X novembre 1916

[sans date]

 

Mon cher Pierre,

 

Je suis allé hier voir Marguerite [1] un instant. Je l’ai trouvée bien portante et attendant ta venue prochaine. Nous avons parlé de tout et de tous.

Je t’avais laissé hier sur une demande que j’avais adressée à Millerand pour répondre à mon correspondant de Bruxelles. Dès ce matin, j’avais, de l’ancien ministre, un petit mot me disant qu’il voyait ce nom pour la première fois et qu’il ne connaissait ce Schroer [2] ni d’Ève ni d’Adam. J’aime mieux cela pour lui, mais des intrigants payés par les Allemands sont vraiment prodigieux.

On nous a coupé ce soir cinq lignes de notre correspondant de Gênes. Je te les rétablis car elles ont leur intérêt, hélas. C’est dans la dernière heure du numéro portant la date 13.

 

Le capitaine du Stjerneborg est persuadé que le premier sous-marin, qui était certainement allemand, signala télégraphiquement au deuxième la présence du vapeur pour l’aviser de lui donner la chasse.

Il ajoute que le capitaine du deuxième sous-marin, en montant à bord du navire, dit avec une morgue inexprimable : Dépêchez-vous de vous sauver. Vingt sous-marins peuvent se dire désormais les maîtres de la Méditerranée. »

 

En nous le faisant enlever, la censure nous dit : Il est inutile que nous leur prêtions notre publicité pour annoncer cela urbi et orbi.

J’ai dîné hier au soir chez Voisin [3] avec des Polonais. Avant de prendre place à table, j’ai été happé par Braquessac [4]. Ce phénomène s’élevait avec vigueur contre tous les députés qui n’avaient rien su prévoir tandis que lui, Braquessac, savait tout à point nommé. Il avait dit à Mucins les choses les plus étonnantes. Enfin, tu connais le bonhomme, tu dois te douter de ce que fut cette conversation à laquelle je ne pouvais arriver à m’arracher.

La conversation avec mes nobles Polonais fut intéressante mais il y fut question plutôt de choses générales. L’un d’eux avait présidé à la réception à Pétrograd des parlementaires français au milieu desquels se trouvait notre p -. ont (?) de la Concorde. Le brave d’Estournelles [5] avait fait au banquet un discours complètement pacifique auquel mon amphitryon avait répondu officiellement au nom du conseil de l’Empire en jetant de fortes pierres dans le jardin du sénateur de la Sarthe. Ayant manifesté le désir de faire imprimer son discours, le brave Polonais s’entendit demander par d’Estournelles que toutes les brochures lui soient adressées et qu’il se chargerait de les distribuer à tous les sénateurs et députés. En conséquence, cinq cents exemplaires lui furent adressés. Quelque temps après, en venant à Paris, le vieux conseiller n’eut pas de peine à se rendre compte que toutes les brochures avaient été envoyées au grenier et que pas un des destinataires n’en avait reçu d’exemplaire.

Nous avons parlé de Kouropatkine [6]. L’un d’eux nous a raconté qu’il l’avait vu au procès de Stoessel [7] où il a fait une déposition qui a duré quatre heures. Le narrateur, à qui ses fonctions élevées permettaient de prendre place derrière la cour, par conséquent avec en face de lui toute l’assistance, accusés, témoins et public, vit arriver Kouropatkine chargé de décorations, magnifique, ayant une voix admirable. Il ne reconnaît d’autre organe comparable que celui de l’empereur. Une voix qui s’étendait en vibrations sonores emplissant la salle. En l’écoutant, il se demandait : Où ai-je déjà vu un homme pareil qui est un superbe soldat et qui cependant n’est pas un soldat, et une lueur se fit dans sa mémoire : Trochu [8] ! Trochu qu’il avait vu au procès à Versailles. J’ai pensé que ce trait t’intéresserait.

Quant à Stoessel, quelqu’un demanda s’il avait été véritablement le voleur que l’accusation avait révélé. Mon Dieu, nous fut-il répondu, Mme Stœssel faisait tuer les chevaux de la troupe et prenait le foin et les fourrages pour nourrir quatorze vaches laitières dont le lait était vendu à raison d’un rouble la bouteille.

Stœssel se présenta au conseil dans une vieille redingote avec l’aspect d’un vieillard. Quand il se levait pour répondre, il semblait qu’il y eût toutes les peines du monde et n’y arriver qu’en se cramponnant à la barre. Rencontré dans la rue, il apparaissait comme un homme d’aspect tout à fait jeune et fringant et, n’étaient les cheveux gris qui passaient sous sa coiffure, on l’eût pris pour un jeune homme. Cette comédie en dit long.

Au revoir, mon vieux.

Ton Et

[1] Mme Pierre Lebaudy.

[2] Non identifié.

[3] Le Café Voisin, restaurant installé 261, rue Saint-Honoré, considéré comme un des meilleurs de Paris, accueillait déjà au début de la IIIe République le dîner Renan qui devient en 1896 le dîner Berthelot.

[4] G. Braquessac. Bordelais ayant repris la direction du Café Voisin.

[5] Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924). Diplomate. Journaliste. Homme politique. Sénateur union républicaine de la Sarthe (1904-1924). Prix Nobel de la paix (1907).

[6] Alexis Nikolaevich Kouropatkine (1848-1925). Russe. Général. Homme politique. Ministre de la Guerre (1898-1904).

[7] Non identifié.

[8] Louis-Jules Trochu (1815-1896). Militaire. Homme politique. Député centre droit du Morbihan (1871-1872). Général de division en 1859. Commandant en chef des forces chargées de la défense de la capitale en 1870. Chef du gouvernement de la Défense nationale de septembre 1870 à janvier 1871.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *