X novembre 1916

[sans date]

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai reçu ta lettre aujourd’hui à midi. Elle me tranquillise sur le sort de mes missives, j’étais un peu inquiet de leur acheminement, je te dirai pourquoi dans quelques jours.

As-tu lu ce matin le manifeste des socialistes et syndicalistes dans l’affaire des loyers ? Je crains que cette affaire ne devienne assez grosse si elle s’envenime. J’ai eu l’occasion avant-hier matin de causer assez longuement avec Rouanet [1] qui est, comme tu le sais, très intelligent et beaucoup plus compréhensif que la plupart de ses coreligionnaires. Je lui faisais quelques observations sur les articles de L’Humanité au sujet des articles de L’Humanité qui sentaient la guerre civile. Contrairement à mon attente, au lieu de trouver un peu de scepticisme, j’ai eu affaire à un homme violemment monté : Quoi, m’a-t-il dit, à un moment où pas une liquidation de pension de veuve n’a été faite encore, quelle est la première mesure que le gouvernement va prendre, c’est une mesure en faveur des propriétaires. Vous me dites que l’on doit le loyer au même titre que le vivre et le vêtement. Le vivre et le vêtement sont des choses périssables qui font l’objet de nombreuses transformations. La maison est un placement dont le capital n’est pas touché alors que les valeurs mobilières sont soumises à des fluctuations. Il y a force majeure. Le propriétaire doit suivre la loi générale car la propriété immobilière parisienne est une spéculation comme une autre. Le rejet de l’art. 23, a-t-il ajouté, est une prime aux mauvais locataires et aux mauvais propriétaires. Cette loi est une loi de guerre civile. – Il a dit le mot.

T’ai-je dit dans mes précédentes lettres que j’étais allé chez Vesnitch à une petite réunion qui a eu lieu pour le départ du prince [2]. J’ai longuement causé avec les Balkaniques que j’ai rencontrés là, et tout le monde était préoccupé de la question roumaine, même le prince car c’est la première chose dont il m’a parlé, me demandant si j’avais des renseignements. Je dois dire que les Serbes ne paraissaient pas craindre l’entrée en scène des Roumains contre nous. On croit plutôt qu’ils nous cherchent des griefs pour n’avoir pas à prendre parti et justifier leur abstention coutumière.

Le gouvernement, ici, semble se donner du mal pour persuader que l’accord économique n’a aucune signification, mais on sent très bien l’embarras. Je te signale même un bruit assez curieux recueilli dans les milieux parlementaires : « La Roumanie, dit-on, mais cela a bien peu d’importance en raison du mouvement qui se dessine en Hongrie. Les Hongrois seraient prêts à abandonner leur alliée et à chercher à traiter. C’est autrement important, ajoutent-ils, que la bonne ou la mauvaise volonté de la Roumanie ». Enfin…

À cette réception, il y avait Ganderax [3], le ministre au Monténégro. Il m’a raconté les histoires les plus cocasses sur la cour de Cettigné [4] et les carottes monumentales du vieux forban [5]. L’histoire de son yacht, cadeau du sultan et qu’il se fait racheter par le czar en vue de munir la nation monténégrine d’un navire, est quelque chose d’impayable. C’est un homme capable d’accomplir quelque grande chose et qui cependant se livrerait à certains moments aux actions les plus basses.

Il paraîtrait du reste que le vieux forban est très nettement prisonnier en France.

Savais-tu que ses carottes avaient été la cause de la disgrâce momentanée de Sazonov ? Le ministre avait permis au roi du Monténégro de lui avancer certaines sommes alors que le czar avait refusé de continuer à se laisser taper.

Au revoir, old man, ton vieil

Et

 

[1] Henry Rouanet (1855-1927). Homme politique. Député socialiste de la Seine (1893-1914). Journaliste, il collabore à l’Humanité, au Cri du peuple et à la Revue socialiste.

[2] Pierre Ier, prince de Serbie.

[3] Étienne Ganderax (1857-1944). Diplomate. Ministre plénipotentiaire au Monténégro (1911-1912) et au Luxembourg (1912-1913).

[4] Cettigné est la capitale du Monténégro.

[5] Vieux forban est le surnom donné par Nalèche au roi du Monténégro. Nicolas Ier (1860-1918), de la famille des princes du Monténégro, vainc les Turcs, accroît son territoire, resserre les liens avec la Russie et l’Italie, et se proclame roi en 1910. Il agrandit encore son État et se range aux côtés de la Serbie, sa voisine, en 1914, contre l’Autriche qui l’envahit en 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *