5 novembre 1916

5 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’étais bien ennuyé de te faire cette réponse hier au sujet de ce qui nous intéresse, et je regrette joliment de n’avoir pas eu assez d’influence pour faire chambarder ces listes. D’après cela, et comme je te le disais hier, il me semble qu’à ton corps d’armée on t’a salement trompé. Néanmoins, tout n’est peut-être pas encore fini, et si nous pouvions décrocher une liste supplémentaire cela ferait bien notre affaire. Lorsque P. [1] m’a dit qu’il allait prendre cela en main et que si la prochaine promotion ne portait pas ton nom ce serait la suivante, je n’ai naturellement pas soufflé mot de tes projets actuels [2]. Je ne marcherai du reste que suivant tes indications [3].

La grosse question d’aujourd’hui est la proclamation polonaise. Il y a bien des mois que Konvin Milewski ne cessait de crier casse-cou et qu’il voyait la levée des Polonais au profit des Allemands. Dans quelle mesure se battront-ils, on ne sait pas, mais toujours, suivant Konvin Milewski, il ne faut pas faire trop de fonds sur les rébellions. Le Polonais ne s’inquiète guère de ce que l’on pense à Berlin, à Pétrograd, à Varsovie, il sait qu’il paie ses impôts en langue polonaise, son pope est polonais, sait-il pourquoi il se bat ? L’appel aux armes sera fait en langue polonaise, il ne verra sans doute pas beaucoup plus loin. Voilà ce qu’ont gagné les Russes avec leurs finasseries perpétuelles. Sazonov l’avait pressenti, aussi a-t-il sauté !

J’ai reçu la visite hier de Robert Pinot [4], le vice-président des Forges. C’est celui qui a été si attaqué par L’Œuvre à propos de son rapport sur les annexions futures. Il avait voulu démontrer que la métallurgie serait dans une situation moins favorable lorsque nous aurions reconquis l’Alsace-Lorraine et qu’il fallait prendre ses mesures. Nous n’avons pas parlé de la question, mais il m’a raconté certains détails de l’affaire des carbures. C’est bien le plus effroyable chantage que l’on ait vu. Du reste, il va y avoir un non-lieu sur tous les points. Tu te rappelles que le juge d’instruction Coutan [5] avait laissé filer un tas de choses qui se disaient et se répétaient. Ce Coutan, m’a dit Pinot, est un type très curieux. Deux fois petit-fils de conventionnel, il devrait à l’heure actuelle être duc, catholique, ultra conservateur, pas du tout, il a gardé l’âme de vieux conventionnel haineux, jaloux et soupçonneux, il en veut à tous ceux qui sont riches et qui jouissent des privilèges de leur fortune.

J’ai eu un déjeuner assez intéressant, militaires et finances. J’ai appris là qu’au demeurant on était très content de l’emprunt. La somme totale dépasse onze milliards, d’après le secrétaire général du Lyonnais, mais n’atteint pas douze, tandis qu’un autre de mes amis qui est administrateur de plusieurs grosses maisons prétend que cela arrive à douze et peut-être un peu plus. En tout cas, autant qu’on peut l’estimer, dès maintenant il y aurait 5 1/2 d’argent frais ce qui constituerait un vrai succès pour l’emprunt. On estime que l’opération pourra se renouveler dans des conditions excellentes… Oui mais… Le militaire qui appartient aux sources d’informations nous a affirmé que la situation roumaine s’était de beaucoup améliorée, que le général Berthelot avait été reçu admirablement, qu’il avait pris toute la confiance du roi et que ce dernier le laissait absolument maître de disposer de tout le Grand État-Major. Le soldat roumain, contrairement à ce qui avait été dit, serait très bon, c’est l’état-major qui était faible.

Au revoir, mon cher Pierre, bien affectueusement à toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Il s’agit du fait que Pierre Lebaudy soit mis en congé, à la demande de son frère Paul Lebaudy qui a besoin de son associé pour diriger la raffinerie. La demande est accordée le 10 novembre 1916.

[3] Il s’agit de la promotion de Pierre Lebaudy dans l’ordre de la Légion d’honneur. Cf. lettre du 31 octobre 1916.

[4] Robert Pinot (1862-1926). Vice-président du Comité des Forges (1904).

[5] Nalèche se trompe d’orthographe. Étienne-Joseph-Paul Coutant (1865-1935). Magistrat. Juge d’instruction au tribunal de la Seine depuis 1912.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *