient pas assez vite, criant très fort ses confidences, les répétant au maître d’hôtel, au concierge. Tu vois le type. Justement, ce matin, il disait de sa voix la plus aiguë au maître d’hôtel : « Il en arrive une bien bonne. On vient de me dire que Caillaux est à Rome et qu’il est en train de négocier la paix avec le pape. » Et là-dessus, il pouffait en se moquant des menées de notre ex-ministre.

En lisant attentivement la lettre d’Italie qui paraît ce soir, tu verras que les choses ne sont pas impossibles. Mgr de Cabrières est paraît-il furieux de ce qu’il voit, et un prélat français aurait dit au lendemain du discours de Benoît XV : « Il reste plus papiste que jamais. »

Un informateur me dit dans le tuyau de l’oreille que Lyautey n’a pas voulu encore mettre les pieds au ministère [1], que ses officiers d’état-major ne cherchent pas d’appartement. Le général ferait ses conditions. Il demanderait à être absolument maître de son affaire et voudrait n’avoir pas d’ordres à recevoir, au contraire imposer les siens à Joffre et à Nivelle. Il n’admettrait pas que les nominations d’officiers pussent être faites par d’autres que par lui et ne voudrait pas que les sous-secrétariats s’en mêlassent.

À toi.

Et

[1] Le ministère de la Guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *