11 novembre 1916

11 novembre 1916

 

Le tuyau du jour, mon cher Pierre, c’est bien celui que je te donnais hier, Sarrail remplacé comme généralissime par le duc d’Aoste et le général Porro [1] adjoint au prince. Moyennant quoi, six ou sept divisions italiennes iraient remplacer le corps expéditionnaire.

Au dîner d’hier au soir où nous étions peu nombreux, neuf seulement, on parlait de cela, et la présence d’Accambray nous apportait tous les potins de couloirs. D’après ceux-ci, le torchon aurait plus que brûlé entre les deux présidents et, comme je te le disais, les combinaisons marchent. Il y aurait quatre ou cinq membres du cabinet dissidents. On aurait essayé d’offrir à Viviani, l’éternel permutant, la place de son chef de file, mais il se serait dérobé. On a songé à Painlevé, mais, au dire de d’Accambray, ce savant lui aussi se réserverait car il devrait son entrée dans le cabinet à Franklin-Bouillon, et Franklin-Bouillon reste dévoué à Briand. Pris entre ses devoirs de reconnaissance et ses ambitions, Painlevé resterait modestement dans son coin.

Accambray, qui parle beaucoup sans trop regarder qui peut l’entendre, nous en a raconté de toutes les couleurs, j’y reviendrai tout à l’heure. Je continue la question ministérielle car ce matin j’ai vu le secrétaire d’une de nos nombreuses grandes œuvres à laquelle Barthou avait promis de faire quelques conférences. Or, ils ont reçu de notre ex-Premier une lettre un peu mystérieuse dans laquelle il déclare ne pas vouloir se dérober à ses promesses, mais que les événements lui imposaient une certaine réserve et qu’il s’était engagé à faire une conférence à Lyon, mais qu’il le regrettait un peu pour ce motif. Évidemment, notre Barthou se tient prêt à endosser toutes les responsabilités.

Mais ce soir, j’avais Comité et j’ai interrogé plusieurs de mes collègues sur la situation ministérielle. Le plus sérieux d’entre eux m’a dit qu’il ne croyait guère à un changement et qu’il lui paraissait impossible pour le moment de jeter bas le cabinet. Celui qui parlait ainsi est bien placé pour être informé, c’est le plus important de notre comité… Néanmoins, il y a deux questions qui peuvent contenir des pièges, le charbon et Salonique. Sembat [2] sort de la discussion sur les transports complètement amoindri, c’est du reste bien à lui qu’on doit la crise actuelle des charbons. Tu as su que déjà une vingtaine d’usines se sont arrêtées, et je voyais hier le représentant d’une des plus grosses maisons d’importation de charbon qui me disait que si l’on taxait les charbons après la taxation du fret ils seraient obligés de cesser leurs affaires.

D’après tout ce que j’entends dire, et la conversation de d’Accambray en particulier, il me semble bien qu’il règne en ce moment une hostilité violente contre le chef d’exploitation. Painlevé raconte, paraît-il, une conversation qu’il a eue au retour de Boulogne avec Lloyd George au cours de laquelle ce dernier disait qu’il fallait savoir prendre une décision et imiter ce qu’eux-mêmes avaient fait il y a déjà longtemps… Tu me comprends je pense.

Là, il se pose une question de personne que l’on n’a pas résolue malgré les votes de la commission. D’Accambray nous a raconté quels étaient les procédés du chef d’exploitation et de son entourage, procédés tout à fait mensongers, et, à l’appui de ses dires, il nous a raconté un certain nombre de faits qu’il a été à même de contrôler personnellement. Il me serait difficile d’entrer dans les détails, mais cela suffit pour te montrer que l’on parle moins peut-être mais que l’on doit agir en dessous.

D’Accambray nous a raconté une conversation qu’il a eue avec le pape. D’après lui, il ne lui a pas mâché la vérité à tel point que le souverain pontife a plusieurs fois marqué un peu d’impatience, mais d’Accambray (?) continuait sans paraître s’en apercevoir et cela a duré près de 3/4 d’heure. Je crains que d’Accambray n’exagère beaucoup son importance.

Blanche [3] ne t’a pas raconté pourquoi son beau-père s’était remarié ? Il aurait consulté une cartomancienne qui lui aurait prédit qu’il vivrait jusqu’à 105 ans. Comme il n’a encore que 77 printemps, cette longue fin d’existence sans femme l’a effrayé et il a de suite cherché un ange du foyer.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Carlo Porro di Santa Maria (1854-1939). Italien. Général.

[2] Marcel Sembat (1898-1922). Avocat. Homme politique. Député socialiste de la Seine,c’est une des figures les plus illustres de la SFIO. Ministre des Travaux Publics en 1914 dans le gouvernement d’union nationale. Franc-maçon, il est vice-président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France.

[3] Jacques-Émile Blanche (1861-1942). Peintre, il fait le portrait de Marcel Proust à 21 ans, encouragé par Fantin-Latour et Manet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *