22 décembre 1916

22 décembre 1916

 

Je t’ai mis au courant ce matin, mon cher Pierre, de la visite que j’avais faite à notre sémillant ami. Comme je lui disais que la grosse difficulté était de retrouver des remplaçants, il a levé les bras au ciel et m’a dit que, quant à lui, il était probable qu’on chercherait à l’appeler, mais qu’il était décidé à rester au poste qu’il occupe en ce moment, poste qui, à l’heure actuelle, devient périlleux, mais qu’il y est fait tandis qu’il est loin d’être familier avec les choses de gouvernement, n’ayant jamais passé au pouvoir. Je ne puis pas ici lui donner tort, la situation n’est pas commode dans son antre, et par qui serait-il remplacé ! Nous connaissons ses défauts, mais malgré tout, il est obligé de ménager bien des choses, et que serait-ce si l’on avait quelqu’un qui serait complètement affranchi de toutes les préoccupations sociales qui doivent jouer un assez grand rôle dans la vie de notre ami. Il m’a du reste raconté une petite anecdote assez savoureuse. Au moment des transformations ministérielles, Viviani aurait dit : Il faut que ce soit lui qui soit appelé à former le cabinet. On constatera l’impuissance de la politique modérée et alors je deviendrai tout à fait maître.

Il est fermement résolu à ne pas se laisser entraîner dans ce traquenard.

Il m’a donné certaines prévisions curieuses : Quant à un mouvement militaire, nous l’aurons sûrement à un moment donné. Voici quelles sont les circonstances dans lesquelles ce mouvement peut se produire.

1° – Ou la guerre est victorieuse, alors c’est la gloire et l’élément militaire reprenant l’autorité.

2° – Ou la guerre se termine mal, alors c’est le retour au pays d’une armée découragée, mécontente et s’en prenant au régime.

3° – Ou il y a des troubles, alors on fait intervenir l’armée qui devient l’arbitre.

On me dit qu’au Sénat la minorité clémenciste perd du terrain et qu’à la Chambre l’animosité contre le ministère se détend. Au Comité secret d’avant-hier, il y eut un incident violent qui faillit dégénérer au pugilat. Le sénateur Mougeot reprocha violemment à [1] Jeanneney de lui avoir fait promettre son vote contre Briand. Humbert devait apporter des chiffres précis et accablants, clamait-il, au lieu de cela il ne nous a sorti que des rapports de police, des chiffres baroques pris on ne sait où. Nous avons été trompés ! Jeanneney répondit vivement et nos hommes ont failli se prendre aux cheveux.

Tantôt on disait que peut-être Clemenceau ne prendrait pas la parole et que le Comité secret finirait aujourd’hui.

Un informateur me dit que Poincaré aurait reçu des grenades à son dernier voyage. ?

On m’envoie ce passage d’une lettre de M. Larieu [2], chef de cabinet du gouverneur général de l’Afrique orientale française : « Le sous-marin qui, dernièrement, a coulé un navire portugais n’existe pas, n’a jamais existé. On a découvert que l’équipage de ce bateau a coulé lui-même le navire (un vieux raffiot) pour toucher l’assurance. Tous ceux qui le montaient sont en prison aux îles Canaries. Quant aux sous-marins venus au Cap Blanc, ce doit être dans l’imagination de quelques pêcheurs qu’il a paru car, en fait, rien ne les a signalés depuis. De sorte que les craintes vives que nous avons eues font place à la plus grande confiance. »

J’ai dû te mentionner ce détail en te parlant d’un déjeuner récent, que Pichon m’avait dit les grandes inquiétudes de Lyautey pour Casablanca. Avant-hier, je rencontrais André Lichtenberger [3] qui revient du Maroc. Je lui avais demandé si Lyautey était réellement préoccupé. Il m’avait répondu que non, mais que tout de même depuis que les sous-marins étaient aux Canaries il fallait se méfier.

Je ne te parle pas de la note Wilson.

Amitiés.

Et

 

Le comte Olivier Costa de Beauregard m’apporte l’insigne des blessés : c’est bleu blanc jaune avec une étoile rouge. Ce doit être le dernier cri du goût à Caracas.

[1] Jules Jeanneney (1864-1957). Avocat. Homme politique. Député radical socialiste de la Haute-Saône. Président du conseil général de la Haute-Saône. Ami de Clemenceau.

[2] Non identifié.

[3] André Lichtenberger (1870-1940). Docteur ès lettres, agrégé d’histoire. Homme de lettres, rédacteur en chef de L’Opinion. Il écrit de nombreux ouvrages et reste connu pour Mon Petit Trott et La petite sœur de Trott.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *