7 novembre 1916

7 novembre 1916

 

À la Rue François-Ier ce matin, le bruit courait que Sarrail allait être remplacé, et déjà l’on donnait des noms pour son successeur. Le favori semblait Franchet d’Espérey [1], mais on citait aussi Micheler [2]. Je te donne cela pour ce que ça vaut sans qu’il y ait lieu d’ajouter foi outre mesure à ces bruits. On prétend que l’on cherche à persuader Sarrail qu’il est malade et qu’il doit se retirer pour ménager son existence. Le malade par persuasion se laissera-t-il convaincre ? D’autre part, le bruit court qu’Hervé est constamment appelé, qu’on lui donne tout ce qu’il demande, mais qu’en échange on veut qu’il se taise sur son ami Sarrail.

Je suis étonné néanmoins de tous ces bruits car il me semble que Roques n’ait pas eu encore grand temps pour approfondir son enquête et pris ordre des décisions. Il faut toujours se dire que c’est de la Rue François-Ier que sont parties les notes des journaux et les premières rumeurs. En ce qui concerne Hervé, ce n’est pas de la Rue François-Ier que le renseignement m’est venu, mais côté Intérieur et Sûreté. Du reste, il se pourrait très bien qu’on cherche à gagner cet homme important dans la République pour l’avoir quelle que soit l’issue du voyage Roques.

Ribot a communiqué aujourd’hui les résultats de l’emprunt au Sénat, mais défense nous fut faite d’en parler. C’est assez bête du reste, et l’on voit trop que c’est pour se tailler un succès à la Chambre qu’on ne veut pas répandre ces chiffres. Ceux-ci sont assez sensiblement ce que je t’écrivais. Un peu plus de onze milliards et six milliards d’argent. Ce qui est un beau résultat.

Tu ne douterais pas, ou plutôt si, tu te doutes trop quel génie d’organisation préside aux destinées de tout ce qui se fabrique chez nous. Un industriel me racontait aujourd’hui que sa maison remet les douilles en état. On ramasse avec soin toutes les douilles sur le champ de bataille puis on les renvoie à l’arrière pour qu’elles soient employées ou du moins utilisées. Il faut dans le tas faire un triage préalable. Sais-tu où se fait ce triage ? À Tarbes ! L’usine de mon homme est dans les environs de Paris ! Il y avait la semaine dernière quatre-vingt-dix wagons occupés à amener à Tarbes et à ramener de Tarbes les douilles récupérées. Et tout le monde se plaint de la crise des transports. On comprendrait si dans les Hautes-Pyrénées il y avait une usine, mais il n’y a rien que des galonnés quelconques qui procèdent à un examen. Et c’est pour cela qu’on fait voyager des wagons de Picardie dans les Pyrénées.

J’ai vu aujourd’hui Nicolas Potocki [3] (avenue Friedland). Il trouve aussi que c’est un désastre tant pour les Alliés que pour la Pologne. Comment va-t-on faire ? Je doute fort que le czar consente à parler ou à lancer un manifeste au lendemain de la proclamation allemande. Il ne voudra jamais avoir l’air de s’humilier.

À ce propos, il me revient une anecdote qui m’a été servie hier, une conversation entre Lubomisky [4] et le général Pau. Ce dernier demandait au prince : Voyons, quelle domination préfèrent les Polonais, domination russe ou allemande ? Lubomisky a répondu : Que répondriez-vous, général, si je vous demandais ce que vous préférez du choléra ou de la peste bubonique ?

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Louis Franchet d’Espérey (1856-1942). Militaire. Général. Chef de la 5e armée à la bataille de la Marne, puis chef des armées de l’Est en 1916 et des armées du Nord en 1917. Il succède au général Guillaumat en 1918 au commandement général des armées alliées d’Orient. Maréchal de France en 1921.

[2] Joseph Alfred Micheler (1861-1931). Militaire. Général de division d’infanterie. Commandant de la 10e armée française qui participe à la bataille de la Somme (1916). En janvier 1917, il devient commandant du Groupe d’armées de réserve.

[3] Nicolas Potocki (1845-1921). Polonais. Naturalisé français en 1905. Comte. Héritier d’une immense fortune et passionné de chevaux. Il habite le palais du 27, avenue de Friedland, Paris, VIIIe qu’il transforme et agrandit en 1892. C’est l’actuel siège de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

[4] Prince Lubomisky. Polonais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *