12 novembre 1916

12 novembre 1916

 

 

Il se passe en ce moment une chose très grave à propos des charbons. Je te parlais hier de cette crise terrible mais elle menace de devenir un désastre. On m’informe que, cette nuit, l’Ouest Lumière a cessé son travail à 2 h du matin et que ce chômage pourrait durer huit jours pour toutes les usines de guerre. Si tu n’as pas le renseignement, garde-le strictement pour toi. Une pareille disette est absolument la faute de la mauvaise organisation des pouvoirs publics. La taxation du fret en a été un des principaux facteurs. Naturellement, la préfecture ne nous donne aucun détail.

Je n’ai rien de bon à t’annoncer aujourd’hui car je tiens d’un homme généralement très informé que l’arrêt de l’offensive russe a été dû au manque de munitions et de matériel. Ce ne serait pas la fabrication qui aurait manqué, pas plus que les envois, mais la guerre sous-marine en serait la cause.

La mer serait infestée de sous-marins qui auraient fait sauter les 4/5e des bateaux porteurs de munitions et de matériel. À l’heure actuelle, il y aurait pour plus de trois cent millions de marchandises envoyées à nos Alliés qui seraient par le fond. Et comme ces transports devaient dans le voyage de retour ramener des hommes, les convois de troupes n’auraient pas eu lieu par là même. On ne parle pas non plus de ces pertes pour ne pas affoler l’opinion.

Tu recevras sans doute cette lettre en même temps que celle que je t’écrivais hier et que je n’ai pu achever qu’après le départ de 6 h. Ceci pour le cas où tu craindrais qu’on ne l’ait retenue.

Ton affectionné

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *