30 novembre 1916

30 novembre 1916

 

 

Je ne te parle pas du Comité secret d’hier, tu es mieux au courant que moi sans doute de toutes les questions qui y furent soulevées. Tu as vu que le quartier général y fut mis en cause avec passion sur les affaires de Salonique, malheureusement avec quelque apparence de raison. Tu as su que c’était Abrami qui avait porté la parole, et son discours appuyé par une documentation salonicienne avait fait grand effet, mais quelques erreurs exploitées aussitôt retirèrent de l’autorité à l’orateur. Tu as su de même que la discussion s’était égarée dans des sentiers biscornus, casques coloniaux, etc. Tu savais, n’est-ce pas, que le général Joffre était venu mardi chez le président de la République et que là il y eut une conversation extrêmement vive entre le généralissime, Briand et Poincaré. Le vieil homme se regimba et refusa net toute combinaison de présidence de comité des Alliés. Il ne se refuse pas à faire toutes les suppressions dans son quartier général, toutes les réformes désirables, mais il reste intransigeant sur sa transplantation. Il avait cependant été d’avance soigneusement endoctriné par les Renouard [1] et consorts ses hommes de confiance, mais rien n’y a fait. Les uns disent que le père Joffre est sorti de l’entrevue la tête assez basse, les autres prétendent au contraire que l’entrevue fut violente et que le vieux avait su se défendre.

De toute façon, il semble qu’il y ait une sorte de pacte tacite entre les gouvernements et le généralissime, pacte destiné à ne pas réveiller les responsabilités d’août-septembre 1914. Joffre est défendu somme toute par toute la maçonnerie à laquelle seul il donne confiance, et c’est Malvy qui l’a

[manque la suite]

[1] Georges Renouard (1879-1918) dirige le 3e bureau au Grand Quartier général de Joffre. Il meurt de la grippe espagnole en avril 1918 à Dormans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *