3 novembre 1916

3 novembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je vois que la poste ne s’est pas hâtée de remettre les lettres. Enfin, si maintenant la régularité est établie, tout va bien.

Je viens de regarder la liste des conseillers généraux du Var, je n’y vois pas le nom du M. Chergé ; maintenant cette liste est de 1914, il n’y a pas eu d’élection depuis, il y a donc de bien grandes probabilités pour que ce monsieur ne soit pas dans cette assemblée. Un canton, cependant, n’avait pas de titulaire, le canton de Besse. Je vais tout de même tâcher de me faire confirmer le renseignement par l’Intérieur et je te le dirai demain.

D’après ce que je vois, ton beau-frère [1] serait en train de se faire entuber. Il ne faut pas qu’il croie qu’avec un million il fondra un journal viable. Il faudra en compter plusieurs pour arriver à quelque chose. Il y a certainement de gros profits tant matériels que moraux pour ceux qui le poussent dans cette voie. J’ai vu qu’il avait parlé à l’Union, ne serait-ce pas les promoteurs de cette affaire-là qui lui auraient mis la main dessus ? Je les connais, entre autres un qui s’appelle Paul Gauthier [2] et qui est un serin mais terriblement intrigant.

La nouvelle de l’évacuation de Vaux est arrivée hier au soir à Paris par radio allemand, mais le haut commandement a interdit d’en parler. Il n’était pas sûr, paraît-il, que ce ne fût pas une rouerie et qu’il n’y eût pas quelque piège. Nos troupes en conséquence ne l’ont occupé que dans la nuit.

As-tu eu des nouvelles de la gare de Longueau ? Elle a été, me dit un témoin oculaire, tout à fait abîmée et des incendies se sont déclarés mettant le feu à un dépôt de benzine. En plus, des dépôts de benzine auraient été incendiés. En sais-tu quelque chose ? Du reste, il y a un tel désordre et une si triste incurie que des accidents sont toujours à craindre. On aurait laissé un lot de deux cent mille obus tranquillement entassés sur une hauteur. Un avion aurait lâché sa bombe et ces obus auraient éclaté.

Le Cri de Paris raconte une savoureuse anecdote sur les paperasseries militaires et comment il fallut plus de deux mois pour régler les dépenses de quatre bonshommes qui partaient pour Salonique et que le chef du détachement a nourri pendant trois jours. Partant pour Salonique, ce sous-officier réclame son argent. Il fallut des semaines et des semaines pour qu’il pût toucher son argent. Le Cri produit toutes les lettres administratives, c’est vraiment impayable.

Daniel Zolla [3], qui revient d’une tournée en France pour l’emprunt, nous dit que l’affichage pour l’emprunt a été fait de la façon la plus maladroite. À Rochefort il constate qu’il n’y a aucune réclame faite sur certains murs. Interrogés, les habitants et le préfet [4] lui disent que l’administration des Douanes n’a jamais rien voulu laisser sur ses murs. Avant la guerre il était interdit d’afficher, la consigne est restée et l’on a fait procès-verbaux sur procès-verbaux aux agents du ministère des Finances. Mêmes scènes à propos des murs du génie civil. Et ceci s’est répété dans un grand nombre de villes.

Tu te rappelles notre affaire des sucres. Paisant [5], le député, m’avait téléphoné qu’il avait rendez-vous avec le ministre du Commerce [6], c’était samedi matin, et qu’il viendrait me rendre compte de sa conversation. Il n’est pas venu. Par contre, Max-Vincent [7] est venu mardi me demander de faire un article. Je crois t’avoir parlé déjà de cette visite. Je lui ai demandé des documents qu’il devait m’apporter aujourd’hui vendredi entre 11 h et midi. Il n’est venu personne. Ma demande les embarrasse sans doute.

Au revoir, mon cher Pierre.

Ton vieil

Et

Toujours assez mauvais tuyaux sur l’état d’esprit dans certaines provinces. Une lettre de Clermont-Ferrand qui m’est arrivée ce matin dénote de la lassitude dans la population. Le centre est très mauvais.

 

[1] Il s’agit de Roger Luzarche d’Azay, frère de Marguerite Luzarche d’Azay, épouse de Pierre Lebaudy.

[2] Non identifié.

[3] Daniel Zolla (1859-1927). Professeur à l’école de Grignon et chroniqueur agricole du Journal des Débats. Auteur d’ouvrages sur l’agriculture.

[4] Le sous-préfet de Rochefort est alors Joseph-Adolphe-Célestin Signoret (1866-19) depuis le 16 janvier 1915.

[5] André Paisant (1868-1926). Ancien élève du collège Stanislas. Homme politique. Député radical socialiste de l’Oise (1914-1926).

[6] Le ministre du Commerce est alors Étienne Clémentel depuis le 29 octobre 1915.

[7] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *