30 septembre 1916 [1]

30 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je t’ai parlé hier de cette organisation qui semblait se former dans certains pays neutres pour développer par tous les moyens possibles l’idée de paix. Je crois qu’il sera bon dans quelques jours de démasquer la manœuvre car celle-ci pourrait être extrêmement dangereuse. J’ai sous les yeux une note dont tu voudras bien garder pour toi la teneur que je vais te donner. Je compte publier un article sur le sujet, mais je ne sais pas si la censure me permettra de parler de la question. J’essaierai quand même. Voilà la note en question :

Après les déclarations publiques au sujet du but de la guerre faites par le Comité national pour une paix honorable et par le Comité indépendant pour une paix allemande, il vient de se fonder un Comité allemand pour une paix durable.

L’organisation nouvelle porte le nom de Comité central pour le droit international. Elle se base sur le principe du droit qu’ont les peuples de disposer librement d’eux-mêmes et travailler pour une politique nouvelle de conciliation parmi les peuples.

Il va sans dire que ce nouveau comité aussi partage l’opinion que la paix qui mettra un terme à la guerre devra assurer la liberté du peuple allemand, l’indépendance de l’empire allemand et l’intégrité de son territoire. Elle devra veiller à protéger les intérêts allemands à l’étranger et à conserver au peuple allemand la possibilité de son plein développement économique. Mais en même temps, la paix devra donner toutes les garanties de durabilité. Pour atteindre ce but, le comité est d’avis que la paix à conclure doit pouvoir être considérée par tous les États intéressés un règlement satisfaisant de leurs relations internationales, c’est-à-dire que les vaincus ne seront pas, par des conditions impossibles à supporter, comme une annexion par la force ou la non-observation de leur droit de disposer d’eux-mêmes, contraints de préparer une guerre de revanche.

Ensuite, il est nécessaire que la paix puisse créer en même temps des institutions efficaces pour la solution pacifique de futurs conflits internationaux au moyen de la médiation organisée ou des sentences juridiques dans le but d’en finir avec l’ancienne politique des armements qui comporte un danger pour la paix.

Pour que la paix soit vraiment durable, il faut que la vie politique nationale et internationale soit pénétrée d’un esprit nouveau.

Le Comité central pour le droit international est convaincu que les conditions en faveur d’une politique de telle nature existent tant chez le peuple allemand que dans les autres nations civilisées et que seule une paix semblable sera une paix allemande dans le meilleur sens du mot.

On constitue à présent des sections du comité dans toutes les villes importantes de l’Allemagne. Dès que la liberté de discuter le but de la guerre et de la paix sera acquise, le comité va publier de nouvelles déclarations. Déjà maintenant, on demande dans les journaux allemands de l’adhésion à l’adresse : « Charlottenburg, Kantstrasse 159, Gartenhaus III ».

Parmi les signatures de l’appel, on compte : Eduard Bernstein [1], membre du Reichstag, Minna Cauer [2], Professeur Dr. Fr.W. Förster à Börnin, Hellmulh von Gerlach [3], Edmund Fischer (Reichstag), Professeur Dr. S. Ginsse, de la Diète bavaroise, Professeur Dr. Walther Schuking [4], Professeur Dr. Max Lehmann, Dr. Helene Stöcker [5], Kurt von Tepper-Laski [6], O. Aufrid.

Tu vois l’habileté des arguments que nous pourrions signer, nous, Français. Il y aura urgence à attirer l’attention là-dessus.

Le comité ne siège sûrement pas à Genève mais c’est avec les pacifistes qui sont là-bas qu’il entre en relation, mais lui il doit avoir son siège de propagande à La Haye.

On me dit ici que, de nouveau, le pauvre Guillemin [7] branle dans le manche à Athènes et qu’il serait question de le rappeler. Je crois qu’il a été partisan de la manière forte.

À toi.

Et

[1] Eduard Bernstein (1850-1932). Allemand. Homme politique. Député social démocrate au Reichstag. Signataire de l’appel du Comité central pour le droit international pour une paix allemande. Il a provoqué au sein du socialisme européen un séisme intellectuel.

[2] Minna Cauer (1841-1922), née Wilhelmine Minna Theodore Marie Schelle. Allemande. Social démocrate. Journaliste. Féministe.

[3] Nalèche se trompe. Il s’agit de Mgr Rudolph Gerlach (1885-19). Camérier, chambellan et confident du pape Benoît XV. Il joue un rôle important dans les opérations de renseignement allemandes à Rome. Il semble que le Pape était au courant des activités de son prélat et qu’il profitait des contacts de ce dernier avec les diplomates autrichiens et allemands pour lui confier certaines démarches. A la fin de 1916, les activités secrètes de Gerlach sont révélées par la presse italienne. Elle dénonce la connivence du Vatican avec l’Allemagne.

[4] Walther Schuking (1875-1935). Allemand. Homme politique libéral. Professeur de droit. Pacifiste pendant la guerre. Député au Reichstag (1919-1928). Un des six délégués principaux de l’Allemagne pour la conférence de Paix (1919).

[5] Helene Stöcker (1869-1943). Allemande. Première femme à obtenir son doctorat (1905). Pacifiste, féministe et partisane d’une réforme de l’éducation sexuelle.

[6] Kurt von Tepper-Laski (1850-1931). Allemand. Écrivain. Signataire de l’appel du Comité central pour le droit international pour une paix allemande.

[7] Jean Guillemin (1862-1939). Diplomate. Ministre plénipotentiaire de France à Athènes depuis le 1er août 1915.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *