8 novembre 1916

8 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

C’est l’élection américaine qui fait les frais de la foire aux nouvelles. Ce matin Hughes [1] était élu, ce soir on n’est plus certain, et la censure nous a fait enlever un passage de notre article dans ce doute. Les Américains de Paris et le New York Herald semblent tout à fait sûrs de l’élection. Voilà où cela en est. Je ne te tire aucune morale de cette élection qui vaudrait mieux dans le présent mais qui, dans l’avenir, amènera sûrement des difficultés. Il est probable que demain nous serons fixés.

Un monsieur assez important président de grosses affaires venu me voir ce matin, me demandait si je savais quelque chose de Salonique. Je n’ai pu que lui dire ce que je t’écrivais à toi-même hier, c’est-à-dire qu’on parlait du remplacement de Sarrail par Franchet d’Espérey ou Micheler. Ce dernier est très occupé en ce moment, on ne voudra peut-être pas le déplacer. L’autre au contraire ne l’est que plus vaguement. Mais alors, ce monsieur m’a dit que le président de la République comptait (du moins il se faisait l’écho de ce bruit), par le voyage de Roques, amener un changement de cabinet et que dans l’idée du chef de l’État ce serait Painlevé qui succéderait à Briand. Le président serait ennuyé de la situation prise par Briand qui ne le consulterait pas, agirait de lui-même et aurait éveillé ses susceptibilités. Ceci ne serait pas invraisemblable, mais je ne puis guère croire au choix du remplaçant. Tu en devines tous les inconvénients et toutes les conséquences. Le changement de ministère excite beaucoup de monde, les événements récents de Roumanie, les questions diplomatiques en général semblent avoir un peu terni la gloire d’il y a quelques semaines.

J’ai interrompu ma lettre parce que je viens de recevoir un de mes amis qui a longuement causé à Londres avec les membres du gouvernement. Il n’est guère satisfait de la tournure des conversations. Les Anglais se plaignent en effet vivement de Sarrail. Ils lui reprochent de diviser les troupes anglaises par petits paquets de façon à leur retirer toute espèce de gloire dans les opérations. En un mot cela ne va pas, et mon ami en est assez désagréablement impressionné.

Je ne sais pas si je t’ai raconté qu’à notre dernier déjeuner, Viviani s’était montré extrêmement italophile et deux ou trois mots qu’il nous avait dits nous avaient prouvé qu’il ne connaissait guère les hommes. Il nous avait cité, comme un bon choix pour succéder à Tittoni [2], Imperiali qui est à Londres et qui est bien un des hommes les plus gallophobes que je connaisse. À Constantinople, il n’avait cessé de déblatérer contre la pourriture française et de chercher à avancer les affaires italiennes. Quant à Tittoni, il est certain qu’il va rentrer à Rome pour intriguer contre Sonnino et, malgré les imbécillités d’ Hanotaux, Tittoni est tout à fait germanophile. Il était du complot qui a renversé Salandra [3] et il avait bien compté être à la Consulta. Il y a dans la situation actuelle un danger, c’est que l’on ne sait pas très bien quel rôle joue Bissolati [4]. On l’a trouvé dans tous les petits complots parlementaires, notamment dans celui qui était dirigé contre Cadorna [5]. Quelle position va-t-il prendre maintenant, c’est un peu inquiétant. Au demeurant, dans le cabinet actuel, il n’y a absolument de favorable aux Alliés que Sonnino. Songe qu’à la Consulta, ce dernier a un secrétaire général

[manque la suite]

[1] Non identifié.

[2] Comme ambassadeur d’Italie à Paris.

[3] Antonio Salandra (1853-1931). Italien. Député libéral. Membre du gouvernement de mai 1914 à mai 1916.

[4] Leonida Bissolati (1857-1920). Italien. Journaliste, il crée l’Écho du peuple, l’organe du Parti socialiste italien. Homme politique, il participe à la création du Parti socialiste réformiste italien. Il devient ministre de l’Assistance en 1916 dans le gouvernement de Vittorio Orlando. Il participe aux négociations du Traité de Versailles.

[5] Luigi Cadorna (1850-1928). Italien. Général. Chef d’état-major de 1914 à 1917. Maréchal en 1924.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *