30 septembre 1916 [2]

30 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

De plus en plus il apparaît évident que les tergiversations helléniques peuvent être attribuées à l’influence dont j’ai eu à te parler déjà plusieurs fois [1]. Une longue conversation avec Alter ego hier au soir, celui-ci me demandant un avis que je lui ai très franchement donné, me confirme dans mon opinion. C’est la méfiance contre Venizélos qui est à l’ordre du jour et que l’on essaie de répandre.

D’autre part, Corneau [2], dont je crois t’avoir parlé et qui est très mêlé à tous les milieux politiques, disait hier pour expliquer les incidents Sarrail que ce dernier était environné de tant d’espions qu’il avait déclaré au gouvernement qu’il fallait remonter à la source, c’est-à-dire à la reine [3], et qu’il demandait 48 h. pour s’en aller la cueillir. Alors ici, dans l’entourage, on déclarait : Sarrail ne veut pas marcher contre les Bulgares, il veut marcher sur Athènes.

Un garçon très intelligent [4], qui a habité Berlin pendant quatorze ans et qui avait même collaboré à la maison avec de très belles lettres d’Allemagne, nous a parlé de l’état moral de l’Allemagne qu’il est à même d’apprécier parce qu’il est en ce moment attaché à notre légation de Berne. Haguenin (c’est son nom), cause avec tous les gens qui passent la frontière. Il avait eu jusqu’ici la plus grande admiration pour tout ce qui était germanique, je crois qu’il a assez changé maintenant. Il nous a dit que depuis quelque temps on ne laisse presque personne traverser la frontière. Pour venir en Suisse il faut vraiment être malade avec certificats de médecin difficilement délivrés ou s’y rendre avec des missions définies. On redoute, paraît-il, beaucoup les impressions que l’on pourrait remporter d’un séjour à l’extérieur ou envoyées par correspondance. Mais, dit Haguenin, chez tous ceux que je vois, financiers, grands industriels, grands bourgeois, etc., on sent très bien qu’on ne compte plus du tout sur une victoire mais qu’on cherche à s’en tirer avec le minimum de pertes. On craint beaucoup qu’à un moment donné les Allemands ne fassent propager par tous les moyens possibles certaines conditions de paix qui inspireraient à nos populations l’idée que ces conditions étant suffisantes il n’y a plus besoin de continuer la guerre, que le but atteint est suffisant.

À l’appui de ce qu’il nous racontait ainsi, je te citerai la visite que m’a faite ce matin Rocheblave [5] retour de Suisse. Il a découvert le pot aux roses, c’est-à-dire le nid reptilien où s’élabore la propagande kienthalienne, Raffin-Dugens et consorts. Ces gens-là, au nombre desquels se trouvent nos orateurs parlementaires, auxquels se joignent Victor Snell [6], de L’Humanité, Romain Rolland [7] et une séquelle de professeurs suisses boches, éditent des petites brochures et une revue qui s’appelle Demain et qui est imprimée en Suisse chez un éditeur pur allemand.

À propos de Snell, j’ai appris qu’il avait été avocat à Genève. On l’a obligé, pour je ne sais quelles affaires peu reluisantes, à donner sa démission du barreau. Puis, sur sa demande, on a consenti à l’inscrire de nouveau mais à la condition qu’il ne reparaîtrait plus. C’est lui qui aurait monté toute l’affaire contre le fils de Barrès et aussi contre le fils [8] de Chenu le bâtonnier.

Chose amusante, un de ceux qui marche le mieux dans la propagande au pays de la Religion [9] et contre tous ces gaillards, c’est Willy [10]. Sa conduite fait un peu scandale et ses mœurs sont décriées, mais il les embête beaucoup et les met dans des rages folles.

J’arrête mon fastidieux bavardage, mon cher Pierre, et je reste ton affectionné

Et

 

Est-ce que je ne t’embête pas ? Mes histoires n’ont que bien peu d’intérêt.

 

[1] Ce serait l’influence du prince Georges de Grèce, dont l’épouse, la princesse Marie Bonaparte, est la maîtresse d’Aristide Briand, président du Conseil.

[2] Non identifié.

[3] Sophie, reine de Grèce (1870-1932). Elle épouse en 1889 Constantin (1868-1925), roi de Grèce.

[4] Émile Haguenin (1872-1924). Ancien correspondant du Journal des Débats à Berlin. Avant la guerre, il est professeur à l’université de Berlin et un excellent connaisseur de l’Allemagne. Attaché à la légation de Berne pendant la guerre, il dirige l’Agence d’informations télégraphiques et se livre à la propagande anti-allemande. Il est l’auteur de Dire et construire la paix dans l’espace franco-allemand.

[5] Samuel Rocheblave (1854-1944). Agrégé de lettres, journaliste. Professeur à la faculté de lettres de Strasbourg, il collabore à de nombreux journaux dont le Journal des Débats.

[6] Victor Snell (1874-1931). Suisse. Avocat à Genève. Journaliste. Rédacteur en chef du Canard enchaîné (1916-1931). Secrétaire de rédaction à L’Humanité (1907-1912). Ami de Jaurès. Il excelle dans le canular littéraire.

[7] Romain Rolland (1866-1944). Écrivain. Il fonde la revue Europe. Il reçoit le prix Nobel en 1915.

[8] Charles Maurice Chenu (1886-1963). Docteur en droit. Membre du Conseil de l’Ordre.

[9] La religion prétendue réformée (RPR), c’est-à-dire le protestantisme.

[10] Henry Gauthier-Villars dit Willy (1859-1931). Éditeur, journaliste et homme de lettres, il épouse en 1893 Sidonie-Gabrielle Colette (1873-1954) dont il divorce en 1906.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *