29 novembre 1916

29 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

D’abord l’affaire de Jean [1]. J’ai pensé qu’en ces matières il valait mieux ne pas tarder et perdre du temps. J’ai fait remettre aujourd’hui une note à Pellé. Tu sais que le général est un ancien camarade de Stan. et que je suis en très bons termes avec lui. Je souhaite que son intervention serve à tranquilliser Paul et ta belle-sœur [2].

Je ne parle pas du Comité secret, tu as dû en apprendre aussi bien que moi toutes les circonstances. Si tu avais pu venir au dîner d’hier, tu aurais eu le récit de cette première journée dans laquelle Augagneur a montré quelle abominable fripouille il était. Inconscience ou cynisme je ne sais, mais il a fait grief au gouvernement de ses propres méfaits. De plus, tu te rappelles le tollé qu’avait soulevé Barthou en sortant une pièce qu’il avait eue étant ministre. Augagneur, hier, n’a fait que cela. Somme toute, il a alimenté sa verve avec tout ce qu’il avait emporté du ministère en le quittant.

Avant-hier, Briand ne savait pas encore ce qu’il allait dire devant le Comité secret. Il ne le savait pas encore deux heures avant. Voici ce qui s’est passé, et en le lisant tu te convaincras que cet animal a un rude talent. Dans les groupes on se disait que les quarante-neuf interpellations allaient faire durer le comité un temps immodérément long et on s’est réuni pour examiner ce qu’on pourrait faire pour en abréger la durée. On a pensé que si le président du Conseil faisait un exposé très large de la situation, beaucoup d’interpellations tomberaient d’elles-mêmes et qu’il n’y aurait plus qu’à répondre à certaines questions. Les présidents de groupes sont donc allés exposer cela à Briand qui les reçut hier vers une heure. Briand trouva la chose rationnelle et accepta. Une heure et demie après, il fit son immense exposé avec des précisions de dates, etc. Son discours eut des fortunes diverses. Une partie fut applaudie par quatre cents voix, une autre n’eut que des approbations moins chaudes, et la fin fut très brillante.

Quelqu’un que je connais était chez le président de la République pendant que la séance se déroulait. On apporta un papier sur lequel il y avait que le discours du président du Conseil réunissait quatre cents suffrages. Poincaré ne put retenir un mouvement de satisfaction et dit à son visiteur : Tout va bien. – Mon homme en fut un peu indigné et dit au président : Comment, vous trouvez que tout va bien parce que Briand réussit devant le Parlement, mais ce n’est pas cela qui sauvera la Roumanie, améliorera les transports, etc., etc. Ce ne sont pas les succès oratoires qu’il nous faut mais des actes.

Poincaré prit cette sortie irrévérencieuse assez bien, et convint de la vérité de l’affirmation.

Quoi qu’il en soit, un de nos amis, François de Wendel, nous disait qu’à son avis Briand avait fait une imprudence en chargeant l’état-major. François ne se trompait pas car ce matin je rencontrais un grotesque parlementaire sur le pont de Solférino, le député Lachaud [3], de la Corrèze, et, de son accent intraduisible, il me disait : Vous ne pouvez pas savoir tout ce que Joffre a fait. Nous connaissons les documents et il faut jeter tous ces généraux dehors. Il n’en faut plus, il n’en faut plus.

Dans la matinée également, Konvin Milewski est venu me porter quelques renseignements sur Trepov [4] qu’il connaît beaucoup. C’est à 55 ans seulement que Trepov s’est décidé à apprendre quelque chose. Très fin et spirituel, il est au fond dans les mêmes idées que Stürmer, mais il y a entre eux la différence de Pandore au commissaire. Pandore c’est Stürmer.

Les origines de Trepov sont amusantes. On en fait ici, à cause des deux f qui terminent son nom, une sorte de boyard, de vieil aristocrate. C’est une erreur, son père fut un enfant trouvé, et trouvé sous un escalier, Trepe en russe je crois [5], d’où Trepov. Cet enfant trouvé entra dans la police, y fit son chemin à cause de sa fermeté et de son énergie, et lorsqu’on eut besoin à Varsovie d’un homme à poigne, on choisit Trepov. Comme il avait fait fouetter certains révolutionnaires, il fut tué d’un coup de revolver.

Le czar vint à son lit de mort et, avant d’expirer, Trepov lui recommanda ses enfants. Le tzar jura d’en prendre soin. Il croyait que les enfants d’un fonctionnaire de police ne pouvaient avoir que de bien modestes ressources. Quel ne fut pas l’étonnement de l’empereur lorsqu’il fit venir le testament afin de se rendre compte de l’état de fortune de ses nouveaux protégés ! Il découvrit que son fidèle serviteur avait économisé sur ses appointements la jolie somme de trois millions et demi de roubles, ce qui à l’époque représentait quatorze millions de francs environ. Il admira l’économie de son fidèle serviteur, mais cependant ne retira pas sa protection aux enfants qui bénéficièrent de la bienveillance impériale. Comme Stürmer, Trepov, malgré ses tendances boches, sera (?) les ordres de son maître.

Konvin Milewski nous a dépeint avec son esprit caustique tout le désordre qui règne en Russie. Il nous racontait qu’en pleine paix, dans une des gares de Pétrograd, il y eut à un moment donné un encombrement de quatre mille wagons. On ne savait comment faire partir tous ces wagons. Un ministre proposa tout simplement d’y mettre le feu. Heureusement qu’il se trouva un conseiller d’État intelligent qui, ayant constaté que l’on avait un grand stock de rails, conseilla de poser ces rails dans les grandes plaines qui avoisinent la gare et de remiser les wagons sur ces voies provisoires. Ainsi fut fait, et les wagons furent sauvés.

Vous savez ce qu’est un cancre ?, me disait notre ami. Le cancre, au collège, ne fait rien mais il n’est pas bête, souvent même il roule le fort en thème. Dans la vie, très souvent, il se débrouille mieux qu’un autre, joue à la bourse, court les aventures, mais il est incapable de faire un travail sérieux. Eh bien, le Russe est un cancre. Au début de la mobilisation, tout a bien marché parce que tout était préparé, certaines petites gares qui n’avaient qu’un train par jour en ont vu passer jusqu’à trois ou quatre cents pour transporter troupes, matériel et ravitaillement. Mais il a fallu que ces trains reviennent, puis est arrivée la retraite. Il aurait alors fallu s’asseoir à une table, faire des graphiques. Jamais le Russe n’en a été capable. D’où la crise actuelle.

En revenant d’Égypte, j’avais eu l’idée d’envoyer respectueusement un mémoire à mon souverain car je demandais à un prince égyptien ce qu’il pensait de l’occupation anglaise. Il m’avait répondu : « C’est une situation un peu humiliante mais parfaitement confortable ». Je voulais donc proposer à Sa Majesté de louer la Russie pendant vingt-cinq ans à l’Angleterre. Elle vous aurait donné de bonnes habitudes.

À demain, mon vieux, c’est un peu long mon premier papier, et cependant j’ai vu encore bien du monde, entre autre mon camarade Conty [6], notre ministre en Chine venu pour causer un peu. Si j’en ai le loisir, je t’en parlerai demain.

Ton vieil

Et

[1] Jean Lebaudy (1894-1969). Fils de Paul Lebaudy et donc neveu de Pierre Lebaudy. Engagé sur le front de Lorraine dès août 1914, il est cité le 2 septembre 1914 pour avoir porté secours à un brigadier grièvement blessé. En 1915, il sert comme mitrailleur et est blessé à la bataille de l’Yser. En 1916, il passe dans l’aviation aux très périlleuses missions spéciales. C’est là que le maréchal des logis pilote aviateur Jean Lebaudy du deuxième groupe d’aviation, se distingue et mérite la citation suivante : Excellent sous-officier, dévoué et plein d’allant, ayant un haut sentiment du devoir, volontaire pour les missions dangereuses, a été grièvement blessé. Une blessure antérieure, trois citations. La Croix de guerre avec palme et la médaille militaire lui sont attribuées. Il prend part à des combats aériens et abat plusieurs avions ennemis.

[2] Mme Paul Lebaudy, née Clotilde Murat (1863-1949), est la seconde épouse de Paul Lebaudy.

[3] Édouard Lachaud (1857-1923). Médecin. Homme politique. Député radical de Corrèze (1898-1919). Membre de la commission de l’Armée. Il est alors médecin chef de l’hôpital temporaire des Arts et Métiers.

[4] Alexander Trepov (1862-1928). Russe. Ministre des Transports puis Premier ministre (23 novembre 1916-9 janvier 1917).

[5] Die Treppe signifie escalier, mais en allemand et non en russe. La communauté allemande était alors importante en Russie et présente dans tous les métiers.

[6] Alexandre Conty (1864-1947). Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Il est ambassadeur de France à Pékin depuis 1912.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *